☀︎
Notes de lecture 2012

Note de lecture : Le lac noir (Hella S. Haasse)

Un classique de la littérature néerlandaise, sobre et émouvant, qui annonce l’effondrement de l’empire colonial.

x

Le lac noir

Ce court roman, le premier de l’œuvre variée et importante de Hella S. Haasse (1918-2011) fut publié en 1948, traduit en 1991 par Marie-Noëlle Fontenat pour les éditions Actes Sud, en période de conflit et peu de temps avant que les Pays-Bas ne reconnaissent l’indépendance de l’Indonésie, à partir de 1949.

«Oeroeg était mon ami.»

Le narrateur, dont le père était administrateur d’une plantation de thé aux Indes néerlandaises, avait pour unique compagnon de jeu et ami inséparable Oeroeg, le fils de l’intendant indonésien du domaine, qu’avec ses yeux sincères et naïfs d’enfant il voyait comme son égal.

Cette amitié va se briser en plusieurs cassures, avec la discrimination de l’école, lorsqu’un accident tragique coûte la vie au père d’Oeroeg et plus tard lorsque le narrateur, devenu adulte, retourne aux Indes néerlandaises à l’issue de ses études, et retrouve un Oeroeg transformé, ayant embrassé la cause des indépendantistes.

hella_haasse_oeroeg_1953La jeunesse aux Indes néerlandaises d’Hella S. Haasse l’a souvent inspirée, comme dans ce premier récit poignant, qui témoigne du paradis perdu de l’enfance, gravé pour toujours et irrécupérable, pour un enfant ayant grandi dans un pays superbe et un environnement protégé, aveugle à toutes les injustices, un paradis dont il sera exclus avec une décolonisation inévitable.

Ce monde de l’enfance est intimement lié à la nature foisonnante, la forêt, les torrents, les animaux, le lac, superbement décrits ici. Comme un angle mort fascinant et incompris, le lac noir, dont on ne peut appréhender ce que la surface sombre recèle, semble être le symbole de tout ce que l’enfant, insouciant et protégé, n’avait pas compris : la catastrophe qui menaçait, les aspirations profondes et l’identité d’Oeroeg, celui qu’il considérait pourtant comme son ami le plus proche.

«S’il est vrai que, pour chaque être humain, il existe un paysage de l’âme, une atmosphère déterminée, un environnement qui évoquent des vibrations émotionnelles dans les recoins dissimulés, les plus reculés de son être, alors mon paysage était – et est – l’image des pentes montagneuses du Preanger : l’odeur amère des théiers, le murmure des petits torrents d’eau claire sur les rochers, les ombres bleutées des nuages sur la plaine.»

Pour acheter chez Charybde ce livre, adapté au cinéma en 1993 par Hans Hykelma, sous le titre original du roman Oeroeg, c’est ici.

Hella S Haasse

À propos de Charybde 7

Une lectrice, une libraire, entre autres.

Discussion

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: LE LAC NOIR – PAPYRUS - 27 novembre 2016

  2. Pingback: Note de lecture : Le lac noir (Hella S. Haasse) – L'HORIZON - 9 juin 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :