☀︎
Notes de lecture 2011

Note de lecture : « Autres odyssées de l’espace » (Giovanna Borasi & Mirko Zardini)

Un riche travail de spéculation architecturale à base de science-fiction.

x

Autres_odyssees_de_l_espace

Publié en 2010 chez Lars Muller Publishers, ce livre richement illustré de Giovanna Borasi et Mirko Zardini accompagnait l’exposition « Autres odyssées de l’espace », développée par le Centre Canadien d’Architecture.

Les travaux présentés par Greg Lynn, Michael Maltzan et Alessandro Poli ont en commun une tentative de repenser le rapport à l’architecture en fonction de la perspective ouverte par l’espace « extra-planétaire », qu’il soit réel à partir des premières explorations spatiales et de l’alunissage de 1969, ou virtuel à partir des travaux d’un certain nombre d’auteurs et d’artistes de science-fiction, voire des recherches menées par exemple au sein du JPL (Jet Propulsion Laboratory) de Pasadena.

Une lecture passionnante, avec plusieurs entretiens exclusifs avec les trois architectes.

Le lien vers le site de l’exposition, très bien conçu, est ici.

Les projets de Greg Lynn exposés font appel à des conditions improbables ou extrêmes, telles que la réalité virtuelle ou l’absence de gravité, pour proposer de nouvelles orientations, technologies et formes, comme du domaine des possibilités architecturales. New City, un monde virtuel développé sous son aspect architectural, est représenté par une animation ainsi que cinq maquettes fabriquées selon une technologie numérique pour cette exposition. Ce projet répond à l’émergence des médias sociaux par la conception d’une réalité virtuelle parallèle, dans laquelle tous les habitants de la Terre auraient une adresse propre dans une seule grande ville interconnectée. De plus, des maquettes et de la documentation sur les structures N.O.A.H. (New Outer Atmospheric Habitat ou Nouvel habitat extra-atmosphérique) sont présentées, consistant en quatre planètes imaginées pour le film de science-fiction Divide, ainsi que des dessins et animations de colonies spatiales qui étudient la notion de sol en l’absence de gravité.

Michael-Maltzan_-architecte_-Nouvel-e_difice-du-laboratoire-de-propulsion-par-re_action_-Pasadena_-Californie_-2006-_-maquette__c_-Michael-Maltzan-Architecture2-2

Michael Maltzan, Nouveau bâtiment du JPL.

Le projet de Michael Maltzan, le nouveau bâtiment qu’il a conçu pour le Jet Propulsion Laboratory (JPL), un laboratoire de la NASA à Pasadena, en Californie, se démarque des modèles architecturaux existants de campus voués à la recherche scientifique, pour proposer un nouveau type d’environnement physique qui facilite la collaboration. La dichotomie entre la réalité des scientifiques ici sur Terre et l’objet de leur recherche – d’échelle intersidérale –, est reflétée dans l’exposition. Dans l’une des salles, une vidéo de l’exploration spatiale montre les caractéristiques épiques et sublimes des images transmises de l’espace. Une seconde salle révèle le quotidien technico-bureaucratique au JPL, avec données reçues de la mission Cassini, toujours en cours.

Le regard que porte Alessandro Poli sur la planète Terre fut radicalement transformé par l’atterrissage sur la Lune en 1969. Dans l’exposition, ses projets explorent différentes propositions reliant l’environnement terrestre à la nouvelle réalité de l’espace. La première salle est consacrée au projet Architettura interplanetaria (Architecture interplanétaire, 1972), un film produit par le groupe italien d’architecture radicale Superstudio, dont Poli était membre. Le film propose une architecture d’échelle interplanétaire, y compris une autoroute Terre-Lune et est complété par son matériel préparatoire, comprenant des croquis, collages et scénarimages.
Le projet de recherche entamé par Poli et Superstudio, intitulé Cultura Materiale Extraurbana allait à contre-courant de l’optimisme qui auréolait l’exploration spatiale et de la dépendance à la technologie qui l’accompagnait. Le personnage de l’un des chapitres est Zeno, un paysan toscan. À l’opposé des astronautes des missions Apollo, qui avaient besoin de capsules et de combinaisons élaborées pour survivre dans leur nouvel environnement, Zeno utilisait et réutilisait les mêmes objets pour devenir totalement autosuffisant. Les réflexions actuelles de Poli sont cristallisées dans le collage Zeno rencontre Aldrin à Riparbella, qui illustre la relation entre ces deux personnages emblématiques, tout en éclairant le thème de l’exposition : la redécouverte de la Terre grâce à l’exploration spatiale.

L’ouvrage comprend également les essais de Giovanna Borasi (Des points de vue accessibles pour la première fois : une histoire en six chapitres) et de Mirko Zardini (Dans la peau de Zeno Fiaschi, aujourd’hui).

x

architectes-michael-maltzan-greg-lynn

Les architectes Michael Maltzan, Greg Lynn et Alessandro Poli. Photo: Robert Skinner, La Presse

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :