☀︎
Notes de lecture 2018, Nouveautés

Note de lecture : « Médiarchie » (Yves Citton)

La robuste et passionnante invention d’un nouveau rapport aux médias.

x

63175

Cet ouvrage propose une thèse qui peut tenir en une phrase : notre imaginaire commun nous fait croire que nous vivons dans des « démocraties », alors qu’un regard plus distant sur la réalité de nos régimes de pouvoir suggère que nous vivons dans des « médiarchies ». L’ensemble du livre vise à donner un contenu conceptuel et analytique précis au néologisme de médiarchie, et à convaincre que l’analyse de la médiarchie nous aide à approcher de façon beaucoup plus réaliste toute une série de problèmes face auxquels nos démocrates patinent aujourd’hui de façon inquiétante.
Essai politique et théorie des media constituent deux voix mises en dialogue tout au long du livre. Des chapitres plus conceptuels, plus systématiques et plus volumineux, nourris des apports récents de la théorie des media, construisent un édifice suivi, visant à fournir une vision d’ensemble de la médiarchie. Ils alternent avec des interventions plus brèves, des interludes plus explicitement politiques, qui tout à la fois illustrent et expérimentent l’application des concepts théoriques à l’analyse de problèmes plus concrets.

C’est ainsi que débute le « Prélude » de « Médiarchie », publié en 2017 au Seuil dans la collection La couleur des idées, dixième ouvrage d’Yves Citton, trois ans après son « Pour une écologie de l’attention », dont il constitue à plusieurs égards une amplification et une généralisation. C’est Sandra Lucbert, autrice de l’important « La Toile » (2017), partageant en septembre dernier le plateau radio de « La suite dans les idées », sur France Culture, avec le professeur de littérature et de médias à Paris 8 – et co-rédacteur en chef de la revue Multitudes – qui avait attiré chaleureusement mon attention sur cet essai solide et audacieux, fourmillant d’idées et de mises en perspective, en un agencement souvent original. Spécialiste à l’origine de la littérature du XVIIIème siècle (certaines résonances  et détours astucieux au sien de « Médiarchies » le rappellent), Yves Citton défend la nécessité d’une critique des médias, mais insiste sur le besoin beaucoup plus fondamental d’une compréhension, travail auquel trop peu, sans doute, de chercheurs, de penseurs ou de vulgarisateurs de qualité s’attellent ces dernières années. Inventant une mécanique analytique particulière qui doit beaucoup à une approche de type archéologique (on se réjouira par exemple de son usage de la « kaléidoscomanie », qui résonne notamment avec le somtueux « Livre XIX » de Claro), il replonge au cœur des travaux de Marshall McLuhan (de sa « Galaxie Gutenberg » comme de sa « Mariée mécanique »), souvent trop oubliés aujourd’hui, pour les confronter habilement aux recherches contemporaines dans le monde anglo-saxon, en Allemagne ou en Italie (la bibliographie et les notes de bas de page sont ici d’une belle richesse).

x

51eaelK0thL._SX364_BO1,204,203,200_

Le voyage en médiarchie que propose cet ouvrage s’efforce de cartographier cet ailleurs à la fois inconnu et familier. Il invite souvent à parler une langue étrangère (aux accents surtout anglophones et germaniques), qu’on espère rendre aussi compréhensible que possible, sans pour autant lui faire perdre le charme de l’exotisme. Il trace son cheminement à travers quatre continents, dont chacun décline un peu plus précisément ce que confond généralement la référence commune aux « médias ». Chacun de ces continents s’affiche sous une graphie particulière aidant à distinguer les différents registres de réalité habituellement confondus. (…)
Davantage qu’un expert ès-médiologie, l’auteur prétend plutôt au statut de traducteur-interprète et de guide touristique. Il espère en savoir juste assez pour réussir à faire partager aux autres son désir d’aller y voir de plus près. L’urgence politique est-elle compatible avec la curiosité touristique ? C’est le pari que fait ce livre en présentant la médiarchie à la fois comme la nouvelle frontière d’un monde encore extérieur – de par sa nouveauté anthropologique, vieille d’à peine quelques siècles et en reconfiguration constante depuis son émergence – et comme la limite intérieure qui nous empêche de devenir ce que nous pourrions être.

Recourant lorsque nécessaire à plusieurs néologismes (ou quasi-néologismes) lorsqu’il s’agit d’explorer les différentes facettes induites de cette « médiarchie » (la multivocité du mot « medium » lui-même est largement mise à contribution), Yves Citton nous propose un ouvrage à la fois dense et très lisible, qui nous permet assurément de mieux saisir la manière dont nous sommes insérés – et sommes bien souvent plus acteurs que nous ne le pensons – au sein d’un système complexe, orienté – sans complotisme – et perpétuellement ajustable, sauf efforts bien particuliers pour s’en abstraire. Un ouvrage qui s’approche ainsi tout près de l’indispensable.

x

738_img_2145

Photo : ® Sylvain Bourmeau / Radio France

Logo Achat

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :