☀︎
Notes de lecture 2014

♥︎ Charybde 1 : « L’alphabet de flammes » (Ben Marcus)

Le témoignage d’une apocalypse par le verbe. Magnifique. Terrible. Puissant.

x

L'alphabet de flammes

L’épidémie commence lentement, les symptômes sont mal interprétés. Les parents ou les adultes s’occupant d’enfants connaissent une lente décrépitude physique : fatigue, peau fanée, perte de cheveux, d’appétit, de vitalité. Une zombification progressive et irréversible. La parole des enfants leur est devenue toxique.

Les foyers d’activité se multiplient.

On accuse les enfants juifs. Puis on accuse tout le monde.

Le langage devient une menace, quelle que soit sa forme. Seuls les enfants sont immunisés.

Le monde s’enfonce progressivement dans le chaos. On établit des zones de quarantaine. On déplace les adultes. On fait des tests.

Samuel, le narrateur, et sa femme Claire ont une fille qui les rend malades. D’adolescente en guerre contre ses parents, elle est devenue le poison qui les ronge. Mais, comme beaucoup, ils ne peuvent se résoudre à l’abandonner ou à la chasser.

Samuel et Claire sont des « juifs sylvestres », une secte basée sur l’isolement du savoir et le secret. Dans leur synagogue à la technologie étrange, les prêches des rabbins semblent détenir des clefs, ou en tout cas des pistes.

Samuel se lance alors dans des recherches absurdes, kafkaïennes, d’abord d’un traitement pharmaceutique puis d’alphabets non léthaux.

L’alphabet de flammes est le récit magnifique et terrible d’une lente perte d’humanité, symptôme par symptôme, palier par palier. Renonçant au langage, les adultes renoncent au sens et aux sentiments ; leurs visages rétrécissent, leurs langues durcissent. Certains meurent, les autres sont transformés en zombies, qui continuent à mener une lente parodie de quotidien, enfermés dans des routines insensées.

Activité était le mot qu’on utilisait pour parler des gens qui durcissaient irrémédiablement dans leurs lits, captifs de leurs membres figés par la parole et ses dérivés. Activité était le mot qu’on employait pour désigner, par euphémisme, son exact contraire.

Tous ceux qui conjecturaient le faisaient avec une force désespérée, et il fallait être fou pour ne pas les croire. Mais lorsque l’on mélangeait les différentes opinions afin de forger un savoir collectif, on obtenait un venin total qui se déversait de toute créature parlante. Le fil commun à toutes les théories était que, peu importe le coupable, les enfants seuls étaient résistants.

Cette évidence n’échappa pas à ces derniers.

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Une réflexion sur “♥︎ Charybde 1 : « L’alphabet de flammes » (Ben Marcus)

  1. Excellent livre de Ben Marcus (après « le Silence de Jane Dark » (Lot49) que j’avais trouvé moyen).
    Comment une drole de maladie atteint les populations par le langage, les forçant à se terrer dans le silence, donc quasi à l’absence de sentiments.

    Se greffe là dessus une histoire d’enfants juifs (pourquoi seulement eux) qui vient un peu comme des paillotes dans un borsch. On comprend mieux Marcus en lisant ses interviews (« Contemplation of God is meant to be forever elusive » La Contemplation de Dieu est censée être insaisissable pour toujours), comme quoi les contempteurs e seront toujours pour leurs frais.

    Tout le problème de la signification (et de la mort) de la langue à travers cet alphabet de flammes (au fait pourquoi ce pluriel non justifé dans le titre d’origine (The Flame Alphabet)) et au delà la signification des échanges à l’intérieur d’une même famille (« the power of family to both love and destroy you », le pouvoir d’une famille à la fois de vous aimer et de vous détruire).
    heureusement, il reste la radio (ou une sorte de radio) qui transmet à distance les messages du rabbin. (Toujours le pouvoir divin – A quand une appli pour portable en liaison directe avec (au choix) ).
    C’était déjà le thème de son premier livre (The Age of Wire and String) une sorte d’aide mémoire en huit chapitres (Dormir, Dieu, la Nourriture, la Maison, les Animaux, le Temps, les Personnes et la Société).

    Publié par jean louis | 23 septembre 2015, 19:05

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :