☀︎
Notes de lecture 2014

Note de lecture : « Mort et vie de Lili Riviera » (Carole Zalberg)

La dissociation fatale d’un être de son corps.

x

zalberg

«Ce serait un conte.

On retrouverait le corps sans vie de Lili Riviera. Son visage et ses reliefs improbables, œuvre folle des bistouris, luisant comme une cire tiède dans la pénombre.
Ses seins énormes flottant bêtement ; non plus des masses chaudes qu’on aurait voulu caresser, masser, soupeser, mais deux ballons perdus sur l’océan satin des draps.»

Inspirée par la vie de Lolo Ferrari, Carole Zalberg – dont j’avais par ailleurs adoré le magnifique «Feu pour feu» – raconte, dans ce roman de 2005, le destin au départ terriblement banal  d’une enfant mal aimée, la trajectoire tragique d’une femme transformée en objet sexuel à coups de bistouri, créature «charcutée» pour provoquer le désir – devenue monstre de foire suscitant à la fin écœurement et rejet.

Ce roman qui démarre aux deux bornes de la vie de Lili Riviera, sa mort et son enfance, pose d’entrée de jeu les traits d’une histoire outrée. Puis, touche après touche, à la façon d’un peintre, Carole Zalberg donne de la profondeur, de la subtilité au récit, sondant les démons intérieurs de Lili, l’absence de son père, cet homme presque invisible, l’amitié qui la lie à Cédric, son ami depuis le collège, au destin parallèle moins voyant mais tout aussi poignant et son amour pour Francky dont l’abandon lui sera fatal.

«Depuis le départ de Francky, Lili se sent tellement inutile quand elle rentre de ces tournées où on la trimballe comme une curiosité de viande crue, tellement usagée, que l’état innommable de son appartement la rassure. C’est bien là son milieu naturel, le même terreau naturel qu’à l’intérieur d’elle, où se décomposent le beau et le laid, l’or et l’ordure. Contrairement à ce que croit son entourage – qui ne persiste à l’entourer que pour l’argent qu’on peut tirer d’elle – , ce n’est ni par chagrin ni parce qu’elle boit que plus rien, chez elle, n’est rangé ni nettoyé. Elle a laissé émerger un décor qui ressemble à sa vie gâchée, défaite et refaite à l’envi. C’est une présence vivante, une excroissance mêlant objets et déchets liés à elle, une tumeur qui pousse autour d’elle plutôt que dans son corps trop artificiel. Le parfait reflet de sa dérive.»

Au cœur du voyeurisme sans en avoir aucun, «Mort et vie de Lili Riviera» renoue les fils de cette trajectoire entre sa fin et son enfance, et les failles de l’enfant rejoignent le gouffre ultime quand Lili Riviera, entraînée par sa volonté d’être absorbée dans le désir des autres, se laisse disparaître dans son corps méconnaissable.

«Lili, elle, n’a plus d’idée précise de ce que lui renvoie son reflet. Ce qui la prend à la gorge, elle, quand, pour se préparer, elle est obligée de se regarder, c’est seulement cette impression, non, cette certitude de n’être personne, de ne ressembler à rien de vivant. Dès sa deuxième opération du visage elle a eu ce sentiment. Elle n’en a rien dit parce qu’il était trop tard et qu’il fallait maintenir l’illusion. Mais surtout, elle aimait cela : la destruction de ses traits, leur transformation, ce masque greffé sur sa chair, la dissimulaient.»

Ce qu’en dit Emmanuelle Caminade sur L’or des livres est ici.

Pour acheter le livre chez Charybde, réédité chez par Actes Sud dans la collection  Babel en 2014, c’est ici.

Photo : Melania Avanzato

À propos de Charybde 7

Une lectrice, une libraire, entre autres.

Discussion

2 réflexions sur “Note de lecture : « Mort et vie de Lili Riviera » (Carole Zalberg)

  1. J’avais beaucoup aimé aussi l’écriture de Feu pour feu. Ici, le thème me séduirait moins mais je relirai avec plaisir cette auteure.

    Publié par jostein59 | 9 juin 2015, 06:52

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Note de lecture bis : « Feu pour feu  (Carole Zalberg) | «Charybde 27 : le Blog - 3 novembre 2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :