☀︎
Notes de lecture 2012

Note de lecture : « Herzog » (Saul Bellow)

Plongée dans les monologues intérieurs tourbillonnants d’Herzog, héros pléthorique et sentimental, pour un très grand roman américain.

x

Herzog

Avec «Herzog», ce roman exceptionnel publié en 1964, d’une incroyable modernité par son propos et son style, Saul Bellow a certainement inspiré de nombreux cinéastes et écrivains, Woody Allen et Philip Roth entre autres.

Il nous fait ici pénétrer – comme à l’aide d’un scanner – dans l’esprit et les émotions de Moses Herzog, érudit spécialiste de l’histoire des idées, ancien professeur d’université, que Madeleine sa deuxième femme a quitté pour Valentin Gerbasch, son ami à la jambe de bois, et néanmoins orateur flamboyant et sans complexes.

Déprimé d’avoir été abandonné, enragé d’avoir été manipulé, en grave crise nerveuse et exalté, doté d’une mémoire exceptionnelle mais manquant totalement de sens pratique, en proie à des impulsions et des émotions qui le submergent, Herzog oscille en permanence entre force et faiblesse, acceptation et esprit de vengeance, ambition folle [d’améliorer la condition de l’humanité avec ses idées] et désolation face à son impuissance, euphorie [d’une nuit passée avec Ramona, sa maîtresse au corps superbe] et dépression, gardant [toujours] une conscience aigüe de la dimension comique du quotidien.

Dans cette période de sa vie où tout semble se dilater, comme exutoire des observations et émotions très violentes qui l’envahissent, Herzog ne cesse de composer des lettres, imaginaires ou réelles, pour lui-même, pour ses proches, pour des personnes qu’il a croisées, pour les médias, des hommes politiques, des philosophes, des scientifiques jusqu’à Dieu.
Ainsi, le récit est extraordinaire car il ne cesse de mêler dans une trame unique les pensées intimes d’Herzog et ses idées sur la conduite du monde, l’intérieur et l’extérieur.

«Notre civilisation est une civilisation bourgeoise. Je n’emploie pas ce terme dans son sens marxiste. -Trouillard !- Dans le vocabulaire de l’art moderne et de la religion d’aujourd’hui il est bourgeois de considérer que l’univers a été créé pour que nous l’utilisions en toute sécurité et pour nous donner confort, bien-être et soutien. La lumière voyage à trois cent mille kilomètres par seconde pour que nous puissions voir pour nous peigner les cheveux ou pour lire dans le journal que le jambonneau est moins cher qu’hier. Tocqueville considérait le mouvement vers le bien-être comme une des plus fortes tendances d’une société démocratique. On ne peut le blâmer d’avoir sous-estimé les forces destructrices engendrées par cette même tendance. -Il faut que tu aies perdu la tête pour écrire au Times comme ça ! Il y a des millions d’amers voltairiens dont l’âme est pleine de furieuses satires et qui cherchent sans cesse le mot le plus mordant, le plus venimeux. Au lieu de cela, pauvre imbécile, tu pourrais envoyer un poème.»

Le charme et l’intérêt du roman tiennent aussi à l’environnement omniprésent par l’acuité des observations d’Herzog, comme une ode à New-York, à Chicago et à la maison de campagne dans laquelle celui-ci se réfugie, et à la période d’expansion des années soixante dont Saul Bellow et Herzog perçoivent les limites et les dérives avec une lucidité folle, comme s’ils étaient déjà les hommes d’un monde d’avant.

«Dans le taxi qui traversait les rues brûlantes où s’entassaient les immeubles de brique et de pierre, Herzog se tenait à la poignée et ses grands yeux contemplaient New-York. Les formes carrées, loin d’être inertes, étaient vivantes, elles lui donnaient un sentiment de mouvement inéluctable, presque d’intimité. Dans une certaine mesure, il avait l’impression de faire partie de tout cela – des chambres, des magasins, des caves – et en même temps il percevait le danger de ces multiples excitations.»

Pour acheter chez Charybde ce roman traduit par Michel Lederer, c’est ici, et en collection Quarto avec «La planète de M. Sammler», préfacée par Philip Roth, c’est ici.

«I am out of my mind and it’s alright with me.»

 Herzog

À propos de Marianne

Une lectrice, une libraire, entre autres.

Discussion

2 réflexions sur “Note de lecture : « Herzog » (Saul Bellow)

  1. C’est l’intelligence qui fait un bien fou !

    Merci de rapporter de l’arrière les auteurs qui continuent à mener la drôle de guerre dans l’indifférence.

    Publié par claire tencin | 21 mai 2016, 07:06

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Note de lecture : « Et rien d’autre  (James Salter) | «Charybde 27 : le Blog - 9 juillet 2015

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :