☀︎
Notes de lecture 2015

Note de lecture : « City Lights Pocket Poets Anthology » (Lawrence Ferlinghetti)

Cinquante ans de poésie américaine et mondiale par le libraire-éditeur engagé de San Francisco.

x

LECTURE EN VERSION ORIGINALE AMÉRICAINE

City Lights PPA

x

Sous la direction de son co-fondateur Lawrence Ferlinghetti, l’admirable libraire-éditeur City Lights, à San Francisco, publie depuis 1955 une série de petits livres de poche dédiés à la poésie américaine et internationale, les « City Lights Pocket Poets ». C’est notamment dans cette collection à prix extrêmement abordable que parut initialement le « Howl » d’Allen Ginsberg, en 1956. City Lights en propose depuis longtemps une anthologie régulièrement mise à jour : celle-ci est l’avant-dernière, une nouvelle version venant de paraître à l’occasion des soixante ans de la collection.

x

On y goûte avec joie plusieurs poèmes de Lawrence Ferlinghetti lui-même, de larges extraits d’Allen Ginsberg – de « Howl » (1956) à « Plutonian Ode » (1977) – et des pères fondateurs et piliers de la beat generation, du groupe Black Mountain et de la San Francisco Renaissance : Kenneth Patchen, Denise Levertov, Gregory Corso, Robert Duncan, Philip Lamantia, Bob Kaufman, Janine Pommy Vega, Charles Upton, Diane di Prima, Jack Kerouac, Pete Winslow, Harold Norse, Peter Orlovsky, mais aussi des poètes américains issus d’autres mouvances, tels que Marie Ponsot, William Carlos Williams, Robert Nichols, Malcolm Lowry, Frank O’Hara, Robert Bly, Anne Waldman, Jack Hirschman, Stefan Brecht, Antler, ou encore le Britannique Adam Cornford.

City Lights Bookstore

The world is a beautiful place
to be born into
if you don’t mind happiness
not always being
so very much fun
if you don’t mind a touch of hell
now and then
just when everything is fine
because even in heaven
they don’t sing
all the time
The world is a beautiful place
to be born into
if you don’t mind some people dying
all the time
or maybe only starving
some of the time
which isn’t half so bad
if it isn’t you

Banned Books

Oh the world is a beautiful place
to be born into
if you don’t much mind
a few dead minds
in the higher places
or a bomb or two
now and then
in your upturned faces
or such other improprieties
as our Name Brand society
is prey to
with its men of distinction
and its men of extinction
and its priests
and other patrolmen
and its various segregations
and congressional investigation
and other constipations
that our fool flesh
is heir to

Allen Ginsberg

Allen Ginsberg

Yes the world is the best place of all
for a lot of such things as
making the fun scene
and making the love scene
and making the sad scene
and singing low songs and having inspirations
and walking around
looking at everything
and smelling flowers
and goosing statues
and even thinking
and kissing people and
making babies and wearing pants
and waving hats and
dancing
and going swimming in rivers
on picnics
in the middle of the summer
and just generally
‘living it up’
Yes
but then right in the middle of it
comes the smiling
mortician
(Lawrence Ferlinghetti, 1955)

On y trouve aussi le curieux charme des traductions américaines de certains poèmes de Rafael Alberti, de Nicolas Guillén, de Pablo Neruda, de Federico Garcia Lorca, d’Antonio Machado, de Jacques Prévert (admirablement traduit par Lawrence Ferlinghetti lui-même), de Paul Celan, de Helmut Heissenbüttel, de Walter Höllerer, de Heinz Piontek, de Günter Grass, de Hans Magnus Enzensberger (dont on se souvient à l’occasion que seule une infime partie de sa production poétique est traduite en français, hélas), de Nicanor Parra, de Andrei Voznesensky, de Yevgeny Yevtushenko, de Semyon Kirsanov, de Pablo Picasso, de Pier Paolo Pasolini, de Simon Vinkenoog, d’Ernesto Cardenal, d’Antonio Porta, de Vladimir Mayakovsky, de Daisy Zamora, de Rosario Murillo, ou encore d’Alberto Bianco.

Une plongée rare et puissante dans cinquante ans de poésie dite « d’avant-garde », à la pointe de nombreuses avancées esthétiques comme de fréquents combats politiques.

x

Ferlinghetti

Lawrence Ferlinghetti

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :