☀︎
Notes de lecture 2012

♥︎ Charybde 1 : « Moi, Jean Gabin » (Goliarda Sapienza)

Enfance, énergie, liberté dans une Sicile de conte cruel et tendre sous le signe de Jean Gabin acteur.

x

Moi, Jean Gabin

Un petit morceau d’enfance, d’énergie vive et brute, où chaque interaction familiale est prétexte à une leçon de liberté, où dans les rumeurs luisent des reflets de contes, où les films de Gabin constituent un modèle absolu.

La petite Goliarda a un idéal, il s’appelle Jean Gabin. Il l’accompagne en permanence, guide ses choix, la soutient dans sa fierté farouche, ses réparties vives. Goliarda déambule dans la casba sicilienne interpellée par les uns ou les autres, en quête d’argent pour réparer une dette d’honneur.

Goliarda Sapienza est issue d’une famille anti-fasciste de la Sicile des années vingt, en butte au pouvoir et à la mafia. Famille atypique, recomposée, appartenant aux grandes causes avant tout. Élevée principalement par des grands frères qui lui font lire Diderot ou Voltaire, Goliarda côtoie également des repris de justice, engagés comme domestiques par son père.

Mais ce contexte étonnant, qu’on devine violent par moments, n’apparaît qu’en filigrane, gommé par la focalisation de Goliarda sur les détails propres à l’enfance : les films de Gabin, les rues de la casba de lave et la figure mystérieuse de son Architecte, ou encore le don d’un marionnettiste…

Emporté par le point de vue d’une fillette exaltée, en butte à des personnages improbables (et pourtant probablement réels, comme Zoé, cette nonne du crime, qui porte un couteau entre ses seins) le lecteur n’a pas le choix, il doit y croire et danser avec elle sur le fil de la vérité et des rêves enfantins.

Si le récit ne s’étend que sur quelques jours, Goliarda Sapienza prend son temps, digresse, explique, reprend, en un va-et-vient narratif un peu foutraque et adorable.

x

9693104

x

Le lecteur en sort remué par l’énergie incroyable de cette petite fille, habité par ses grands mots, et un peu amoureux de Gabin. Au fond.

« Mais quante est-ce qu’y dorment chez toi, jamais ? »
« Les gens actifs, plein de vie, sveltes et vifs, bref en un mot, antifascistes, dorment peu et ne s’ennuient jamais. »
Avec cette réponse je laissais bouche bée petits et grands conformistes de l’immeuble de la via Pistone et si quelqu’un de plus hardi osait répliquer, alors la lame de ma canne-épée verbale sortait de son fourreau de bois pour un coup de griffe :
« Nous ne vivons pas d’une rente bourgeoise, nous ! et nous ne permettons pas que le Duce ou un saint quelconque s’occupe de nous. Essaie de vivre libre, toi, et tu verras le temps qu’il te reste pour dormir. »

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Une réflexion sur “♥︎ Charybde 1 : « Moi, Jean Gabin » (Goliarda Sapienza)

  1. Goliarda Sapienza est un personnage captivant. J’aime ses récits autobiographiques mais aussi et surtout L’art de la joie avec une Modesta qui lui ressemble beaucoup.

    Publié par jostein59 | 23 novembre 2015, 07:09

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :