☀︎
Notes de lecture 2015

Note de lecture : « L’invisible dehors » (Pierre Cendors)

Voyage au nord de l’Islande dans la solitude et le silence, face à face avec le paysage, «pour rompre avec d’anciennes formes».

x

cendors

Dans ce livre sous-titré «Carnet islandais d’un voyage intérieur», et paru en 2014 aux éditions Isolato, Pierre Cendors raconte, avec une langue poétique somptueuse, un voyage entrepris au printemps 2011, une confrontation avec les paysages élémentaires du grand nord islandais pour donner corps à un projet romanesque encore vague.

«Depuis mon retour du Septentrion, je me répète souvent ces paroles de Magnús Morland, les rares dont je me souvienne :
Je ne viens pas en Islande pour voir, au pied d’un glacier, un désert de lave, des geysers ou un volcan, car alors je perdrais l’écho de ce qui m’appelle ici. Je ne viens pas non plus contempler les aurores boréales. Je viens pour rejoindre l’autre côté d’une vision qui m’habite depuis de longues années, une vision dont je ne sais presque rien, sinon que le paysage archaïque, aux reliefs ruiniformes, de cette île qui a surgi de l’Atlantique Nord, il y a de cela 25 millions d’années, lui ressemble

Le voyage démarre à Hornstrandir, «un territoire dont le règne sauvage, à cette latitude et si éloigné de l’affairisme amnésique de nos sociétés, n’a rien d’un simulacre.» Pour cet écrivain marcheur, la solitude et la matière brute doivent nourrir la page blanche, dialogue intérieur face au vide entre le mouvement des pas et celui de l’imagination.

Prenant des accents d’une profondeur mystiques, Pierre Cendors dit l’éloignement du monde, le détachement d’une société utilitaire qui mutile, pour entrer dans la beauté puissante et muette et le temps distendu de ce paysage minéral, et renouveler ainsi la pensée et la forme.

«L’homme n’est peut-être qu’un épisode de l’évolution. À quelques kilomètres de Reykjavík, des rangées pimpantes de résidences-casernes, aussi déplacées dans ces étendues désertiques qu’une femme fardée, parfumée, permanentée au milieu du Sahara, soulignent brutalement l’évidence : la civilisation, toute civilisation, est une divinité clandestine déchue.»

Voyage au milieu de nulle part et au cœur de la matière, ce face-à-face avec le vide prend une direction inattendue, devant cette «nature affranchie de toute mainmise» humaine, ces distances et ces durées si vastes qu’elles font disparaître le but et imposent le silence, puis avec le choc de la découverte des toiles du peintre islandais Georg Gudni.

«Hvarfnúpur.
Laekjarfjall.
Látrafjall
Sphinx ruiniformes dont seuls demeurent le train arrière et les puissantes pattes antérieures, scellées à leur socle d’immobilité.
Straumnessfjall.
Skálafell.
Montagnes-enclumes sillonnées de crevées où s’agrège la dernière neige, où ruisselle l’eau de fonte. Montagnes, tours et corniches larvaires aux torsions calcinées, aux cernes de refroidissement moulurés et réguliers.
Pierres sombres, lugubres dévaloirs à avalanches face auxquels, sous la poitrine du promeneur, un vertige s’écœure en silence.
Falaise-cargos dont l’étrave noirâtre partage la baie mouvante et agglomère les nuées sifflantes dans ses hauteurs démâtées.»

Dédié à Georg Gudni, «L’invisible dehors» est un récit d’une beauté intense, tendu vers une forme d’absolu, plus tellurique que céleste, qui évoque les fulgurances d’Emmanuel Ruben et son évocation de l’œuvre du peintre danois Per Kirkeby dans «Icecolor».

«On écrit pour donner voix à ce qui, autrement, demeurerait muet, enseveli sous le piétinement des paroles. On écrit pour quitter l’insomnie des conversations, ces longs repas du langage.»

Pour acheter ce livre chez Charybde, c’est ici.

cendors

À propos de Charybde 7

Une lectrice, une libraire, entre autres.

Discussion

5 réflexions sur “Note de lecture : « L’invisible dehors » (Pierre Cendors)

  1. Certainement l’un des plus beaux textes que j’ai pu lire cette année, dont seule m’a paru pesante la présence de quelques néologismes dispensables (dispar-être, dé-penser… J’ai dans l’idée que la poésie doit pousser tout autrement le mur des mots, en acceptant la banalité, la « terre » du langage…).

    Pour le reste, tant de douceur et de profondeur entremêlées ! Je n’ai pas lu d’autres textes de l’auteur, mais c’est une lacune que je m’efforcerai de combler rapidement 🙂

    Merci pour cette chronique !

    Publié par Matthieu Savary | 9 juillet 2015, 22:16
  2. Merci beaucoup Matthieu ! Je vous recommande le roman de Pierre Cendors « Archives du vent » qui sera publié en septembre aux éditions Le Tripode (note de lecture prochainement sur ce blog).

    Publié par Charybde 7 | 10 juillet 2015, 22:59

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Note de lecture : « Archives du vent  (Pierre Cendors) | «Charybde 27 : le Blog - 30 juillet 2015

  2. Pingback: Note de lecture : « Engeland  (Pierre Cendors) | «Charybde 27 : le Blog - 4 août 2015

  3. Pingback: Note de lecture : « L’homme caché  (Pierre Cendors) | «Charybde 27 : le Blog - 29 septembre 2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :