☀︎
Notes de lecture 2015

Note de lecture : « L’empire khazar – VIIe-XIe siècle – L’énigme d’un peuple cavalier » (Jacques Piatigorsky & Jacques Sapir)

Vingt ans après la formidable fiction du « Dictionnaire khazar », un point provisoire sur l’histoire « réelle » de ce peuple oublié.

x

L'empire khazar

Publié en 2005 aux éditions Autrement (dans la collection Mémoires) sous la direction de Jacques Piatigorsky et de Jacques Sapir, ce recueil d’articles est consacré au mystère historique que constitue encore largement de nos jours l’empire khazar, puissance dominante entre le Dniepr et la Volga, entre l’Oural et le Caucase entre le VIIe et le Xe siècles, force d’équilibre entre l’empire byzantin, le califat islamique et divers peuples des steppes asiatiques.

x

Bien entendu, au-delà d’une éventuelle curiosité de la part du lectrice ou du lecteur, ces quatre articles, assortis d’un prologue de Marek Halter et d’une introduction par les deux coordinateurs de l’ouvrage, et renforcés par d’abondantes chronologies et cartographies, vaut surtout par l’éclairage qu’il diffuse autour de la grande œuvre de Milorad Pavić, le monumental « Dictionnaire khazar » (1984), que l’éditeur Le Nouvel Attila ressort en français ces prochains jours.

x

Si l’ouvrage de Milorad Pavić reste volontairement formidablement ambigu, il présente d’une manière bien particulière les tenants et aboutissants du choix historique effectué par les dirigeants de l’empire khazar, à savoir celui d’abandonner le paganisme pour l’une des trois grandes religions monothéistes (ce qui fut relativement fréquent à l’époque), et de choisir le judaïsme, ce qui est fort rare dans les annales. La question de la réalité de cette conversion, et de son ampleur, laissée ouverte par le romancier, est ici, vingt ans plus tard, considérée comme avérée par ce travail d’historiens et d’archéologues, tandis que des travaux israéliens encore plus récents (2011 – en réaction notamment à l’ouvrage de Shlomo Sand, « Comment le peuple juif fut inventé ») la renvoient à nouveau à un statut mythique, sans convaincre toutefois, apparemment, la grande majorité des chercheurs sur le sujet.

x

1081-1-a7374

En sus du prologue et de la précieuse introduction déjà mentionnée, le recueil propose un article historique approfondi d’Alexei Terechtchenko, « Que sait-on des khazars ou état des lieux historique d’un peuple oublié », auquel il adjoint un deuxième article, plus pointu, autour d’une obsession soviétique de la période 1938-1953, « L’étrange relation de Staline et des khazars », un article de Jacques Piatigorsky sur la thèse aventureuse et largement décriée, lancée par Arthur Koestler dans « La treizième tribu » (1976), faisant des Ashkenazes les descendants exclusifs des Khazars, « Arthur Koestler et les khazars : l’histoire d’une obsession », et enfin un article du spécialiste d’équitation et d’art équestre Jean-Louis Gouraud, « Quelques propos cavaliers sur les khazars ».

x

Deux éléments m’ont frappé à la lecture de cet étonnant ouvrage : d’une part, le constat, toujours quelque peu inattendu, que, dès lors qu’est en jeu l’histoire d’un peuple « lointain » utilisant fort peu l’écrit, les sources fragmentaires, souvent de seconde main (islamiques ou byzantines), comme les découvertes archéologiques, peinent encore largement, même au XXIe siècle, à écrire l’histoire ; d’autre part, la sensation troublante que, dès lors que des débats identitaires entrent en scène, l’histoire d’un peuple oublié peut à ce point déchaîner les passions, bien au-delà des cercles d’historiens spécialisés.

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :