☀︎
Notes de lecture 2014

Note de lecture : « Le dernier gardien d’Ellis Island » (Gaëlle Josse)

« Dans quelques jours, j’en aurai fini avec cette île qui a dévoré ma vie ». Les tourments du dernier gardien d’Ellis Island.

 

Le dernier gardien d'Ellis Island

Aujourd’hui transformés en musée, les services d’immigration d’Ellis Island ont fonctionné de 1892 jusqu’en novembre 1954. Ils ont vu passer, « trié » et ainsi décidé du sort de plus de 12 millions de candidats à l’immigration.

Le 3 novembre 1954, neuf jours avant la fermeture définitive du centre d’Ellis Island, le narrateur du roman de Gaëlle Josse, John Mitchell, directeur du centre et dernier maître à bord de l’île, commence l’écriture d’un journal, mû par une inexplicable nécessité après quarante-cinq années passées à Ellis Island.

«Neuf jours et neuf nuits avant d’être rendu à la terre ferme du continent, à la vie des hommes. Autant dire au néant, en ce qui me concerne. Que sais-je aujourd’hui de la vie des hommes ? La mienne est déjà suffisamment obscure à mes yeux, comme un livre que l’on croit familier et que l’on découvre un jour écrit dans une langue étrangère. Il me reste cette surprenante urgence à écrire, je ne sais pour qui, assis à ce bureau devenu inutile, entre les dossiers cartonnés, les crayons, les règles et les tampons, ce qu’a été mon histoire.»

Remontant le cours de sa vie, cet homme solitaire livre ici son histoire intime, sur cet îlot où l’on voit se dérouler en arrière-plan toute l’Histoire du vingtième siècle, et son naufrage autour des souvenirs intacts de deux femmes, Liz son épouse et Nella, candidate à l’immigration originaire d’une Sardaigne rurale et archaïque, et dont le souvenir n’a jamais cessé de le hanter.

«Depuis Ellis, j’ai regardé vivre l’Amérique. La ville, si près, si loin. L’île avait fini par en constituer pour moi le poste avancé, la tour de guet, le rempart contre des invasions dont j’étais la sentinelle. Ensuite, l’activité du centre n’a cessé de décroître. Je suis aujourd’hui le capitaine d’un vaisseau fantôme, livré à ses propres ombres. Celle de Nella, arrivée sur ce maudit «Cincinnati» le 23 avril 1923, demande aujourd’hui justice.»

Ellis Island2Avec l’histoire profondément émouvante du gardien d’Ellis Island, «le lieu même de l’exil, c’est-à-dire le lieu de l’absence de lieu, le non-lieu, le nulle part» (Georges Perec, «Ellis Island»), Gaëlle Josse questionne dans ce quatrième roman paru en septembre 2014 dans la belle collection Notabilia des éditions Noir sur Blanc, l’errance, les choix et l’exil intérieur d’un homme pris dans une collision tragique entre les règles administratives rigides de l’immigration américaine et les espoirs et l’angoisse des candidats à l’immigration.
Au moment de quitter l’île, cet homme restera emmuré dans le souvenir douloureux de ses transgressions.

«Aujourd’hui, je ne commande plus qu’à des murs. L’herbe et les plantes transportées par le vent ou les oiseaux poussent librement. Il s’en faut peu pour que ce soit ici un grand parc, un parc en friche posé au ras de l’eau, surveillé au loin par une Liberté triomphale chevillée ferme à son rocher. J’ai parfois l’impression que l’univers entier s’est rétréci pour moi au périmètre de cette île. L’île de l’espoir et des larmes. Le lieu du miracle, broyeur et régénérateur à la fois, qui transformait le paysan irlandais, le berger calabrais, l’ouvrier allemand, le rabbin polonais ou l’employé hongrois en citoyen américain après l’avoir dépouillé de sa nationalité. Il me semble qu’ils sont tous encore là, comme une foule de fantômes flottant autour de moi.»

Ce qu’en dit joliment Simone Rinzler sur son blog est ici.

Pour acheter ce livre chez Charybde, c’est par là.

Gaelle Josse

 

À propos de Charybde 7

Une lectrice, une libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :