☀︎
Notes de lecture 2016, Nouveautés

Note de lecture : « La femme au colt 45 » (Marie Redonnet)

Une fable contemporaine pour raconter l’exil douloureux et l’émancipation d’une femme.

x

colt

Actrice vedette et épouse de Zuka, le directeur du Magic Théâtre d’un pays imaginaire, l’ Azirie, vivant protégée entre son mari et son fils dans le monde clos du théâtre, Lora Sander s’exile à cinquante ans, jetée sur les routes à cause de la terreur qui a recouvert l’Azirie, après l’arrestation de Zuka et la fermeture du théâtre jugé subversif par la dictature.

Face à l’inexorable, expulsée hors d’une vie protégée et «irréelle», elle abandonne tout, sauf ce colt, cadeau de son père sur son lit de mort, soudain lancée seule dans une vie inconnue et une histoire qui la dépasse.

«La forêt s’interrompt brusquement au bord d’une falaise à pic. Au loin on entend des bruits assourdis de tirs de roquette. Lora, la cinquantaine, allure excentrique, est emmitouflée dans un manteau en fourrure synthétique. Elle porte un bonnet et des gants de laine de couleurs vives. Epuisée, elle s’assoit au bord de la falaise, les jambes dans le vide, un sac à ses côtés.
Elle sort de son sac un vieux colt 45. Elle l’essuie précautionneusement comme si elle voulait vérifier qu’il est bien en état de marche.»

Traversant le fleuve qui sépare l’Azirie de la Santarie, elle découvre non pas la terre promise, mais l’envers d’un même désespoir, et raconte sans misérabilisme les événements les plus tragiques, les rêves volatilisés d’une vie apaisée lorsqu’elle est confrontée aux troubles et à la violence arbitraire et permanente qui règnent aussi en Santarie.

© Ariane Mnouchkine, Le dernier caravansérail

«À partir de maintenant je vis dans la clandestinité comme tous les étrangers sans papiers qui arrivent à Santaré par la mer encore plus que par le fleuve. Cette ville est comme un aimant qui les attire, le point de rencontre des errances et des naufrages d’une humanité à la dérive. Les pièces de Samir Osri dont j’ai été l’une des interprètes sont une image de notre monde. Mais quand je les jouais au Magic Théâtre je ne le savais pas.»

Dans cette tragédie contemporaine dont la forme évoque le théâtre-récit, la femme au colt 45, actrice unique du récit, soudain exposée à la dureté du réel, raconte sa propre transformation dans l’exil.

«-Il y a des rides sur le front et à la commissure des lèvres. La peau commence à se flétrir. Le teint a perdu de son éclat. Le regard est grave et inquiet. Les traits du visage sont harmonieux, des sourcils épais, des lèvres charnues. L’expression est tendue. Cette femme que je ne reconnais pas, sans aucun fard, c’est moi.»

Avec le colt 45 offert par son père qui lui avait appris à tirer, ce pistolet qui est comme un blindage, un héritage affectif dont il est si difficile de se défaire, et une arme qui peut se retourner contre elle, Lora Sander cherche à sauver sa peau. En se débarrassant finalement de ce colt, elle opposera sa volonté de vie et son art à la puissance de mort de l’arme à feu, dans les balbutiements d’une nouvelle vie.

Dans ce roman à paraître en janvier 2016 aux éditions Le Tripode, Marie Redonnet réussit à dire d’une voix claire, avec cette écriture minimale et d’apparence candide d’une grande force, la vie qui se défait, le désespoir de l’exil et l’embryon d’une nouvelle naissance.

Vous pouvez commander et acheter les œuvres de Marie Redonnet, et «La femme au colt 45» en janvier prochain, chez Charybde par ici.

 Marie Redonnet

 

À propos de Charybde 7

Une lectrice, une libraire, entre autres.

Discussion

6 réflexions sur “Note de lecture : « La femme au colt 45 » (Marie Redonnet)

  1. « La Femme au colt 45 » (Le Tripode, 116 p.) de Marie Redonnet, charmant petit livre qui raconte un voyage quasi initiatique de Lora Sander (et son colt 45, ultime cadeau de son père). Une arme qui lui tient à cœur et à laquelle elle tient comme à un fétiche. Arme qui ne la protège même pas.
    Le tout se passe à la frontière entre Azirie, sous la dictature de Rafi, le fleuve, et la ville de Santaré dans le pays voisin la Zantarie. Sans papiers (on les lui a volé ou ils ont été détruits dans un incendie). « A partir de maintenant je vis dans la clandestinité comme tous les étrangers sans papiers qui arrivent à Santaré par la mer encore plus que par le fleuve. ». Exil, errance et puis de façon assez étrange retour à une vie quasi normale. Entre-temps vie de clandestine à Santaré « le point de rencontre des errances et des naufrages d’une humanité à la dérive ». Le tout dans une langue claire et dépouillée.

    Publié par jlv.livres | 8 janvier 2016, 18:45
  2. Très beau voyage initiatique.

    Publié par Cochonfucius | 10 février 2016, 10:24

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Note de lecture : « Par ailleurs (exils)  (Linda Lê) | «Charybde 27 : le Blog - 8 décembre 2015

  2. Pingback: Les plus belles lectures de Charybde 7 en 2015 | Charybde 27 : le Blog - 3 janvier 2016

  3. Pingback: Note de lecture : « Nous traverserons ensemble  (Denis Lemasson) | «Charybde 27 : le Blog - 23 avril 2016

  4. Pingback: Note de lecture : « Le papillon  (Andrus Kivirähk) | «Charybde 27 : le Blog - 14 janvier 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :