☀︎
Notes de lecture 2015

Note de lecture : « Snapshots – Nouvelles voix du Caine Prize » (Collectif)

Six nouvelles voix d’Afrique pour dire la dureté et les drames intimes, les espoirs et les barrières à l’exil.

x

snapshots2Heureuse initiative des éditions Zulma (2014) pour faire connaître la jeune génération d’écrivains anglophones d’Afrique, ce recueil rassemble six nouvelles distinguées par le Caine Prize, qui récompense depuis 2000 la meilleure nouvelle écrite en anglais d’un jeune auteur africain, traduites par Sika Fakambi, traductrice également remarquable de «Notre quelque part» de Nii Ayikwei Parkes.

Révélant une réalité terrible, à la lisière des cauchemars et du fantastique, «Hunter Emmanuel» de la Sud-Africaine Constance Myburgh suit l’enquête non officielle d’un ancien policier embauché comme bûcheron qui découvre une jambe de femme au sommet d’un arbre, et qui ne ressortira pas indemne de cette enquête qui va le rapprocher dangereusement de l’horreur indicible, tandis que «Jours de baston» de l’écrivain de Sierra Leone Olufemi Terry évoque les combats de rue des enfants, rappelant le très impressionnant «Corps à l’écart» de Elisabetta Bucciarelli.

Plus porteurs d’espoir ou ironiques, tout en évoquant les difficultés de l’exil ; «America» de la Nigériane Chinelo Okparanta dévoile peu à peu, au cours du trajet en bus de Port Harcourt vers Lagos, l’histoire intime et la persévérance d’une jeune enseignante qui rêve d’émigrer en Amérique, ainsi que la dureté de son pays et ses tabous ; et «Miracle», de l’américain d’origine nigériane Tope Folarin, raconté par la voix d’un enfant de la diaspora, qui se déroule au Texas, au cours d’une messe où les fidèles de la communauté nigériane sont rassemblés pour assister à la harangue et aux miracles d’un pasteur aveugle. La croyance dans les miracles religieux est ici la prospérité accomplie avec l’exil américain, miracle qui, comme on s’en doute, ne s’accomplit pas toujours. 

snapshots3Mes deux nouvelles préférées dans ce recueil : La Zimbabwéenne NoViolet Bulawayo crée un choc bouleversant dans «Snapshots», avec la trajectoire dramatique d’une petite fille des quartiers pauvres de Harare, vendant des œufs dans la rue à l’adolescence pour survivre, une peinture vivide et indélébile de la misère et du sort des femmes, sur fond de crise économique et d’inflation galopante, et de tentatives d’émigration vers une Afrique du Sud incertaine et dangereuse.

«Un matin ta mère plonge la main dans le soutif qu’elle a quémandé à sa sœur Noma trois ans plus tôt, et elle en sort un billet de vingt. Elle cache toujours son argent dans son soutif pour que ton retraité de père n’aille pas mettre la main dessus pour t’envoyer à la boutique lui acheter deux paquets de cigarettes Kingsgate et ensuite empester le tabac toute la sainte journée (il fume trop). Ta mère te donne un billet de vingt et un sac plastique de TM Hyper et te dit, Toi, va voir Maplanka et achète-moi un-pain-blanc-et-demi-avec-une-pinte-de-chimombe.
Tu enfiles vite fait tes pata-patas jaunes (qui depuis un moment sont un peu lâches parce que ton père s’acharne quelquefois à y enfoncer ses grands pieds) et tu traces ta route pata-pata jusqu’à la boutique de Maplanka. Il te faut à peu près onze minutes, sept si on te dit de te grouiller d’un ton qui rigole pas, et seulement cinq et demi si c’est ta mère qui t’envoie.» (Snapshots)

snapshots4

Et enfin, concluant cet opus, «La république de Bombay» du Nigérian Rotimi Babatunde forme une critique acérée du colonialisme sur un mode tragicomique, au travers de l’histoire du Sergent de couleur dit Bombay, enrôlé pour combattre Hitler et les japonais pendant la seconde guerre mondiale sur un front oublié en Asie du Sud-Est, et qui, ayant découvert au front une nouvelle vision du monde – les stéréotypes envers les africains et la vulnérabilité des Blancs qui se présentaient comme invincibles -, proclame à son retour au pays un état indépendant dans une ancienne prison dominant la ville.

«Le Chef de District était un homme blanc toujours vêtu d’une impressionnante veste blanche et l’agent de Police Indigène un homme noir qui saluait l’homme blanc à chacun de ses passages. Ainsi allait le monde et il n’y avait aucune raison de penser qu’il en irait un jour autrement. Mais la guerre survint et les bombes se mirent à pleuvoir, et toutes les choses du monde volèrent en éclats, s’extirpant de leurs boîtes individuelles pour se mêler les unes aux autres dans une pagaille sans nom. Soudain, tout devint possible.» (La république de Bombay)

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

De gauche à droite et de haut en bas : NoViolet Bulawayo (© Krystal Griffiths), Olufemi Terry (© allrightsreserved), Constance Myburgh (© Julia Bass), Rotimi Babatunde (© Throne Studios/Akinwunmi Osunkoya), Chinelo Okparanta (© Rolex/Bart Michiels), Tope Folarin (© David Fleming).

À propos de Charybde 7

Une lectrice, une libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :