☀︎
Notes de lecture 2011

Note de lecture : « L’administration de la peur » (Paul Virilio)

Intéressant éclaircissement de la pensée parfois touffue de Virilio.

x

L_administration_de_la_peur

Architecte d’origine, devenu au fil des années penseur de la vitesse et de l’accélération, Paul Virilio livrait en 2010 aux éditions Textuel ces 90 pages d’entretien avec Bertrand Richard, autour de trois axes : la terreur comme accomplissement de la loi du mouvement (Hannah Arendt), la création progressive d’une « dissuasion civile » visant à administrer la peur, et enfin l’apparition de nouvelles peurs avec celle de nouveaux combats.

Riche d’échos entretenus avec la fiction diaphane et saisissante d’un Hugues Jallon (et tout particulièrement son « Zone de combat » de 2007) comme avec les minutieux réquisitoires de Serge Quadruppani et de son « La politique de la peur » (2011), Paul Virilio donne ici de précieux éclaircissements, sous les relances de son interlocuteur, à propos de sa pensée parfois brillamment elliptique.

L’administration de la peur, cela signifie aussi que les États sont tentés de faire de la peur, de son orchestration, de sa gestion, une politique. La mondialisation ayant progressivement rogné les prérogatives traditionnelles des États (notamment celles de l’État providence), il leur reste à convaincre les citoyens qu’ils peuvent assurer leur sécurité corporelle. La double idéologie sanitaire et sécuritaire peut se mettre en place, faisant peser de réelles menaces sur la démocratie.

Passionnant et roboratif, cet entretien permet bien un intéressant éclaircissement de la pensée de Paul Virilio, parfois touffue. En revanche, on pourra trouver plus convaincantes, in fine, les analyses de type sociologique de Laurent Thévenot, Luc Boltanski et Eve Chiapello, autour de la vitesse comme mouvement et connexion (et de ses conséquences), plutôt que l’éther philosophique qui semble par moments irriguer le propos. On peut lire ici indirectement, sans doute, une limite « naturelle » des pensées « hautement analogiques », comme celles de Paul Virilio ou de Michel Serres, par rapport aux approches plus précises et plus prosaïques d’autres penseurs.

x

Paul Virilio

Paul Virilio en 2002 ( © AFP)

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Note de lecture : « Safe  (Lucie Taïeb) | «Charybde 27 : le Blog - 2 mars 2016

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :