☀︎
archives

Archive de

Note de lecture : « L’homme-dé » (Luke Rhinehart)

Pleins pouvoirs au livre-dé ! x Psychiatre écœuré par l’incapacité de sa discipline à guérir le malheur humain, échouant avec une constance désespérante à écrire un livre sur sa pratique psychiatrique, car, faille petite mais significative, il n’a rien à dire, plongé dans un ennui qui tourne à la dépression dans sa vie bourgeoise et tellement … Lire la suite

Note de lecture : « Le roi pêcheur » (Julien Gracq)

L’inattendu roman du Graal de Gracq, au théâtre. x Écrit en 1942-1943, publié en 1948 (naturellement chez José Corti), « Le roi pêcheur », adaptation bien personnelle d’un moment décisif du mythe du Graal, reste la seule incursion de Julien Gracq dans le théâtre. Mise en scène en 1949 par Marcel Herrand au théâtre Montparnasse (avec Lucien … Lire la suite

Note de lecture : « L’autre vie de Valérie Straub » (Stéphane Padovani)

Lutte armée, justice, expiation et vengeance, en cinquante pages rares. x x Publié en 2012 chez Quidam, le quatrième texte de Stéphane Padovani était une novella d’une cinquantaine de pages, associant en un rare équilibre instable et fructueux la sortie de prison, le retour à la vie et la mort – mêlant une étonnante poésie … Lire la suite

Note de lecture : « Le Messager » (Charles Stevenson Wright)

Instantanés de la fin des années cinquante dans les marges de la société new-yorkaise. x Né dans un coin perdu du Missouri, orphelin précoce élevé par ses grands-parents, lecteur avide de littérature dès son plus jeune âge, impatient de découvrir le monde, Charles Stevenson Wright (1932-2008) partait en stop toutes les semaines, dès quatorze ans, … Lire la suite

Je me souviens de : « La guerre éternelle » (Joe Haldeman)

Guerre spatiale et embrigadement, décalage temporel et mutation sociale. Un très grand roman de 1975. x C’est relativement tardivement dans mon « cursus science-fictif », sans doute vers 1985 ou 1986, que j’ai découvert ce roman publié en 1975, couronné cette année-là par les prix Hugo et Nebula, traduit en français par Gérard Lebec en 1976 chez … Lire la suite

Note de lecture : « Une île, une forteresse » (Hélène Gaudy)

Questionner les trous, le mensonge et l’aveuglement dans la géographie et l’histoire de Terezín. x «De haut, c’est une étoile. On a peine à compter ses branches, mangées dans les angles par des plantes voraces. On zoome et sa structure se dessine, en son noyau une place centrale, rectangle où l’on devine la forme d’une … Lire la suite

Note de lecture : « La grande eau » (Živko Čingo)

L’imagination enfantine débridée contre les hauts murs, réels et métaphoriques, de l’orphelinat totalitaire. x Publié en 1971, traduit en français par Maria Bejanovska, d’abord en 1980 à l’Âge d’Homme, puis en 2016  au Nouvel Attila, qui en propose une somptueuse édition illustrée par Giovanna Ranaldi, le premier roman du Macédonien (Yougoslave à l’époque) Živko Čingo … Lire la suite

Note de lecture : « Carte muette » (Philippe Vasset)

Diabolique tentative poétique de cartographie du Réseau, par les armoires électriques et les relations électroniques. x x Publié en 2004 chez Fayard, un an après « Exemplaire de démonstration », le deuxième roman de Philippe Vasset poursuit son exploration d’un devenir électronique de la création et de la communication, imaginant la manière dont l’âme – ou ce … Lire la suite

Note de lecture : « Liberté grande » (Julien Gracq)

Le magique recueil de poèmes en prose de Julien Gracq. x Après « Au château d’Argol » (1939) et « Un beau ténébreux » (1945), c’est en 1946 que Julien Gracq concrétise son excursion avouée dans la poésie (en prose) avec cette publication (toujours chez José Corti) de textes mêlant des inédits à certains déjà parus en revue depuis … Lire la suite

Note de lecture bis : « Infini : L’histoire d’un moment » (Gabriel Josipovici)

Arraché aux confidences de son serviteur, le parcours d’un compositeur rageur et obsessionnel, en 150 énormes pages. x x Publié en 2012, le dernier en date des romans de Gabriel Josipovici, traduit chez Quidam en janvier 2015 par Bernard Hoepffner, est sans doute son plus curieusement et paradoxalement joyeux, et l’un des plus étonnants. S’appuyant … Lire la suite