☀︎
Notes de lecture 2015

Note de lecture bis : « Des mille et une façons de quitter la Moldavie » (Vladimir Lortchenkov)

Les tribulations des moldaves cherchant la terre promise.

x

Des mille et une façons«Si j’avais été François Villon, j’aurais composé La Ballade des pendus.
Comme je suis Vladimir Lortchenkov, j’ai écrit ce roman. Des mille et une façons de quitter la Moldavie

x

Les tentatives réitérées et désespérées des habitants de Moldavie qui cherchent à quitter ce pays frappé par la misère pour émigrer vers l’Italie, un paradis sur terre dont la représentation de prospérité est si idyllique en Moldavie que la rumeur circule qu’en réalité l’Italie n’existe pas : C’est le propos de cette satire pamphlétaire de Vladimir Lortchenkov, marquée par un enchaînement de situations à la fois cocasses et désespérantes, évoquant «L’homme qui savait la langue des serpents» d’Andrus Kivirähk, en particulier par ce sens aigu de l’autodérision.

Dans le village de Larga, tous les habitants sont des candidats à l’émigration.

«-Alors, qui souhaite partir travailler en Italie ?
À Larga où vivaient cinq cent vingt-trois âmes, mille quarante-cinq mains se levèrent. Par précaution, tous les adultes de l’assistance avaient levé les deux mains, le nombre impair résultant de la présence parmi eux du garde Sergueï Mocanu, qui avait perdu un bras à la guerre.»

Candidat à l’émigration, Gilles Barbier

Pour partir, certains forment une équipe du sport qui semble être le plus approprié pour être sélectionnés dans les compétitions internationales : ce sera le curling. Un mécanicien de génie transforme son tracteur en engin volant puis en sous-marin. Le prêtre du village lance une croisade pour gagner et conquérir l’Italie impie : L’imagination de ces villageois, qui déploient des moyens aussi irrationnels et absurdes que le monde auquel ils tentent d’échapper, ne les empêche pas de se heurter constamment à la réalité des frontières de l’Union européenne, et d’être ramenés sur les «rives» de la Moldavie et de ce village qu’ils tentent éperdument de fuir.

Maniant un humour bondissant et grotesque pour représenter ce monde sorti du passé soviétique et pris d’assaut aux entournures par le plus sauvage des capitalismes, Vladimir Lortchenkov dépeint une réalité économique et politique cruelle, de dénuement en Moldavie et de fermeture des frontières européennes à ses habitants qui n’ont rien à offrir, si ce n’est de vendre leur corps ou leurs organes, sous les yeux des médias occidentaux qui se repaissent benoîtement de leur sort tragique ; un pays où tout va si mal qu’ils préfèrent s’enfuir, «quand bien même leur destination serait un trou noir du cosmos, un camp de concentration ou une mer des Sargasses grouillant de criminels internationaux sans scrupules.»

Publié en 2008 en russe, et traduit en 2014 en français par Raphaëlle Pache pour Mirobole éditions, cette fable tragicomique, dépeignant les tribulations de ces villageois crédules, soumis à l’avidité des politiciens corrompus, des passeurs ou d’escrocs de tous acabits, réussit le tour de force de provoquer simultanément une tristesse abyssale et de très nombreux éclats de rire, du plus franc au plus jaune.

Ce qu’en dit mon ami et collègue Charybde 2 sur ce même blog est ici.

Nous nous réjouissons d’accueillir Vladimir Lortchenkov le 18 novembre 2015 en soirée à la librairie Charybde, pour fêter la parution de son deuxième roman traduit en français, «Camp de gitans».

Pour acheter ce roman chez Charybde, c’est ici.

vladimir-lortchenkov

À propos de Charybde 7

Une lectrice, une libraire, entre autres.

Discussion

2 réflexions sur “Note de lecture bis : « Des mille et une façons de quitter la Moldavie » (Vladimir Lortchenkov)

  1. bonne nouvelle, si Vladimir Lortchenkov vient passer la soirée à Charybde c’est que :
    – le tracteur _ sous-marin _ objet-volant fonctionne et n’est pas resté dans le fleuve à la frontière où il avait sombré
    – la librairie va se transformer en pizzeria, le rève de tout Moldave de Larga
    – l’équipe de curling va jouer en finale des jeux cunilinguistiques (la faute de frappe est excusable, simplement corrigée au tippex sur l’écran uniquement)

    ceci dit tout cela ne cache pas la stricte vérité :
    l’auteur étant fils d’un brillant militaire dans son pays, cela en dit long sur l’humour de ces vaillants soldats (on nous l’avait bien caché)

    Publié par jlv.livres | 17 novembre 2015, 17:13

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Note de lecture : « Des mille et une façons de quitter la Moldavie  (Vladimir Lortchenkov) | «Charybde 27 : le Blog - 26 octobre 2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :