☀︎
Notes de lecture 2015

Note de lecture : « Le trône de fer – 13 – Le bûcher d’un roi » (George R. R. Martin)

Premier tome français de « A Dance with Dragons », pour commencer à savoir ce qui se tramait au Mur et sur le continent oriental durant le temps des trois tomes précédents.

x

le-bucher-d-un-roi-trone-de-fer-13

Publié en France en 2012, « Le bûcher d’un roi » est le premier des trois tomes du découpage retenu par Pygmalion (en grand format) et par J’ai Lu (en poche) – découpage toujours aussi controversé chez les aficionados du « Trône de fer », mais sur lequel je ne vais pas gloser ici – pour la traduction du « A Dance with Dragons », cinquième tome américain de la saga de George R. R. Martin, publié en 2011 aux États-Unis – et désormais disponible également en français (depuis avril 2015) en intégrale semi-poche restituant l’unique volume d’origine. Compliquées, parfois, ces circonvolutions éditoriales, non ?

Ce treizième tome de la micro-découpe française est aussi le premier traduit par Patrick Marcel, choisi par les éditeurs pour succéder à Jean Sola, dont le travail avait certes ses fidèles, mais dont il faut bien reconnaître qu’entre médiévisme outrancier, large gommage de la crudité brutale de certains passages et sur-sophistication de la langue construite par George R. R. Martin pour sa chanson de glace et de feu, il s’écartait beaucoup trop largement, à mon sens, de l’intention concoctée par l’auteur américain.

L’odeur de l’homme empuantissait la nuit.
Le zoman s’arrêta sous un arbre et flaira, sa fourrure gris-brun toute mouchetée d’ombre. Un soupir de vent résineux lui apporta les relents de l’homme, par-dessus des fumets plus ténus qui disaient le renard et le lièvre, le phoque et le cerf, et même le loup. C’étaient aussi des odeurs d’homme, le zoman le savait ; la rancissure de vieilles toisons, mortes et sauvagines, presque noyées sous le remugle plus fort de la fumée, du sang et de la putréfaction. Seul l’homme dépouillait les autres bêtes de leurs peaux pour se couvrir de cuir et de fourrure.
Différant en cela des loups, les zomans ne craignent pas l’homme. La haine et la faim se nouèrent dans son ventre et il poussa un grondement sourd, pour appeler son frère borgne, sa sœur menue et rusée. Tandis qu’il s’élançait entre les arbres, ses compagnons de meute suivirent avec ardeur dans ses traces. Eux aussi avaient capté l’odeur. Dans sa course, il voyait également par leurs yeux, et il s’aperçut en tête. Le souffle de la meute s’échappait de leurs longues mâchoires grises en bouffées chaudes et blanches. Entre leurs pattes, la glace avait pris, dure comme pierre, mais la chasse était lancée, la proie au-devant. De la chair, songea le zoman, de la viande.

ADWD_US_New

Un rappel s’impose aussi à mon avis, car l’espace-temps de la saga s’est compliqué – sans même évoquer les interférences potentielles, désormais, avec le tempo propre de la série télévisée – depuis le quatrième tome américain : pour des raisons qui lui appartiennent (mais qui peuvent aisément dérouter la lectrice ou le lecteur), George R.R. Martin, avouant avoir été quelque peu submergé par sa narration foisonnante (nous y reviendrons), a séparé le fil du récit en deux ensembles distincts. « Le chaos », « Les sables de Dorne » et « Un festin pour les corbeaux » (les trois tomes français ayant fragmenté l’original « A Feast for Crows ») ne traitaient ainsi, sur la période poursuivant les intrigues de « A Storm of Swords » (les quatre tomes français « Intrigues à Port-Réal », « L’épée de feu », « Les noces pourpres » et « La loi du régicide »), que de Westeros (incluant en grand détail les Fer-nés et, pour la première fois à cette échelle dans la saga, les Dorniens), laissant de côté pour plus tard (pour « maintenant », donc) aussi bien ce qui se passait au Mur et au nord du Mur que l’ensemble des actions survenant sur le continent oriental, autour de Daenerys, principalement. En conséquence, les tomes 13, 14 et 15 du découpage français vont, eux, nous mettre à jour sur ces deux grandes zones laissées à l’écart précédemment, et commencer à renouer certains fils narratifs pouvant se présenter aux intersections géographiques. Bon, un coup à ne pas jouer trop souvent, car même si cela nous offre notamment une belle scène entre Samwell Tarly et Jon Snow, vue du point de vue Samuel précédemment et vue par les yeux de Jon maintenant, c’est tout de même un peu déroutant à suivre si l’on souhaite garder en tête une chronologie à peu près cohérente de l’enchaînement des événements.

JonSnowTightened-S4

Le défi restant, encore et toujours, de transmettre quelques considérations utiles sur le texte sans prendre le moindre risque (ou le strict minimum possible) quant aux spoilers, il faut signaler que, comme lors du tome américain précédent (on parle donc du tome 10 du découpage français, « Le chaos »), le prologue constitue un petit tour de force à lui seul, proposant un éclairage nouveau, inattendu, profondément original, que l’on devine et espère capital pour beaucoup plus tard dans le récit, et d’une écriture parmi les plus joliment soutenues de la saga, l’expérience vécue par un authentique zoman du nord du Mur remplaçant ici l’arrivée d’un mystérieux voyageur à la Citadelle.

À ce qu’il se révéla, le nain emprunta la mauvaise porte et ne retrouva jamais le bassin qu’il avait aperçu de sa fenêtre, mais cela n’eut aucune importance. Les jardins à l’arrière de la demeure avaient tout autant de charme et bien plus d’étendue. Il y vagabonda un moment, tout en buvant. Les murs auraient fait honte à ceux d’un véritable château et les piques de fer ornementales à leur sommet paraissaient étrangement nues, sans têtes pour les décorer. Tyrion se représenta l’effet que produirait là-haut le chef de sa sœur, avec du goudron dans ses cheveux d’or et un essaim de mouches qui entraient et sortaient de sa bouche. Oui, et Jaime se doit d’occuper la pique voisine, décida-t-il. Que nul jamais ne s’interpose entre mon frère et ma sœur.

Après les multiples scènes de climax de « Un festin pour les corbeaux », ce tome propose à nouveau certains de ces engluements désormais familiers à la lectrice ou au lecteur de la saga, dont je finis par penser que, loin d’être un défaut de la construction narrative, ils font partie intégrante du projet de George R.R. Martin (ou alors j’étais de très bonne humeur durant cette lecture ?). Je vais essayer de vous dire un mot de cet aspect lors de la prochaine note de lecture. L’enlisement de Daenerys dans le bourbier de Meereen ou les hésitations de Jon Snow et de Stannis au pied du Mur peuvent ainsi surprendre – ou non – mais jouent en tout cas un vrai rôle ici, à mon avis. Notons aussi l’apparition de deux points de vue entièrement nouveaux dans la saga (en plus de celui du zoman du prologue) : « Le domestique du marchand » (chapitre 7) et « Le seigneur perdu » (chapitre 25), personnages dont je vous laisse découvrir l’identité, dont on pressent qu’ils jouent ou joueront un rôle significatif, mais dont on sait – depuis les tous premiers chapitres de la saga, il y a fort longtemps, que cela ne préjuge en rien de leur longévité, George R. R. Martin excellant plus que jamais à surprendre en sacrifiant des protagonistes que l’on était prêt à jurer inamovibles.

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici. Pour acheter le cinquième tome de « L’intégrale » de J’ai Lu qui reproduit le découpage américain d’origine, c’est .

x

2011 Winter TCA Tour - Day 3

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :