☀︎
archives

Archive de

Note de lecture : « Le roi vient quand il veut » (Pierre Michon)

C’est lui le roi. x Dans ce recueil de trente entretiens accordés à des journaux et des revues entre 1989 (cinq ans après la parution de «Vies minuscules») et 2007, et publié en 2007 aux éditions Albin Michel, Pierre Michon évoque ses œuvres, son rapport à l’écriture et au texte et quelques-uns des auteurs et des oeuvres … Lire la suite

Note de lecture : « Camp de gitans » (Vladimir Lortchenkov)

Une farce moldave totale qui englobe peut-être l’ensemble du contemporain. x Publié en 2010, à paraître en français le 4 septembre prochain aux éditions Mirobole dans une traduction de Raphaëlle Pache, ce nouveau roman du Moldave (vivant désormais à Montréal) Vladimir Lortchenkov s’affirme comme la redoutable suite (pouvant parfaitement se lire indépendamment) de l’hilarant et … Lire la suite

Note de lecture : « Le roi Lear » (Shakespeare)

Sans doute l’une des plus foisonnantes et des plus désespérées tragédies de Shakespeare. x RELECTURE Réputée écrite entre 1603 et 1606, jouée pour la première fois en 1606, « Le roi Lear » est la vingt-septième pièce de William Shakespeare qui nous soit parvenue, et sans doute l’une de ses plus sombres (parmi celles que je connais, … Lire la suite

Note de lecture : « L’argent et les mots » (André Schiffrin)

De nombreuses pistes, variées, pour travailler à la sauvegarde d’une diversité culturelle élitiste de masse. x Publié en 2010 chez Verso Books et la même année à La Fabrique, dans une traduction française d’Éric Hazan, « L’argent et les mots » est le troisième et dernier essai que consacra l’éditeur américain d’origine française André Schiffrin (avant son … Lire la suite

Note de lecture : « L’édition sans éditeurs » (André Schiffrin)

Un grand témoin franco-américain des débuts du passage de l’édition sous les fourches caudines du divertissement. x Publié en 2000 aux États-Unis avec un contenu assez différent, traduit en français dès 1999 à La Fabrique par Michel Luxembourg, cet essai est le premier que l’éditeur américain d’origine française André Schiffrin consacrait, en partant du « vécu … Lire la suite

Note de lecture : « Le voleur de voitures » (Theodore Weesner)

Récit poignant de la traversée des brumes d’un adolescent au bord du désespoir. x Publié en 1972, à paraître en septembre 2015 aux éditions Tusitala, avec une traduction de Charles Recoursé, ce premier roman authentique et poignant de l’écrivain américain Theodore Weesner (1935 – 2015), qui s’inspire de sa propre enfance, eut un grand succès … Lire la suite

Premier aperçu de la rentrée littéraire (Septembre 2015)

Nos 18 premières lectures heureuses de cette rentrée littéraire de septembre 2015. x Comme vous le savez si vous suivez un tant soit peu ce blog, ou si vous fréquentez – physiquement ou virtuellement – la librairie Charybde, nous n’avons pas une fascination exagérée pour les « nouveautés », et notre librairie se consacre, en proportion, bien … Lire la suite

Note de lecture : « Anomalie des zones profondes du cerveau » (Laure Limongi)

Fascinant chant poétique tous azimuts, à la face personnelle, sociale, économique et politique des maladies invisibles. x À paraître le 26 août 2015 chez Grasset, ce nouveau roman de Laure Limongi réussit l’une de ces prouesses littéraires pas si fréquentes, dont pourtant bien des indices et précurseurs se dissimulaient dans les plis de cet objet … Lire la suite

Note de lecture : « Epépé » (Ferenc Karinthy)

Inoubliable fable dystopique sur l’extraordinaire difficulté de ne pas se résigner, dans un monde oppressant et incompréhensible. x Ferenc Karinthy (1921-1992), auteur hongrois prolixe à ce jour peu traduit en français, et fils du célèbre écrivain Frigyes Karinthy, publia «Épépé», qu’il considérait lui-même comme son œuvre majeure, en Hongrie en 1970. Budaï, un linguiste hongrois en partance … Lire la suite

Note de lecture : « Dans la chambre d’Iselle » (François Dominique)

Réussir à créer dans les ruines : la partition littéraire de François Dominique. x À paraître en septembre 2015 aux éditions Verdier, Ce roman de François Dominique, ma première découverte de son œuvre, plonge le lecteur dans un univers singulier post-apocalyptique, marqué par la symbolique et le vocabulaire de la Révolution française, et forme une méditation … Lire la suite