☀︎
Lectures BD

Lecture BD : « Cher pays de notre enfance – Enquête sur les années de plomb de la Ve République » (Étienne Davodeau & Benoît Collombat)

Les années SAC, la mort du juge Renaud et du ministre Boulin, en bande dessinée d’investigation.

x

Cher pays de notre enfance

Publié en octobre 2015 chez Futuropolis, ce nouvel album d’Étienne Davodeau l’associe cette fois au journaliste Benoît Collombat pour une enquête imagée, réellement glaçante, dans un passé proche qui semble pourtant déjà terriblement lointain – tant les couches d’oubli volontaire qui ont été déversées sur son cadavre semblent vigoureuses -, celui de quelques-unes des heures sombres de la République gaullienne et post-gaullienne, autour de deux assassinats, celui du juge François Renaud, en juillet 1975, et celui du ministre Robert Boulin (même s’il s’agit toujours, dans ce cas et officiellement, d’un « suicide »), en octobre 1979. Cette dernière enquête, fermée depuis longtemps, a été rouverte il y a quelques mois, du fait principalement de l’existence d’un nouveau témoin essentiel, révélé d’ailleurs par Benoît Collombat lui-même dans son livre « Un homme à abattre : contre-enquête sur la mort de Robert Boulin » (2007). La présente bande dessinée en livre les développements les plus récents, avec l’assentiment de la fille de Robert Boulin qui n’a jamais renoncé à faire établir la vérité sur la mort de son père.

Pour pénétrer, bien loin de l’amicale beauté de la vigne et du neuvième art que mettait en scène « Les ignorants » (2011), l’univers sombre du SAC, des officines barbouzardes, des financements politiques occultes, des détournements de fonds et des liaisons dangereuses entre politiciens, mafieux et responsables de sécurité publique, l’hybridation du reportage et du dessin dans laquelle se sont lancés les deux auteurs démontre à nouveau son extrême pertinence. Les témoins d’époque, interrogés directement, sont saisis dans leurs mots, bien entendu, mais aussi dans leurs postures, dans leur fatigue intime (la plupart des survivants sont aujourd’hui fort âgés), lorsqu’ils évoquent leurs doutes, leurs silences, leurs interrogations, ou, surtout, les pressions subies, les menaces reçues, les couleuvres avalées et les étouffements programmés qu’il leur a bien fallu accepter. Le souvenir quasiment physique de la peur ressentie alors, ou le formidable désabusement qui les a accompagnés des années durant, mais aussi, pour certains cas bien particuliers, l’espèce de forfanterie décomplexée de mafieux mal repentis ou de gardiens exclusifs de la raison d’État toujours sûrs de leur vertu occulte, tout cela saisit la lectrice ou le lecteur par la force discrète du trait du dessinateur, qui entretient une gamme d’échos subtils autour du corps principal des informations, des dialogues et des commentaires.

10-bonnes-raisons-de-lire-cher-pays-de-notre-enfance_0

x

La postface de Roberto Scarpinato,  dernier des grands juges anti-mafia italiens et auteur du remarquable « Le retour du Prince », intitulée « Le grand jeu du pouvoir », éclaire d’un œil lucide et toujours combatif l’existence – et les conséquences pour la démocratie – des liens occultes entre des univers qui ne devraient pas se côtoyer, au nom des financements bien sûr, mais aussi d’inavouables services rendus de part et d’autre, tout particulièrement dans les phases de l’histoire où un pays effleure – ou plonge dans – la guerre civile, comme rappelé incidemment par Ninon Grangé dans ses deux ouvrages de philosophie politique, « De la guerre civile » et « Oublier la guerre civile ? ».

Ce qu’en dit Aourell Guivarch-Tonnard dans Ouest-France est ici, ce qu’en dit Marie-Florence Gaultier dans les Huit Plumes (L’Express) est ici, ce qu’en dit Mick Léonard, dans Planète BD, même s’il est plus dubitatif sur l’usage de la forme BD, est ici, et enfin, A. Perroud dans BDGest s’exprime ici.

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

x

Davodeau et Collombat

Benoît Collombat et Étienne Davodeau (® Ouest-France)

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :