☀︎
Notes de lecture 2014

Note de lecture : « Le bonheur des petits poissons » (Simon Leys)

Chroniques nerveuses et savoureuses sur l’art de méditer et la littérature, entre autres.

x

Sous-titré «Lettres des Antipodes», ce recueil de l’écrivain, essayiste, traducteur et sinologue belge Simon Leys (1935-2014) paru en 2008 aux éditions Jean-Claude Lattès, qui rassemble une trentaine de chroniques parues dans des magazines littéraires dans les années 2000, est une lecture jubilatoire d’un auteur d’une curiosité et d’une clairvoyance rare sur l’art et la littérature, nourries de son esprit aventureux et de ses grandes passions pour la Chine et la mer.

«Lettres des Antipodes» ne fait pas tant référence à l’Australie, dernier lieu de résidence de l’auteur, qu’à cet antipode que représente la Chine dans l’esprit occidental et dont Simon Leys n’a cessé d’explorer l’altérité, reprenant à son compte ces mots du sinologue anglais Joseph Needham : «La civilisation chinoise présente l’irrésistible fascination de ce qui est totalement «autre», et seul ce qui est totalement «autre» peut inspirer l’amour le plus profond en même temps qu’un puissant désir de le connaître».

Avec son style nerveux, caustique et émouvant, Simon Leys fait l’éloge de la beauté et de l’inutile, de la paresse et de la cigarette, l’éloge de ces impressions et observations accidentelles si fécondes, de ces moments vides en art qui précèdent le geste créateur, l’éloge de la puissance expressive des blancs ou de l’art de la litote, et combat un empire purement utilitaire et marchand où la laideur et la bêtise ne cessent de s’étendre.

«Un prince voulait faire exécuter des peintures dans son palais ; une foule de peintres répondirent à son invitation et, après avoir présenté leurs respects, ils s’affairèrent aussitôt devant lui, léchant leurs pinceaux et broyant leur encre. Un seul, toutefois, arriva après tous les autres ; sans se presser, il salua le prince au passage, puis disparut en coulisses. Intrigue, le prince chargea un serviteur d’aller voir ce qu’il faisait. Le serviteur revint, tout perplexe : «Cet individu s’est déshabillé et il est assis demi-nu, à ne rien faire. – Splendide ! s’écria le prince, celui-là fera l’affaire c’est un vrai peintre !» (récit de Zhuang Zi cité dans l’article «Cosa mentale, Action supérieure de l’inaction»)

À propos de Charybde 7

Une lectrice, une libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :