☀︎
Notes de lecture 2014

Note de lecture : « Requiem pour un paysan espagnol & Le gué » (Ramón Sender)

Deux courts récits pour montrer de biais les cruautés et compromissions de la guerre civile espagnole.

x

Requiem pour un paysan espagnol

À l’intérieur d’une église qui reste obstinément vide, le curé, Mosén Millán, est sur le point, en cette année 1936, de célébrer une messe de requiem pour Paco, fusillé par les phalangistes. Seul, appuyé contre le mur de l’église, il repasse le film de ses souvenirs, ceux du baptême, de l’enfance de Paco, de ses actes de compassion envers les pauvres, de son mariage, de ses espoirs et de sa lutte contre le franquisme, et enfin de la chute de Paco dont le prêtre a été l’artisan, sans l’avoir vraiment voulu.

Par les yeux de ce prêtre passif, défenseur avec l’Église de l’ordre établi et des puissants, sont évoqués en filigrane la misère noire de l’Espagne d’alors, le système de domination des propriétaires terriens hérité de l’époque médiévale, les années troublées précédant la guerre d’Espagne et la connivence entre l’Église et le franquisme.

«La mort de Paco était si fraîche que Mosén Millán croyait avoir encore des tâches de sang sur ses vêtements.»

Inspiré par l’histoire familiale de Ramón Sender, son frère et sa femme étant tombés sous les balles franquistes, ce court roman initialement publié au Mexique en 1953 est surtout une histoire humaine, celle du courage et de l’intégrité de Paco et celle de l’attitude du prêtre, homme gris qui a trop peu de force pour un grand dessein – qui rappelle ces mots de Primo Levi : «Les monstres existent, mais ils sont trop peu nombreux pour être vraiment dangereux ; ceux qui sont plus dangereux, ce sont les hommes ordinaires, les fonctionnaires prêts à croire et à obéir sans discuter».

Anne Careil

® Anne Careil

«Un groupe de jeune gens arriva au village, des fils de bonne famille avec des bâtons et des pistolets.
Ils avaient l’air de pas grand-chose, et certains poussaient des cris hystériques. Jamais on n’avait vu de gens aussi effrontés. Normalement, ces garçons rasés de près et élégants comme des femmes, on les appelait, au carasol, petites bites, mais la première chose qu’ils firent fut de passer une formidable raclée au cordonnier, sans que sa neutralité lui serve à quoi que ce soit. Puis ils abattirent six paysans, dont quatre de ceux qui vivaient dans les grottes, et ils laissèrent leurs corps dans les fossés de la route qui menait au carasol. Comme les chiens venaient pour lécher le sang, ils postèrent un des gardes du duc pour les écarter. Personne ne demandait rien. Personne ne comprenait rien. Les gardes civils n’intervenaient pas contre les étrangers.
À l’église, Mosén Millán annonça que le très saint sacrement serait exposé jour et nuit, puis il protesta auprès de don Valeriano, que ces petits messieurs avaient choisi comme maire, parce que les six paysans avaient été tués sans avoir eu le temps de se confesser. Le curé passait ses jours et une partie de ses nuits à prier.»

Ce texte, l’un des plus célèbres du prolixe Ramón Sender, fut publié initialement en 1953, cinq ans après le fantastique «Le Roi et la Reine», mais il restât interdit en Espagne jusqu’en 1975. Il est traduit par Jean-Paul Cortada, et suivi dans ce volume publié par Attila en 2010, illustré de dessins d’Anne Careil et maintenant disponible au Nouvel Attila, par un deuxième court récit de 1948 traduit par Jean-Pierre Ressot, également sobre et magnifique, «Le Gué», la culpabilité d’une moucharde après la folle dénonciation de son beau-frère, fusillé lui aussi par les franquistes.

Jacques Josse en parle magnifiquement sur remue.net ici, et Anne-Françoise Kavauvea sur De seuil en seuil ici.

ramon sender

Logo Achat

À propos de Charybde 7

Une lectrice, une libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :