☀︎
Notes de lecture 2014

Note de lecture : « Palais de glace » (Tarjei Vesaas)

Entre rêve et réel, une fable mystérieuse dans la splendeur d’un paysage de glace.

x

Palais de glace

De ce roman de 1963, réédité en français en 2014 dans une nouvelle traduction de Jean-Baptiste Coursaud pour les éditions Cambourakis, les images qui restent, indélébiles, sont les visions envoûtantes d’un paysage d’hiver qui se transforme, magnifique et angoissant sous l’effet du gel, un paysage figé dans lequel il règne un silence de mort, excepté ces craquements qui ponctuent la progression de la glace, chaque jour plus dure et plus épaisse. Avec le froid extrême qui règne, une montagne gelée s’est créée naturellement autour d’une cascade aux alentours du village, prenant l’apparence d’un vertigineux palais de glace, aussi éblouissant que mortifère.

x

«On était encore en plein après-midi, en fait. Pourtant tout était plongé dans la nuit en cette fin d’automne figée par le gel. Des étoiles mais pas de lune, pas de neige susceptible de produire des reflets nacrés – l’obscurité n’en était que plus dense, en dépit des étoiles.»

Dans cet après-midi hivernal, Siss, une enfant de onze ans, se rend pour la première fois chez Unn, sa camarade de classe récemment arrivée dans le village pour vivre chez sa tante après le décès de sa mère. Brillante élève, Unn est restée solitaire jusqu’alors, intriguant beaucoup Siss, dont la personnalité de meneuse est aux antipodes de celle de Unn. De manière inexplicable, les deux jeunes filles sont attirées l’une vers l’autre, et Unn souhaite révéler un secret à Siss. Ce soir-là, la rencontre de Siss et Unn dans la maisonnette de bois de la tante va être «un moment inconcevable», un instant fusionnel et troublant où les deux enfants vont sceller un pacte.

 Palais de glace 2«Était-ce uniquement un rêve étrange ?
« C’était » Unn et moi, hier soir ?
Oui !»

Au lendemain de cette rencontre bouleversante, Unn ne paraît pas à l’école, et s’évanouit dans la nature glacée tandis que la neige commence à tomber et recouvre le village.

«Il neige et il neige sans cesse
sur les ponts silencieux.
Des ponts que personne ne connaît.»

Le grand écrivain norvégien Tarjei Vesaas (1897 – 1970) nous convie à construire notre propre interprétation de ce récit énigmatique, entre histoire réaliste et conte fantastique, un récit marqué par le rythme des saisons, du gel de l’hiver à la débâcle du printemps, évoquant l’intensité du désir et la force du pacte indicible qui peut lier deux enfants.

Ce qu’en dit mon amie et collègue Charybde 1 sur ce blog est ici. Mathieu Hervé en parle magnifiquement sur le Fric Frac Club ici.

Pour acheter chez Charybde ce classique de la littérature norvégienne, c’est par là. Ce roman est également disponible en poche, dans la précédente traduction d’Elisabeth Eydoux ici.

x

Tarjei Vesaas

 

À propos de Charybde 7

Une lectrice, une libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :