☀︎
Notes de lecture 2014

Note de lecture : « Le système d » (Nathan Larson)

Un tueur amnésique et obsessionnel dans les décombres de New-York : un roman noir dystopique particulièrement rock’n roll.

 

le système d

Premier roman de l’écrivain et musicien Nathan Larson, publié en 2011 et traduit par Patricia Barbe-Girault en 2014 pour les éditions Asphalte, «Le système d» constitue le premier volet d’une trilogie dystopique, noire et réjouissante, dont on jurerait qu’elle a été écrite par un être hybride et incontrôlable, fusion de Dashiell Hammett, Philip K. Dick et Quentin Tarantino.

Manhattan, 42ème rue, bibliothèque municipale publique de la ville de New-York. Ou du moins de ce qu’il en reste, puisque la ville a été ravagée, transformée en décharge et champ de ruines depuis les «événements» du 14 février, attaques terroristes et virus mortels dont le déclenchement et les causes restent obscures. La population a été divisée par dix et la satisfaction des besoins essentiels – se nourrir, se déplacer, se chauffer – est devenue très problématique.

new-york-public-library-lions

L’entrée de la bibliothèque municipale de New-York

Au cœur de ce chaos, le héros, vétéran amnésique, a élu domicile dans la célèbre bibliothèque, désormais désertée, car il voue un culte aux livres, les seuls éléments stables, instructifs et réconfortants de ce monde en ruines. Ce personnage totalement déjanté, qui a tout oublié de son identité, a été rebaptisé Dewey Décimal et entreprend de reclasser seul tous les livres de la bibliothèque selon le système du même nom, la classification décimale de Dewey, dans une lutte pour rétablir l’ordre contre le chaos.

Il se consacre à ce hobby obsessionnel lorsque son protecteur et employeur, un procureur corrompu du nom de Rosenblatt, n’occupe pas ses journées en l’employant comme tueur à gages. Ainsi, lorsque Rosenblatt fait appel à lui pour éliminer un ukrainien gênant et censément mafieux, pour Dewey Décimal, c’est juste la routine.

«Pour info, et même si on s’en tape, je crois bien qu’avant, Rosenblatt bossait comme avocat dans un de ces cabinets chelous qui se paient des pubs à la télé, avec numéro vert à appeler si quelqu’un a embouti votre voiture ou si vous avez glissé sur une peau de banane dans la rue. Le genre de type prêt à courir après une ambulance si ça peut lui faire gagner un client. Dans le chaos post-Saint-Valentin, il y a eu pas mal de remue-ménage, de remaniements, de passages en force. Rosenblatt s’est débrouillé pour poser son cul dans ce fauteuil.»

Cette mission banale va s’avérer plus complexe que prévue et entraîner Dewey Décimal au cœur d’une spirale d’événements et de contrats réciproques pour lui faire éliminer diverses crapules ou criminels de guerre.

PurellClouant au pilori tant de clichés étatsuniens en les pastichant, Nathan Larson orchestre un roman jubilatoire, grâce à la personnalité, aux logorrhées et à l’humour noir de son héros infatigable, pathétique et génial. Noir, originaire de Harlem, hypocondriaque, encombré de troubles obsessionnels et compulsifs multiples, Dewey Décimal est convaincu d’avoir été l’objet d’expériences gouvernementales ayant modifié ses souvenirs ; il passe son temps à se désinfecter les mains avec la lotion désinfectante Purell®, à avaler des cachets et se préoccupe surtout de l’état de son costume ou des microbes potentiels sur son épiderme alors même qu’il est encadré par des tueurs ukrainiens ou serbes sur le point de le dessouder.

«J’ai une carte de la ville tatouée à l’intérieur de mes paupières. En deux dimensions, en couleurs, un peu comme la carte diffusée par la régie de New York, avec ses lignes qui courent comme des veines vertes, bleues, rouges, jaunes, oranges. Cette carte est à ma disposition en permanence. Si vous pouviez la voir, le Système dont je vous ai parlé deviendrait limpide. Tout est là, sous mes paupières, vivant. Ses règles et ses fonctions sont strictes, précises, pures comme le Purell®.»

On a volontiers repris une giclée de Purell® avec la suite de la trilogie, «Le système nerveux», paru en juin 2016, et dont on parlera très prochainement ici.

Ce qu’en dit Yan sur Encore du noir ! est ici, et Mikaël Demets sur L’Accoudoir est ici.

NathanLarson1

Logo Achat

À propos de Charybde 7

Une lectrice, une libraire, entre autres.

Discussion

2 réflexions sur “Note de lecture : « Le système d » (Nathan Larson)

  1. Je n’ai pas aimé; quelques belles idées, un beau personnage central mais l’histoire est assez vaine.

    Publié par philippedaubry | 31 août 2016, 13:34

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Note de lecture : « Le système nerveux  (Nathan Larson) | «Charybde 27 : le Blog - 24 juillet 2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :