☀︎
Notes de lecture 2014

Note de lecture : « L’année de l’hippocampe » (Jérôme Lafargue)

Une année de retrait du monde pour se reconstruire, ou pour exhumer ce qui a été enfoui.

x

lannee-de-lhippocampe

«Un futur qui s’avance comme un mur d’effroi et, en vérité, nous savons tous que tout va changer, mais nous ne savons ni quoi ni quand.» (Vassili Golovanov, «Éloge des voyages insensés», cité en épigraphe)

x

Déprimé, fatigué et en proie à de profonds doutes, Félix Arramon est venu s’isoler avec sa 2CV dans la petite maison en bord de mer ayant appartenu à sa grand-mère, où il a retrouvé sa planche de surf. Là, il se donne trois-cent soixante cinq jours pour décider de la direction à donner à sa vie, une décision dont les ressorts et enjeux sont au départ obscurs, apparemment liés à des souvenirs traumatisants matérialisés par la présence dans la maison d’un carton mystérieux plein de «trucs»…

«Nous sommes de plus en plus nombreux dans mon état, des âmes errantes et inutiles, si conscientes de leur état que cela en constitue une torture supplémentaire. Je n’abandonne pas la partie par idéologie ou dégoût ou colère. Je laisse tomber parce que l’esprit ne suit plus et que le corps est fatigué.»

Pour sortir de son malaise, la seule discipline que Félix s’impose, une discipline confinant à la pénitence pour ce mélomane, est d’écouter un seul disque chaque jour, et d’écrire quelques notes tous les soirs. C’est ce journal intime qui nous est donné à lire – une page par jour ponctuée par la mention du disque quotidien – un ensemble en forme de montagnes russes émotionnelles.

x

«1er février
Brad Mehldau
Largo

Bon sang, un mois que je suis ici.
Aujourd’hui, j’ai ouvert le carton de trucs, j’ai tout démonté, nettoyé, huilé, vérifié les mécanismes puis remonté. Inutile d’essayer, ça ne peut que marcher. Par acquit de conscience, je testerai quelques semaines avant la décision. Au cas où.»

Caméléon en forme ou déprimé, en fonction de ses rencontres, de la musique et du temps qu’il fait, Félix se lie d’amitié avec de rares voisins, pense très souvent et rend visite à Tim, son ami si proche, un garçon singulier érudit et subtil, éternel révolté contre la société et refusant farouchement toute forme de stéréotype. Enfin Félix tombe amoureux, un amour partagé qui semble lui ouvrir une porte vers un futur plus radieux en dépit de ses fêlures et de ses obsessions.

Au cœur de ce troisième roman de Jérôme Lafargue, publié en 2011 chez Quidam éditeur, dans la continuité du cycle que forment «L’ami Butler» et «Dans les ombres sylvestres», le lecteur et la lectrice retrouvera les thèmes de l’illusion, du double et de la falsification chers à l’auteur. Tout le charme du livre, outre cette description bien sentie du malaise d’un homme emblématique d’une époque et d’une génération de trentenaires, réside dans la personnalité problématique de Félix Arramon subtilement dévoilée, et dans les ruptures inattendues de la narration, au moment où nous pensions émerger du brouillard.

Éric Chevillard en parle superbement dans Le Monde des livres ici. On peut également lire un entretien passionnant de Jérôme Lafargue avec Laure Limongi ici.

Jérôme Lafargue était l’invité de la librairie Charybde en mars 2015 pour fêter la parution de «En territoire Auriaba» et on peut le réentendre ici.

ami butler

logo-achat

 

 

À propos de Charybde 7

Une lectrice, une libraire, entre autres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :