☀︎
archives

Archive de

Note de lecture : « Alto solo » (Antoine Volodine)

La noirceur absolue, et des visions poétiques d’une beauté déchirante.  x D’un abord moins exigeant que «Lisbonne dernière marge», ce roman d’Antoine Volodine, le deuxième publié aux éditions de Minuit en 1991, met en musique de façon limpide cette phrase de l’auteur : « Le pessimisme le plus lugubre et le désastre absolu sont une pâte inerte avec … Lire la suite

Note de lecture : « Moyens sans fins – Notes sur la politique » (Giorgio Agamben)

Actualiser lucidement Debord pour traquer le grand retour de Carl Schmitt dans la pratique politique et le modèle du camp comme forme-clé contemporaine. x Publié en 1995, traduit en français la même année chez Payot par Danièle Valin (pour les textes alors inédits dans notre langue), ce recueil de Giorgio Agamben regroupe onze articles, dont … Lire la suite

Note de lecture : « Quelle terreur en nous ne veut pas finir ? » (Frédéric Boyer)

Surmonter la peur et penser l’autre. x «Nos identités ne peuvent être closes. Car la grande aventure, c’est la reconnaissance de l’autre comme enjeu de notre propre humanité possible.»   Les phrases amples et poétiques de ce court texte de Frédéric Boyer, paru en mars 2015 aux éditions P.O.L., s’écoulent comme une rivière en crue, plaidoyer d’un … Lire la suite

Note de lecture : « La vie volée de Jun Do » (Adam Johnson)

La quête identitaire de Jun Do dans les ténèbres surréalistes de la Corée du Nord. x Le Cher Dirigeant Kim Jong-Il est mort trop un an tôt pour pouvoir le lire, puisque «La vie volée de Jun Do», roman dont il est l’un des principaux protagonistes, est paru en 2012, et en septembre 2014 en français … Lire la suite

Note de lecture : « Ils ne sont pour rien dans mes larmes » (Olivia Rosenthal)

Une polyphonie pour dire la profonde osmose entre l’art et la vie. x «On peut vivre par procuration des choses incroyablement douloureuses.» (en exergue) Éprouvant à quel point le film «Les parapluies de Cherbourg» l’avait marquée, un film qu’elle n’a jamais pu regarder sans que les larmes viennent, Olivia Rosenthal a composé ce livre (éditions Verticales, … Lire la suite

Je me souviens de : « Israël attaque » (Yves Cuau)

Dès 1968, une passionnante lecture des tenants et aboutissants de la guerre des Six Jours. x C’est la lecture actuellement en cours du « 1967 » de l’Israélien Tom Segev qui m’a rappelé cette lecture de 1978, piochée dans la bibliothèque paternelle, me fournissant ainsi mon premier contact « documenté » avec les conflits israélo-arabes, dont la terrible musique … Lire la suite

Note de lecture : « Fable d’amour » (Antonio Moresco)

L’histoire d’un amour impossible, métaphore de l’existence entre ténèbres et lumière. x Petite étoile douce-amère, la «Fable d’amour» d’Antonio Moresco,  deuxième récit traduit en français à paraître aux éditions Verdier en août 2015 (traduction de Laurent Lombard), brûle d’un feu intense, comme son récit jumeau «La petite lumière». Un clochard solitaire, qui porte lui aussi le prénom … Lire la suite

Note de lecture : « Des nœuds d’acier » (Sandrine Collette)

Un ex-taulard plongé dans l’enfer d’une séquestration privée. x Publié en 2013 chez Denoël, le premier roman de Sandrine Collette fut d’emblée récompensé par le Grand Prix de Littérature Policière. Tirant parti d’une capacité quelque peu paradoxale à mettre en scène la nature, dans sa simplicité comme dans sa sauvagerie (ce qu’elle nous démontrera avec … Lire la suite

Note de lecture : « Afghanistan – La guerre inconnue des soldats français » (Nicolas Mingasson)

En texte et en images, un an avec un groupe de combat français en Afghanistan. x Publié en 2012 chez Acropole, cet ouvrage abondamment illustré est au départ surtout le compte-rendu « en images » (avec plus de 250 clichés souvent impressionnants) de l’insertion du photographe Nicolas Mingasson au sein d’une unité française combattant en Afghanistan (appartenant … Lire la suite

Note de lecture : « Le démon de l’île solitaire » (Edogawa Ranpo)

La mystérieuse île nippone d’Edogawa Ranpo.  x Employé rêveur et timide d’une société d’import-export à Tokyo depuis quelques années, Minoura tombe amoureux d’une jeune femme, Hatsuyo Kizaki, qui vient d’intégrer la société en ce mois de juin 1925, et dont le tempérament mélancolique semble être le miroir du sien. Tandis que leur attirance mutuelle s’épanouit … Lire la suite