☀︎
Notes de lecture 2012

Note de lecture : « Dernier shoot pour l’enfer » (Ludo Sterman)

Et si – soyons fous – le football, sous le poids de ses enjeux financiers, s’était gangrené jusqu’à la moelle ? Une bien noire enquête policière.

x

RELECTURE

36331

[Note de lecture de 2012, remaniée après relecture du roman en 2016]

Publié en 2012 chez Fayard sous pseudonyme, ce premier roman d’un ancien du journal L’Équipe propose une intrigue policière enlevée au cœur de l’un des mythes français contemporains les plus solides et consensuels – et donc certainement l’un des plus sensibles : l’équipe de France de football, et en particulier la victoire à la Coupe du Monde 1998.

Encore jeune dans le métier, dépourvu du réseau d’un journaliste aguerri, je venais de faire un bond en avant immense. En quelques mois, j’avais rencontré les plus grands pour des interviews sans lien avec l’actualité, sans stress ni questions embarrassantes, des conditions idéales pour se faire aimer. Ces gars-là avaient pu lire la passion dans mon regard. Je leur avais fait revivre des moments forts de leur vie de sportif. Je leur avais donné de l’importance, tout simplement ; et de l’ego, ces types en avaient à revendre. Avec ce livre, la place qu’ils avaient tenue auprès d’Angel Novella était réaffirmée. Et ce soir, par la complicité dont ils me gratifiaient, ils me cooptaient.

Julian Milner, journaliste sportif en voie de consécration, vient juste de finir LA biographie d’Angel Novella, star footballistique du Mondial 1998 et de l’Euro 2000, décédé peu de temps après sa fin de carrière controversée, suite à un coup de tête en finale du Mondial 2006. Le suicide soudain d’une autre star de l’équipe de 1998 le met sur la piste d’un potentiel scandale des scandales : malversations financières et dopage à grande échelle.

x

x

L’équipe de France 1998 à la remise de la Coupe du Monde, équipe dont s’est très librement inspiré l’auteur.

– Salut, Jean-Phi.
– Ouais, salut. Excuse-moi, mais j’ai déjà eu trois fois la visite du « Fédéral Bureau » en moins d’une heure.
C’était ça, son vrai problème. Au journal, les chefs débarquaient, souvent à deux, dans leurs costumes sur mesure, pour distribuer les bons et les mauvais points. Il ne manquait que les lunettes noires. Les pions comme Jean-Philippe obéissaient au doigt et à l’œil, trop contents d’être sous-chefs, trop peureux de perdre leur place. Les directives avaient remplacé les débats et, de là-haut, les penseurs du journalisme moderne exigeaient régulièrement des choses impossibles, motivées par les liens de plus en plus étroits de la rédac à la pub. Désormais, on était marketing dans le choix des sujets.

Joliment exécuté mais sans surprises, ce polar plonge dans les petits secrets jamais avoués du sport-roi, nourri de l’expérience de l’auteur, de ses enquêtes dans le cyclisme, des révélations vite enterrées et oubliées d’un certain nombre d’autres enquêteurs, réels eux, pour poser la question qui tue : et si c’était vrai ? Si les incroyables enjeux financiers du football moderne conduisaient en effet à de massives dérives acceptées, du moment qu’elle restent tues… ?

Au terme de l’enquête fictive, certaines certitudes seront sans doute ébranlées, et un vertige aura probablement saisi le lecteur.

Ce qu’en dit joliment Encore du Noir est ici.

x

logo-achat

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :