☀︎
Notes de lecture 2013

Note de lecture : « Le nazi et le barbier » (Edgar Hilsenrath)

Parler de la Shoah de manière loufoque et provocatrice : un outrage (beaucoup) plus subtil qu’il n’y paraît.

x

Hilsenrath

Vous rencontrez un livre qui vous fait sourire, puis vous agace, vous irrite même, et finalement vous séduit au point que vous avalez ses 500 pages en une bouchée.

x

Écrit en Allemand et publié en 1971 en anglais et en 2010 en français par les éditions Attila, «Le nazi et le barbier» fut écrit suite à la commande d’un éditeur américain, Doubleday. Au vu de l’OVNI provocateur qu’est ce roman, on aimerait connaître la teneur de la commande, comprendre si celle-ci induisait un peu de la matière explosive qui compose ce livre, ou bien si cela est entièrement due à la folie créative d’Edgar Hilsenrath.

 «Je me présente : Max Schulz, fils illégitime mais Aryen pure souche de Minna Schulz, au moment de ma naissance servante dans la maison du fourreur juif Abramowitz. Mes origines aryennes pure souche ne font aucun doute, car l’arbre généalogique de ma mère, ladite Minna Schulz, sans aller jusqu’à la bataille d’Arminius, remonte au moins jusqu’à Frédéric le Grand. Tout de même. Je ne peux pas dire avec certitude qui était mon père, mais une chose est sûre, c’était l’un des cinq suivants :
HUBERT NAGLER, le boucher ;
FRANZ HEINRICH WIELAND, le serrurier ;
HANS HUBER, l’apprenti maçon ;
WILHELM HOPFENSTANGE, le cocher ;
Ou ADALBERT HENNEMAN, le majordome.
J’ai fait examiner en détail les arbres généalogiques de chacun de mes cinq pères, et je peux vous assurer que l’origine aryenne de chacun des cinq a été établie de manière irréfutable. »

Max Schulz, né en 1907 le même jour que son voisin Itzig Finkelstein, doté malgré son ascendance aryenne du physique d’un juif caricaturé par la propagande nazie, tandis que son voisin juif est lui blond aux yeux bleus. Ami inséparable de son petit voisin juif et blond, ce fils d’une putain rejoint les rangs nazis dans les années 30 et devient un SS zélé, génocidaire exécuteur par balles de milliers ou dizaines de milliers de juifs en Pologne, y compris son ami d’enfance et toute sa famille. À la fin de la guerre, pour échapper au sort promis aux bourreaux, il usurpe de l’identité d’Itzig Finkelstein et, se prétendant rescapé d’Auschwitz, subit à son tour l’antisémitisme « ordinaire », devient un combattant sioniste et un héros de la cause d’Israël.

Écrire l’impossible ? Seul un écrivain avec le passé et le talent d’Edgar Hilsenrath, né en 1926 à Leipzig et rescapé d’un ghetto roumain, pouvait sans doute écrire un roman satyrique sur ce sujet-là, évoquant ainsi son histoire personnelle tragique, de biais et d’une manière totalement iconoclaste, ce qui n’est pas sans rappeler l’extraordinaire «Abattoir 5» de Kurt Vonnegut.

Successivement sombre, drôle, toujours provocatrice, cette farce racontée par un bourreau se faisant passer pour victime de la Shoah, plonge le lecteur au cœur du mal, et souligne dans la langue crue et le style burlesque qui caractérisent Edgar Hilsenrath, la cruauté et l’antisémitisme ordinaire qui ne s’expliquent pas.

Ce livre faisait partie des choix de Jean-Marc Agrati, libraire invité de Charybde en septembre 2013, et on peut le réécouter ici.

On ne peut que remercier les éditions Attila et maintenant Le Tripode, de faire découvrir en France les romans de cet auteur exceptionnel. Pour acheter chez Charybde ce roman traduit de l’allemand par Jörg Stickan et Sacha Zilberfarb, c’est par là.

Hilsenrath

 

À propos de Charybde 7

Une lectrice, une libraire, entre autres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :