☀︎
archives

Archive de

Note de lecture : « Le poids de son regard » (Tim Powers)

L’épique explication historique et surnaturelle de la notion romantique de « poète maudit », en très grand art. x RELECTURE Publié en 1989, traduit en français en 1990 par Pierre-Paul Durastanti chez J’ai Lu, et réédité chez Bragelonne en 2013, le septième roman de l’Américain Tim Powers, en général surtout connu comme l’un des grands réinventeurs du … Lire la suite

Note de lecture : « Les Demoiselles » (Alex Porker)

Dans la chambre close de la violence hyper-enfantine. Sécrétion naturelle du fétichisme marchand ? x Publié en 2012 chez Alexipharmaque, le deuxième roman d’Alex Porker, après son « Makeup Artist » de 2010, aborde par un angle différent le travail exploratoire qu’il accomplit depuis son recueil de nouvelles, « Fermons les yeux, faisons un vœu », autour de l’hyper-enfance, … Lire la suite

Note de lecture : « Le bleu du ciel est déjà en eux » (Stéphane Padovani)

Des nouvelles mystérieuses pour faire l’éloge du langage comme barrage à l’incendie du monde contemporain. Magnifique. x Dans un monde contemporain marqué par les guerres, la violence et la misère sociale, les personnages des nouvelles poétiques et inspirées de Stéphane Padovani semblent chercher un langage pour continuer à témoigner du monde, pour se préserver des … Lire la suite

Note de lecture : « Mater Terribilis » – Eymerich 8 (Valerio Evangelisti)

Des archétypes jungiens au storytelling contemporain, la haine éternelle du féminin entre Jeanne d’Arc et Gilles de Rais. x Publié en 2002, traduit en 2013 à La Volte par Jacques Barbéri, le huitième tome de la saga Eymerich de Valerio Evangelisti (saga dont les principes ont été exposés dans la note à propos du premier … Lire la suite

Note de lecture : Le lac noir (Hella S. Haasse)

Un classique de la littérature néerlandaise, sobre et émouvant, qui annonce l’effondrement de l’empire colonial. x Ce court roman, le premier de l’œuvre variée et importante de Hella S. Haasse (1918-2011) fut publié en 1948, traduit en 1991 par Marie-Noëlle Fontenat pour les éditions Actes Sud, en période de conflit et peu de temps avant … Lire la suite

Je me souviens de : « La fin du rêve » (Philip Wylie)

Le récit clinique « imaginaire » du chaos final créé par la pollution globale à partir de 1970. x Publié en 1972 juste après la mort de l’auteur, traduit en français en 1976 dans l’alors indispensable collection Anti-Mondes des éditions Opta, le vingt-cinquième et dernier roman de l’Américain Philip Wylie, grand vétéran de l’âge héroïque des pulps, … Lire la suite

Note de lecture : « Hôtel Europa » (Gianni Pirozzi)

D’un Planning familial rennais sous pression aux milices orangistes nord-irlandaises en maraude. Brutal et incisif Pirozzi, à nouveau. x x Publié en 2004 chez Rivages, le deuxième roman de Gianni Pirozzi nous permettait de retrouver plusieurs des protagonistes de « Romicide » (2001), dans un contexte d’abord rennais là aussi, mais ensuite bien différent, puisque la deuxième … Lire la suite

Note de lecture : « La culture du narcissisme » (Christopher Lasch)

Le complexe de Narcisse de l’homme occidental : Un essai foisonnant et sainement dérangeant de Christopher Lasch. x Publié initialement en 1979, cet essai passionnant de l’historien et sociologue américain Christopher Lasch (1932-1994) n’est pas une analyse de plus de l’égocentrisme ou de l’égoïsme, mais une étude de la façon dont l’évolution de la société et … Lire la suite

Note de lecture : « La compagnie des loups » (Angela Carter)

Perrault, Grimm et le folklore lycanthropique européen transmutés en des contes résolument autres. x Publié en 1979, traduit en français en 1985 au Seuil par Jacqueline Huet, « La compagnie des loups », deuxième recueil de nouvelles de la Britannique Angela Carter, est peut-être désormais son œuvre la plus connue, notamment depuis le succès éclatant du film … Lire la suite

Note de lecture : « Makeup Artist » (Alex Porker)

Dans la maladie cosmétique au Royaume Enchanté de l’hyper-enfance. x Publié en 2010 chez Alexipharmaque, le premier roman d’Alex Porker, déjà auteur de l’étonnant recueil de nouvelles « Fermons les yeux, faisons un vœu », chez Hermaphrodite en 2008, poursuivait résolument son exploration de ce qu’il appelle l’ hyper-enfance, cette créature collective fictionnelle qui pourrait bien être … Lire la suite