☀︎
Notes de lecture 2015

Note de lecture : « Une histoire des Forces Spéciales » (Jean-Dominique Merchet)

Robuste perspective historique, assortie de plusieurs questionnements contemporains fort pertinents.

x

Une histoire des forces spéciales

Publié en 2010 aux éditions Jacob-Duvernet, le cinquième ouvrage de Jean-Dominique Merchet, journaliste spécialisé dans les questions de défense à Libération, à Marianne puis à L’Opinion – et animateur du blog Secret Défense, l’un des plus populaires et des plus efficaces en France sur ces sujets -, constitue à la fois une rapide vulgarisation historique, très accessible, et un petit essai aux questionnements intelligents, nettement plus pointu.

S’affranchissant aisément de la tentation terriblement française d’une définition précise et rigoureuse du terme « forces spéciales », Jean-Dominique Merchet en parcourt rapidement les ancêtres possibles, permettant ainsi, de manière très pragmatique, de donner un aperçu du champ des missions pouvant être confiées, au fil de l’Histoire, à ces soldats d’un genre un peu particulier, pour parvenir à leur « véritable » naissance (sous leur forme presque contemporaine) chez les Britanniques durant la deuxième guerre mondiale.

Les forces spéciales britanniques sont ainsi, pour des raisons historiques, traitées de manière relativement détaillée, tandis que les forces spéciales américaines le sont plutôt pour des raisons de puissance actuelle et de rayonnement médiatique (leur création ayant été nettement plus tardive). Les forces spéciales françaises se taillent logiquement – compte tenu des principaux publics visés par l’ouvrage – la part du lion, entre leur origine de type britannique et leur montée en puissance contemporaine de type fortement américain. Les brèves incursions effectuées du côté de l’Allemagne, de l’Union Soviétique ou d’Israël sont en revanche si sommaires que l’on peut presque mettre en doute l’utilité de leur présence – mais le ton global de l’ouvrage, à la fois prudent et humble, et plutôt clair sur ses objectifs (limités, en 220 pages), permet de parcourir sans acrimonie ces descriptions, historiques et actuelles, robustes et opératoires, même s’il s’y glisse à l’occasion, et de manière parfois curieuse, un bon poids d’anecdotes, connues ou non.

SAS

Insigne du Special Air Service (SAS)

Cette partie proprement historique, ou descriptive en ce qui concerne le contemporain, sera précieuse pour le néophyte désireux de mieux saisir la nature et le fonctionnement de ces unités devenues spectaculairement présentes dans l’actualité depuis 2001, et de mieux appréhender, par exemple, les subtilités enchevêtrées des différents acteurs des excellents romans de DOA, « Citoyens clandestins » (2007) ou « Pukhtu Primo » (2015). Elle laissera logiquement sur sa faim la lectrice ou le lecteur plus expérimentés, le but de l’ouvrage n’étant clairement pas dans l’exhaustivité ou la profondeur historiques.

C’est dans diverses questions posées par l’auteur, surgissant soit des détours de l’histoire soit de situations très contemporaines, que la richesse d’un ouvrage volontairement modeste se révèlera pleinement : raisons objectives du positionnement des forces spéciales comme une forme apparemment paradoxale d’ « arme de luxe », interrogations sur le volume de forces spéciales par rapport à celui de l’ensemble d’une armée (réitérant perpétuellement, et pour de bonnes raisons, le débat de la première guerre mondiale, résolu différemment en France et en Allemagne, à l’époque), frontières mouvantes des missions relevant de troupes « normales » (fussent-elles « d’intervention extérieure »), de forces spéciales (discrets mais « avouables ») ou de bras armés des services secrets (clandestins et « désavouables »), tentation de la sous-traitance (sociétés militaires privées – voir « Pukhtu Primo », par exemple) aux frontières de l’enveloppe d’utilisation de l’arme, rôle potentiellement démultiplicateur des forces spéciales, compatibilité de doctrines d’emploi reposant logiquement sur l’initiative, l’agilité et la souplesse avec des règles d’engagement et des chaînes de commandement ne participant pas nécessairement de la même logique, problèmes concrets posés en permanence par la nature fondamentalement interarmes des forces spéciales, problèmes concrets posés sur le terrain, enfin, par la recombinaison permanente d’unités ad hoc, extraites de diverses troupes, manquant donc souvent, malgré les entraînements répétés et le réel professionnalisme le plus souvent observable, de familiarité profonde les unes avec les autres – des nécessités politiques ou budgétaires imposant souvent le recours – tout particulièrement dans le système américain et dans le système français actuel – à des équipes « piochées » au sein de différentes unités et assemblées quelque peu « à la va-vite ».

In fine, un ouvrage qui se lit rapidement, fourmillant d’informations utiles pour le lectorat néophyte et de questionnements plutôt pertinents pour le lectorat plus averti, dont le didactisme obligatoire est bien tempéré par un pragmatisme réel et une connaissance authentique du terrain et des personnes dont il est question.

On pourra lire avec profit l’entretien donné par Jean-Dominique Merchet à la revue en ligne Le Polémarque au moment de la sortie de l’ouvrage, ici.

x

JDM

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

2 réflexions sur “Note de lecture : « Une histoire des Forces Spéciales » (Jean-Dominique Merchet)

  1. Merci d’avoir fait connaître l’entretien paru sur mon site, Le Polémarque. A mon tour de vous relayer !
    Cordialement,
    L. Schang

    Publié par L. Schang | 12 mai 2015, 11:44

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Note de lecture : « Mourir pour l’Afghanistan  (Jean-Dominique Merchet) | «Charybde 27 : le Blog - 17 mai 2015

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :