☀︎
Notes de lecture 2015

Note de lecture : « Les Chaînes d’Eymerich » – Eymerich 2 (Valerio Evangelisti)

Curieuse hérésie savoyarde et amélioration nazie de la race, pour un futur qui déjà déchante avec ce deuxième tome de la saga.

x

RELECTURE

Les Chaînes d'Eymerich

Publié en 1995, traduit en français en 1998 chez Rivages par Serge Quadruppani, le deuxième volume de cette immense saga, après « Nicolas Eymerich, inquisiteur » (à la note de lecture duquel je vous renvoie pour une présentation de l’ensemble), accomplit un significatif saut dans le temps, en ce qui concerne la « ligne temporelle principale », celle du Moyen Âge dans lequel évolue Nicolas Eymerich, inquisiteur général du royaume d’Aragon, puisqu’il prend place treize ans après les faits et l’enquête théologico-policière menée dans le premier volume.

Le curé de Saint-Jean regarda avec une certaine méfiance le jeune prêtre venu quasiment en courant du Palais des Papes.
– Quel nom avez-vous dit ?
Le jeune homme parcourut du regard la pénombre humide de la nef centrale.
– Eymerich. Père Nicolas Eymerich. On m’a dit qu’il se trouvait ici.
Le curé fit une grimace puis indiqua un dominicain agenouillé au milieu de la nef, loin des béguines occupées à réciter le rosaire.
– Ce doit être celui-là. Il vient presque chaque jour. Mais son nom, c’est vous-même qui me l’apprenez aujourd’hui. Chaque fois que j’ai cherché à lier conversation avec lui, il n’a même jamais daigné me répondre.
Le jeune homme rit.
– Vous n’êtes pas le premier à subir un tel traitement. Le père Eymerich a beaucoup de qualités, mais on ne peut certes pas le qualifier de cordial.

Froid, sévère et beaucoup plus torturé intérieurement qu’il n’y semble au premier abord (l’élucidation de ces tourments intimes se constitue progressivement comme l’une des profondes enquêtes inscrites au cœur de la série), l’inquisiteur Eymerich est désormais redoutable et redouté, loin du débutant exposé au risque de la maladresse et de l’erreur qu’il était au moment de sa nomination, treize ans plus tôt. Dépêché dans un coin reculé de Savoie où se précisent, d’après certaines rumeurs, divers indices d’hérésie ou de bizarrerie potentiellement coupable, le personnage de Valerio Evangelisti va nous étourdir cette fois de sa technicité, de sa ténacité, de son audace et de son brio, au long d’une enquête compliquée et difficile, riche en rebondissements feuilletonesques comme en chausse-trappes parfois bien machiavéliques.

LE_CATENE_DI_EYMERICH

x

Dans les quatre mois qui suivirent, Eymerich soigna jusqu’au moindre détail de l’expédition. Avant tout, il appela en Avignon le père Jacinto Corona, qui l’avait assisté dans l’instruction de quelques procès importants aussi bien en Aragon qu’en Languedoc. A ses yeux, le père Jacinto possédait les vertus décisives de discrétion, d’humanité et d’efficacité, à quoi s’ajoutait une simplicité de manières dont il se sentait très proche.
Puis il envoya à Châtillon quelques hommes de confiance déguisés en voyageurs ou en marchands, avec mission de lui rapporter les difficultés du trajet et toute indiscrétion qu’ils réussiraient à récolter sur la présence d’hérétiques ou le climat politique de ces vallées. Un des envoyés, jeune tertiaire provençal à l’air point trop éveillé, avait pour tâche supplémentaire de demeurer sur place jusqu’à l’arrivée de l’inquisiteur, en s’intégrant le plus possible à la vie locale.
En outre, Eymerich recruta deux consolateurs émérites, dominicains eux aussi, une dizaine de soldats qui constitueraient le bras armé de l’Inquisition, placés sous les ordres d’un capitaine estimé pour sa loyauté et son courage, et un bourreau avec ses deux assistants. Condition fondamentale pour se voir engagés, en plus d’une foi indiscutée, les hommes, quelle que fût leur origine, devaient avoir une bonne maîtrise du franco-provençal. Il convoqua aussi le seigneur de Berjavel, un notaire très au fait des intrigues avignonnaises, qui, treize ans plus tôt, n’avait pas peu contribué à sa nomination d’inquisiteur général de l’Aragon et avec l’aide de qui il avait ensuite conduit de nombreux procès. Il appréciait aussi bien sa culture juridique que ses énormes capacités politiques dissimulées derrière une apparence de petit boutiquier.

9782743603410

x

L’enquête en hérésie, proprement dite, renverra aussi discrètement  l’inquisiteur à des événements survenus sept ans plus tôt à Castres, qui seront l’objet du troisième volume, « Le corps et le sang d’Eymerich », publié deux ans plus tard en Italie, tandis que les deux autres récits, situés – comme Valerio Evangelisti en a établi le principe dès le début de sa série – sur deux autres lignes temporelles, l’une correspondant grosso modo à notre vingtième siècle, l’autre à un futur diablement incertain, résonnent avec les événements médiévaux, leur apportant des explications « scientifiques » possibles ou des conséquences dramatiques, dans un univers où les folies déchaînées et les obsessions morbides se télescopent fréquemment, longtemps après la disparition de l’Inquisiteur, pour aboutir à une forme sophistiquée de pire des mondes possibles. La lectrice ou le lecteur voit ainsi se dégager peu à peu le travail au long cours de la RACHE, organisation nazie en charge de l’amélioration génétique, dont l’œuvre continue bien après la chute du Troisième Reich, dans divers états sud-américains, et découvre pour la première fois dans la série sa lointaine descendance que constitue l’empire balkanique raciste fondamentaliste alors en gestation, si l’on ose dire.

– Les organes, hurla Valescu par-dessus le fracas. Le plus beau va arriver.
Soudain, comme poussés par un ressort invisible, des corps humains parfaitement formés bondirent hors de l’abysse écumeux. Ils roulèrent longtemps en position de bout, comme s’ils se tenaient sur des skis, les bras battant les flancs. Puis, d’un coup, le tumulte baissa d’intensité et le tourbillon peu à peu commença à se combler. Les corps continuaient leur course en s’inclinant graduellement, jusqu’à se coucher à la surface des eaux. Quand les vagues cessèrent et que le vortex se fut refermé, effacé sous de petites spirales d’écume, corps et formes blanchâtres restèrent à flotter sur un liquide redevenu huileux.
– Il ne reste plus qu’à les pêcher, dit Valescu, d’une voix brisée par l’enthousiasme. Des organes humains rendus comme neufs, et des corps vivants mais sans intelligence, à utiliser suivant votre bon plaisir.

Dès ce deuxième volume, Valerio Evangelisti entreprend et confirme sous nos yeux ce travail étonnant consistant à échafauder en parallèle, reliés par des liens subtils et mortifères, un univers historique médiéval « réagencé » pour ouvrir des perspectives science-fictionnelles dans ses bouffées de surnaturel, un univers futur atrocement dystopique dont la mosaïque ira se complétant au fil des pages, et un chemin de transition contemporain, donnant les clés du passage en quelques siècles de l’un à l’autre. Et il accomplit tout cela sans didactisme, sans pesanteur, restant fidèle à l’esprit de narration débridée et intense qui caractérise, pour les Wu Ming, le « nouvel épique italien ». Du grand art.

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.


Le cycle Eymerich (10 volumes) avec dates de parution en Italie et dates de l’action « Moyen-Âge » de chaque volume :
1) Nicolas Eymerich, inquisiteur (1994) – 1352 à Saragosse.
2) Les chaînes d’Eymerich (1995) – 1365 en Savoie.
3) Le corps et le sang d’Eymerich (1996) – 1358 à Castres.
4) Le mystère de l’inquisiteur Eymerich (1996) – 1354 en Sardaigne.
5) Cherudek (1997) – 1360 dans le Sud-Ouest de la France.
6) Picatrix, l’échelle pour l’enfer (1998) – 1361 à Grenade.
7) Le château d’Eymerich (2001) – 1369 à Montiel, en Castille.
8) Mater Terribilis (2002) – 1362 à Cahors et dans le reste de la France.
9) La lumière d’Orion (2007) – 1366 à Byzance / Constantinople.
10) L’Évangile selon Eymerich (2010) – 1372 à Barcelone, en Sardaigne, en Sicile et à Naples.

x

EvaPh10

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :