☀︎
Notes de lecture 2013

Note de lecture : « Christie Malry règle ses comptes » (B.S. Johnson)

Vengeance comptable, ou la sublime symétrie de la comptabilité en partie double. Une aventure romanesque féroce.

 

Christie_Malry_regle_ses_comptes

Dernier de ses romans publiés du vivant de B.S. Johnson en 1973, traduit en 2004 par Françoise Marel pour Quidam éditeur, «Christie Malry règle ses comptes» parut quelques mois avant le suicide de son auteur, en Novembre de cette même année 1973. Comme Laure Limongi le souligne très justement dans «Indociles», «le lecteur qui s’embarque dans un livre de B.S. Johnson amorce une expérience passionnante. Il se sent circuler dans une forme aux libertés folles».

Christie Malry est un homme simple. Il souhaite côtoyer l’argent dont il est démuni et devient donc employé de banque. Rapidement lassé d’un travail fastidieux et d’une ambiance de travail « ternie par l’aigreur, la mesquinerie et l’esprit de bureaucratie », il abandonne la sécurité de l’emploi de la banque et, pour faire fortune, rejoint une entreprise qui fabrique des pâtisseries et des bonbons, tout en étudiant la comptabilité.

Pour surmonter, ou se venger de frustrations ou vexations initialement mineures, Christie a alors une Idée de génie, appliquer le principe de la comptabilité en partie double à sa propre vie. Tout préjudice qu’il subit vient à son débit – réprimandes du chef comptable, malaise du au comportement d’un employé des pompes funèbres lors de l’enterrement de sa mère, etc. -, et doit être exactement compensé par une réparation, à son crédit. Ainsi, Christie Malry règle ses comptes avec EUX, la société capitaliste contemporaine. Cette Idée de génie devient son unique but et, considérant toute sa vie comme un jeu ou une guerre, il n’a de cesse de découvrir ainsi les points forts et les points de vulnérabilité du monde des affaires, les « possibilités de chaos, blessures et autres accidents mortels », qu’il voit comme autant d’informations utiles au recouvrement d’un crédit considérable.
Logiquement, en bon technicien, Christie Malry procède périodiquement à une clôture comptable, où l’on constate que son solde créditeur à reporter ne cesse d’augmenter, dans une inquiétante escalade.

Pendant que son personnage donne une forme nouvelle et objective à la vengeance avec cette histoire féroce et drôle, B.S. Johnson réinvente la narration en piétinant les convenances et en mettant sa méthode à nu pour nous, lecteurs. Chacun ne cesse de changer de place : l’auteur discute avec son personnage de la nécessité de terminer le roman, le même personnage devient par moments commentateur extérieur ou bien critique du roman, et le lecteur est amené aux côtés de l’auteur pour contempler avec lui les principes directeurs de la construction de ce roman, et participer à son élaboration.

«D’où il ressort que Christie sera ordinaire, d’allure, de taille, de poids, de carrure et de couleur. Faites de lui ce que bon vous semblera : un personnage à votre image probablement. Entière liberté vous est garantie s’agissant en particulier des verrues ou des grains de beauté ; l’important étant qu’il compte au moins l’une ou l’autre de ces excroissances.»

Pour acheter chez Charybde ce livre immensément drôle et d’une profonde noirceur, novateur comme chacun des romans de B.S. Johnson, et notamment «Chalut» et «Les malchanceux», c’est ici.

bs-johnson-005

À propos de Charybde 7

Une lectrice, une libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :