☀︎
Notes de lecture 2015

Note de lecture : « Journal d’un chien » (Oskar Panizza)

Une vision enragée de l’espèce humaine.

x

Panizza

«Le chien est une partie de l’homme lui-même» peut-on lire en exergue à ce Journal d’un chien (1892), le deuxième roman de l’écrivain et psychiatre allemand Oskar Panizza (1853-1921), surtout connu pour sa pièce de théâtre Le concile d’amour et ses séjours à répétition en prison et en sanatorium.

Et c’est sans doute sa propre détestation de l’espèce humaine qu’Oskar Panizza exprime en effet dans ce roman par la voix d’un chien, son narrateur.

Ce chien récemment vendu à un nouveau maître arrive en ville, une immensité de pierre et d’horreur. Ce canidé observateur et philosophe a une obsession, réussir à comprendre les agissements et surtout à classifier les représentants de l’espère humaine, si divers en ville, de manière scientifique.

PanizzaBeaucoup de trouvailles émaillent ce texte assez drôle, quoique très inégal, où l’on doit décrypter les observations vues par l’animal, comme ces scènes au café, l’incompréhension du chien devant les larmes, cette distinction essentielle qu’il fait entre deux types d’hommes, ceux qui voilent et ceux qui dévoilent leurs jambes, ou encore cette façon de considérer les vêtements comme des organes greffés, des parties du corps qui ne commencent à vivre qu’une fois ajustées à ce corps, le plus précieux de ces organes étant ce qu’on devine être le portefeuille, un de ceux sans lesquels l’homme ne peut vivre.

«Je suis retourné à l’usine à bruits  où mon maître m’emmène chaque après-midi avec une régularité surprenante. La plupart des visiteurs s’y accroupissent le long des murs et sur les banquettes de velours où ils s’agglutinent les uns contre les autres. Ils se versent dedans le corps un si infect brouet noir qu’ils en ont la gueule fumante Puis un monstrueux vacarme sort de leurs bouches. Des bordées de sons, des trilles, des entrechocs, des stridulations, ces cris éclatent de toutes parts, accompagnées de grimaces, de hochements de têtes, de torsions du cou, d’expectorations. Il y a tout lieu de croire qu’on expérimente ici les bruits de bouche qui plus tard joueront un si grand rôle dans la rue. Une vapeur bleue, artificiellement produite, emplit toute la fabrique-de-bruits et permet à chaque groupe de mener à bien son travail sans être vu par les tables voisines.»

Au-delà de l’humour, la sidération et la rage dominent le récit de ce chien ébahi par les coutumes, les mœurs et  l’habitat des hommes, livrant la vision d’une humanité bruyante et agglutinée, agitée de contorsions incompréhensibles et vaines, une «race prétentieuse et imbue d’elle-même». Le chien gagne en sagesse en vieillissant, tout en laissant poindre au final un profond désespoir macabre.

Ce livre, traduit par Dominique Dubuy et Claude Riehl, et épuisé en français depuis de nombreuses années, est l’un des candidats du prix Nocturne 2015, dont le lauréat sera annoncé en public le samedi 12 décembre prochain à la Maison de la Poésie, à Paris.

x

12-16-affiche-PrixNocturne-2013

 

 

À propos de Charybde 7

Une lectrice, une libraire, entre autres.

Discussion

2 réflexions sur “Note de lecture : « Journal d’un chien » (Oskar Panizza)

  1. « C’est aujourd’hui même qu’on m’a vendu à mon nouveau maître ». C’est la première phrase de « Journal d’un Chien » d’Oskar Panizza (81, Les feuilles Vives/ Plasma, 92 p.) Tiens, on y trouve une postface de Claude Riehl, c’était le traducteur, entre autres de Arno Schmidt (un grand auteur quelque peu ignoré, mais aux textes assez remarquables). La suite du journal relate les observations du chien sur le monde des hommes (autant dire qu’il n’est pas tendre). Et le tout se termine par « Je ne suis qu’un misérable chien qui, peut être, va bientôt crever ». Un très beau texte à (re)découvrir.

    Fait suite à « Le Concile d’Amour » (08, Agone, pagination bizarre) après la traduction originale (68, Pauvert, 182 p.). Il y avait dans le Pauvert une préface d’André Breton, que l’on retrouve dans l’édition de chez Agone. L’histoire des orgies à la cour du pape (c’était un Borgia….) et l’invention de la syphilis comme rédemption. On peut comprendre qu’à l’époque de la parution originale (1894), le livre ait fait scandale. (Lors de la parution chez Pauvert, aussi d’ailleurs).
    Puis par la suite, la traduction d’un truc assez drôle « L’Immaculée Conception des Papes » (71, Jean Jacques Pauvert, 178 p.). En fait publié (et aussitôt interdit) avant « Le Concile d’Amour ». le titre dit bien ce que le livre sous-tend, le tout est assez drôle, illustré par une fourmi portant la tiare papale
    « Un Scandale au Couvent » (79, La Différence, 194 p.) précédé de « Une histoire de nègre », « Idées d’un indien », « Le Crime de Travistock Square », « Un chapitre de médecine pastorale », « L’Eglise de Zinsbeck », « L’amateur de Corsets » et « L’Auberge de la Trinité ». Et en plus il y a en guise d’épilogue, un texte de Hans Heinz Ewers –( cf Le Vampire, Mandragore, Dans l’épouvante)
    « Psychopathia Criminalis » (86, Ludd, 96 p.) Ce qu’il faut savoir des maladies mentales.
    « La Manufacture d’Hommes » (90, Ludd, 124 p.) suivi de « Le Cabinet des Figures de Cire », « Le Calvaire » et « Le Pasteur Johannes ». Le 4eme de couverture rappelle « le poète de la dérision religieuse ».
    « Ecrits de Prison » (94, Ludd, 142 p.) suivi de « Dialogues dans l’Esprit de Hutten » et « Adieu à Munich ». On se pose la question : Pourquoi OP a-t-il été en prison ?
    « L’Illusionnisme et le Salut de la Personnalité » (95, Ludd, 182 p.) suivi de « La Surcharge sexuelle de la Psyché comme source de l’inspiration artistique » et « Le Christ à la Lumière de la Psychopathologie »
    « Le Crapaud Jaune » (96, Ludd, 170 p.) suivi de « Le Pèlerinage à Andrechs », « La Pluie d’Or », « Une criminelle Engeance » et « Le Jardin de Vénus ». Petites nouvelles hallucinatoires.

    La fin de vie d’Oskar Panizza n’est pas mal non plus. Il se déshabille et sort pour se faire arrêter comme débile mental (et il y réussit).

    Publié par jlv.livres | 20 novembre 2015, 21:28

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Note de lecture bis : « Journal d’un chien  (Oskar Panizza) | «Charybde 27 : le Blog - 20 décembre 2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :