☀︎
Notes de lecture 2012

Note de lecture : « Milieu hostile » (Thierry Marignac)

Dessaignes, désespéré, retourne aux magouilles de l’Ukraine post-soviétique.

x

Milieu hostile

Publiée fin 2011 chez Baleine, la suite de « Renegade Boxing Club » permet au lecteur de retrouver le héros de Thierry Marignac, Dessaignes, ayant quitté New York pour revenir, par amour et par désespoir, courtiser son ancienne conquête, « l’Infirmière » dans une Crimée où les tensions russo-ukrainiennes sont plus fortes que jamais.

Toujours aussi aguerri sur les innombrables combines du post-soviétisme, le supplétif se retrouvera enrôlé, grâce au jeu complexe de ses amitiés éclectiques de jeunesse, dans un jeu de billard à plusieurs bandes entre multinationales pharmaceutiques (franco-allemandes et polono-chinoises), ONG corrompues, services spéciaux au service des intérêts économiques, mafieux de toutes espèces et officines russes néo-staliniennes.

Par une ironie de l’histoire finalement très logique, Pierre-Henri travaillait à présent au département « Sécurité » du laboratoire franco-allemand dont il détournait amphétamines et anesthésiants dérivés de la morphine, alors qu’il n’était qu’un petit capitaine de chasseurs alpins détaché au Renseignement Militaire au Kosovo dans les années 2000. C’était ainsi qu’il avait acheté son premier appartement et que Jean-Charles, son alter ego, avait couvert les frais de mariage princier avec une demoiselle de l’aristocratie légitimiste. Pierre-Henri, comme son alter ego, était un rejeton d’une noblesse d’Empire, lointain descendant – mais en droite ligne – d’un sabotier quelconque devenu maréchal grâce à sa valeur sur le champ de bataille.
Lorsque les gangs albanais étaient devenus trop gourmands – c’était leur péché mignon – les laboratoires s’étaient adressés aux spécialistes déjà sur place, les Sang-Bleu, fermant l’œil sur leurs petits trafics. Sous l’emprise d’influences remontant jusqu’à Ankara et plus loin encore, les Kossovars avaient menacé de « nationaliser » – au profit de quelques parrains « patriotes » – l’industrie pharmaceutique.
Un groupe spécial de la gendarmerie, en liaison avec Pierre-Henri et son alter ego, avait mis un frein aux ambitions démesurées des « Turcs » comme disaient les Serbes. Le labo avait apprécié l’efficacité des Sang-Bleu.

Thierry Marignac, dont un Édouard Limonov vante en quatrième de couverture du livre « la noirceur sévère, terrible et sans tendresse », poursuit avec son style particulier sa peinture lucide des ravages de la corruption et du post-soviétisme dans l’ex-Russie et l’Europe de l’Est.

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

x

marignac

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :