☀︎
Notes de lecture 2015, Nouveautés

Note de lecture bis : « Le roman de Bolaño » (Éric Bonnargent & Gilles Marchand)

Jeux de miroirs, mises en abyme et jubilation totale, que l’on connaisse ou pas l’œuvre de Roberto Bolaño.

x

Le roman de BolanoDans son court texte d’introduction à «Étoile distante», Roberto Bolaño confie que cette histoire a été racontée ou rêvée par son ami Arturo B., son double fictionnel, lui se contentant d’en être le script.
Miroir et explosion de ce jeu entre réel et imaginaire, «Le roman de Bolaño», paru en mars 2015 aux éditions du Sonneur, réussit à sortir le roman épistolaire de l’engourdissement, à rassembler toute la poétique et les obsessions de Roberto Bolaño dans un récit à suspense immensément joueur.

Pierre-Jean Kaufmann, un chauffeur de taxi amnésique, a retrouvé, sur un feuillet volant coincé dans les pages d’un roman de Bolaño, l’adresse d’un des personnages, Abel Romero. Lui adressant une lettre, il reçoit une réponse, contre toute attente, et c’est ainsi qu’ils entament une correspondance. On commence alors à découvrir le passé de cet ancien policier, qui était entré dans la police au Chili par amour pour un autre personnage de roman, Javert, avec une ambition idéaliste de lutter contre le mal calquée sur ce personnage de fiction, et qui a finalement dû s’exiler après avoir subi l’horreur de la torture. C’est sur ces prémices, dont on perçoit tout le potentiel de jeu labyrinthique, que démarre «Le roman de Bolaño».

Abel Romero, qui au contraire de Pierre-Jean Kaufmann est hypermnésique, est très perturbé de découvrir avec cette correspondance qu’il est un personnage de fiction dans l’œuvre de Bolaño. Pour comprendre sa présence dans ses romans, il se lance dans la lecture de ses livres, compulsivement, et, tel un détective errant dans une enquête extraordinaire, part à la recherche d’Arturo Belano, qu’il a connu autrefois et qui a selon lui inspiré son histoire à l’auteur.

«J’ai appris que Belano était considéré par les critiques littéraires comme le double fictif de l’écrivain chilien. Mais il existe, il existe autant que moi. Ou a existé. Le monde serait-il envahi de personnages de romans ? Et vous, êtes-vous certain de ne pas en être un ?»

Cette quête labyrinthique va mener Abel Romero à Blanes, station balnéaire de Catalogne où Bolaño a vécu à la fin de sa vie, et ensuite au Mexique, sur les traces des personnages bolañesques et de ceux qui côtoyèrent Bolaño, son fils, Horacio Castellanos Moya, Javier Cercas, Enrique Vila-Matas et enfin d’Antoni Casas Ros. Pierre-Jean Kaufmann est le spectateur de cette quête par le biais des lettres qu’ils s’échangent et dont la lecture, en résonance avec ses propres incertitudes et questionnements, le transforme et le lance sur la piste de son passé englouti dans un océan d’alcool et de médicaments.

«Les circonstances nous obligent à explorer les labyrinthes de nos mémoires respectives et à aller y affronter les minotaures qui s’y tapissent.»

le roman de bolano

Ces deux personnages rongés d’incertitude, exilés de leur pays et de leur mémoire, comme dans les romans de Bolaño se retrouvent immergés dans la folie et le mal, qu’ils évitaient depuis plusieurs années dans une vie engourdie. En plongeant dans leurs souvenirs et dans l’œuvre de Bolaño, autour de l’histoire baignée de sang de l’Amérique latine,  ils convergent finalement vers l’épicentre du mal radical, la ville de Ciudad Juarez au Mexique.

«- Si vous êtes venus chercher le pire, vous êtes bien tombé. Ciudad Juarez est une nouvelle Babylone, un échec de la raison. Faites très attention, on meurt très rapidement ici.»

Entre Abel Romero qui veut reprendre le contrôle de son personnage et Pierre-Jean Kaufmann celui de sa mémoire, Gilles Marchand et Eric Bonnargent ont construit un récit incroyablement joueur et rusé : promenade dans un labyrinthe placée sous le signe du Minotaure, quête identitaire, roman policier cherchant à élucider l’écart entre fiction et réalité, et réflexion en creux sur l’inspiration de l’écrivain.

On peut lire «Le roman de Bolaño» avant, avec ou après les romans de Bolaño, peu importe, mais chaque nouvelle lecture éclairée par l’œuvre de l’écrivain chilien permettra d’approfondir le plaisir de lecture de ce récit, labyrinthe émaillé de cailloux blancs et d’effets de miroir, se permettant même au détour d’une page ce pied de nez sur l’impossible réussite d’un livre écrit à quatre mains :
«je tiens pour impossible la réussites d’un livre ainsi écrit par deux personnes, nécessairement différentes dans leurs manières de travailler et de penser.»

Une très grande jubilation. Ce que dit superbement mon ami et collègue Charybde 2 sur ce livre est ici, et pour l’acheter chez Charybde, c’est .

Bonnargent Marchand

À propos de Charybde 7

Une lectrice, une libraire, entre autres.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :