☀︎
Notes de lecture 2011

Note de lecture : « Le quartier de la fabrique » (Gianni Pirozzi)

Perturbante plongée dans l’enfer de l’intervention OTAN au Kosovo.

x

Le quartier de la fabrique

Travailleur social breton désormais installé à Sète, Gianni Pirozzi publiait en 2009 chez Rivages son troisième roman noir, après les remarqués « Romicide » (2001) et « Hotel Europa » (2004).

On y retrouve plusieurs des personnages des romans précédents – et notamment Augusto Rinetti -, plongés cette fois dans le transport clandestin d’armes à destination du Kosovo, au moment du conflit OTAN-Serbie de 1999. Les convoyeurs découvriront avec horreur sur place, en étant confrontés au sort fait aux Roms locaux par les miliciens de l’UCK, après avoir été avertis des violences exercées par les Serbes vis-à-vis des Albanais, avant leur départ des lieux, que les « bons » et les « méchants » restent des notions hélas bien relatives, et que les haines viscérales et stupides comme les corruptions avides n’ont guère de frontières territoriales ou « ethniques ».

Comme précédemment, Gianni Pirozzi excelle à camper et animer des personnages rudes, couturés de cicatrices et de maladresses, bourrés de failles et parfois d’abysses personnels, confrontés aux vices tortueux et bien ancrés légués par la Grande Histoire comme par les concupiscences bien contemporaines.

La fin – que l’on ne dévoilera surtout pas, l’intrigue étant maintenant beaucoup plus ramifiée et subtile que dans le simple et élégant (si j’ose dire) « Romicide » – est d’une noirceur rarement atteinte précédemment.

Le Kosovo : la province la moins développée de l’ex-Yougoslavie. Un taux record d’analphabétisme, de surpeuplement agricole et de sous-emploi… Il est encore tôt, le train s’arrêtera dans une heure, gare de Lyon. Ca y est ! Craven monte à Paris pour s’enfoncer dans les Balkans. Lilith a tenu à l’accompagner jusqu’au départ des bus, porte de Bagnolet. Il se concentre sur la destination indiquée par De Santis. Son crâne est saturé de données. Activité économique focalisée sur les ressources du sous-sol – lignite, zinc -, sur la constitution de combinats agro-industriels. trop peu d’emplois pour une masse de paysans sans ressources. Un bruissement d’objets au creux d’un sac à main le tire de ses réflexions. Lilith a sorti son paquet blanc de Davidoff :
– Tu fais quoi ?
– Je fume une cigarette.
– C’est interdit dans ce train.
Elle hausse les épaules.
– Eh bien, il me reste les toilettes.
La jeune Turque se lève. Un profil de faucon, un long cou, une nuque fragile qui remonte en ligne droite. Deux rangées plus loin, le grand Frank ronfle dans son siège, les pieds sur la banquette. Elle pouffe :
– Il est marrant ton copain !
– Faudrait me payer cher pour être son copain.
Il a négocié auprès du JAP une levée de ses douze mois avec sursis. Braquage de pharmacie contre participation à projet humanitaire. De l’huile sur le feu. Ne jamais tourner le dos à ce type. Par précaution, il conserve son passeport et sa carte d’identité pour mieux le tenir en laisse. Il ne lui distribue de l’argent de poche qu’en cas de besoin.

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

x

Pirozzi

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :