☀︎
Notes de lecture 2014

Note de lecture : « Le port intérieur » (Antoine Volodine)

Interrogatoire à Macau.

 

Le_port_interieur

Exilé en compagnie de sa maîtresse Gloria Vancouver et d’un brésilien, Machado, qui les a aidé à trouver refuge à Macau, Breughel se cache et il vit maintenant seul, dans un quartier sordide de ce petit morceau de Portugal en mer de Chine.
Agent de son Parti missionnée pour le séduire, Gloria Vancouver a finalement trahi cette organisation totalitaire, et elle a accompagné Breughel dans sa fuite sans retour, après avoir détourné de l’argent du Parti.

Lorsque le roman s’ouvre, Gloria et Machado ne sont plus là, et dans un cloaque envahi par les blattes, Breughel rumine sur la fin de toute chose, dans l’attente de sa propre décomposition. Rattrapé par Kotter, un tueur envoyé par le Parti pour retrouver les fuyards et l’argent, qui le soumet à un interrogatoire aussi violent qu’absurde, Breughel semble résigné à une fin proche, sans amertume tant elle est attendue.

«La foi en l’avenir était parvenue au dernier degré de sa combustion suicidaire.»

L’interrogatoire, cœur du roman aux variations multiples, motif également central dans «Le nom des singes» et «Dondog», résonne des échos des procès staliniens, des méthodes de la gestapo et de toutes les dictatures du vingtième siècle, dans une relation avec l’histoire «toujours très déformée, un peu comme dans un rêve, où la mémoire combine le familier et l’étrange» (Antoine Volodine, « Écrire en français une littérature étrangère« , 2002)

Écrivain vieillissant, Breughel apparaît en situation de précarité extrême, même ou surtout peut-être au niveau du langage, dans cette partie de la vie «où déjà tout est recouvert d’une poussière de mort».

«Breughel n’écrit plus ou il écrit très peu, quelques textes sans poésie, qu’il ne corrige pas. Les anciennes clartés se sont éteintes. Ce qu’il explore ne. Il agonise sur les bas-côtés de l’imaginaire. Il ne voyage plus qu’à l’intérieur de la déchéance physique, intellectuelle. Ce qu’il explore ne renaît pas sous forme de livres.»

La seule chose qui semble importer à Breughel, au fil de ses récits et mensonges à Kotter, reste de protéger Gloria Vancouver. Mais, dans ce livre où rien n’est exempt du doute, cette femme existe-t-elle ou est-elle issue des fictions de Breughel ? Gloria Vancouver est-elle insane, recluse entre les murs d’un asile ou bien déjà morte ?

«Elle existe, elle n’existe pas, c’est une inconnue à cheveux noirs, parfois tu inventes un passé au cours duquel tu as été heureux avec elle, longtemps, pendant une vie entière, et parfois tu ne lui as même pas adressé la parole, elle t’a simplement frôlé, dans des structures clandestines qui se donnaient pour objectif d’exécuter des nettoyeurs ethniques, des vendeurs d’armes, des idéologues de la boucherie, des seigneurs. Bien que souillé pour toujours par la guerre, tu es resté un homme qui rêve sa vie, un habitant de l’imaginaire.»

Dans une ville de Macau en décrépitude, où la cohabitation des deux écritures, portugaise et chinoise, forme un contrepoint aux voix discordantes de Kotter et Breughel qui s’expriment successivement sous des formes diverses, récit, rêve ou monologue, «Le port intérieur», huitième roman d’Antoine Volodine (Éditions de Minuit, 1996) prend la forme d’un millefeuille de la parole, d’une théâtre d’ombres où chaque chapitre apporte une nouvelle couche de sens, une nouvelle parole qui échappe sans cesse à la volonté de domination et d’appropriation de l’interrogateur.

Les fictions d’Antoine Volodine ne se livrent jamais complètement au lecteur, comme un univers qu’on aime passionnément, mais dont on n’atteindra jamais le cœur.

Ce qu’en dit Lucien Raphmaj sur son blog est ici.

Pour acheter ce livre chez Charybde, c’est ici.

05-volodine

À propos de Charybde 7

Une lectrice, une libraire, entre autres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :