☀︎
Notes de lecture 2015

Note de lecture : « Tu seras une femme, mon pote » (Daniel Martinange)

Passion du football, amour de la femme, inversion curieuse du désir.

x

Tu seras une femme mon pote

Publiée une première fois en revue en 2012 (dans Bordel chez Stéphane Million), rééditée début 2015 dans la collection Hors Format des éditions e-fractions, cette nouvelle de Daniel Martinange explore fort curieusement l’autre passion d’enfance de ce passionné de western (western qui irriguait subtilement son étonnant premier roman, « L’ouragan », en 2012), à savoir le football. La passion des femmes est sans doute (on le suppose) venue un peu plus tard, mais est demeurée une forte constante, semble-t-il.

L’anthologie « Temps additionnel » des redoutables compères des éditions Antidata nous avait montré en 2012 qu’il y avait bien des façons rusées d’accommoder le football en littérature, et la belle nouvelle « La fille du quartier » de Gilda Fiermonte, dans ce même recueil, nous avait fourni une poignante démonstration de ce dont le football féminin pouvait être le nom. Daniel Martinange a choisi ici une voie d’exploration bien différente, associant d’une manière déconcertante de prime abord le football, l’excitation sexuelle et l’amour fou.

Un peu plus tard, arpentant la plage, je reconnus cette façon de balancer les hanches en inclinant le buste. La grande blonde, en survêtement fuchsia, jouait au football avec des enfants. Cela me rassura. De chaque côté, deux maillots en boule dans le sable matérialisaient les cages.
Elle évoluait dans l’équipe majoritairement féminine. Sous sa veste et son pantalon roulaient ses seins-melons, le fuselé de ses cuisses. Je l’imaginais déjà au vestiaire après un match, ruisselante de sueur, mes assauts de bouc honorant la magie de son pied gauche, l’intelligence de ses changements d’ailes, son sens du placement. Fruit de mon obsession pour le foot ? C’étaient des tripoteuses de ballon hors pair qui m’avaient procuré l’illumination sexuelle, et avec Solange que j’avais connu l’au-delà de l’extase, et l’amour fou. Une reine du coup de pied arrêté, une sorcière de la lucarne, une orfèvre de l’aile de pigeon, m’exciteraient toujours mille fois plus qu’une superbe profane. Mon expérience avec Solange clarifiait ma libido : celle-ci ne s’extériorisait pleinement que dans l’univers footballistique. Seul dans mon fauteuil devant la télé lors de la finale de la Coupe du Monde 1998, au troisième but de la France contre le Brésil, qui lui assurait le titre, j’avais inopinément éjaculé dans mon caleçon.

benditl1

Bend It Like Beckham, 2002

Daniel Martinange, tout en donnant résolument dans ces trente pages une troublante leçon de désir, de fétichisme possible et de liberté paradoxale, n’en égratigne pas moins sévèrement, au passage, le miroir aux alouettes qu’est devenu depuis déjà un certain temps le sport marchandisé à outrance, avec tous les pièges qu’il excelle à promouvoir auprès de toutes sortes de déshérités ou déshéritées de cette Terre ambiguë.

— Je suis rentré en France avec les bestioles, ça m’a coûté bonbon, et j’ai demandé à un détective privé de retrouver Aïcha. Il est allé à Aït Insah, il est revenu, il a enquêté, et bingo ! Il l’a localisée. En France. Vous savez où ? Eh ben ici, pardi. À Lantoufique. Eh oui. C’est pour ça que je suis là. Elle vivait avec la patronne du magasin Kriss Fring’. Aïcha, pouffa-t-il, aimait les femmes, j’avais vraiment aucune chance. Je débarque ici, je rencontre Kriss. Elle pleurait. Aïcha était restée un an avec elle. Le temps d’intégrer l’équipe locale, ensuite une autre à haut niveau. Et un jour Kriss la voit dans un bar avec un inconnu. Un agent, paraît-il. Il lui proposait un contrat du côté de Munich, 5000 euros mensuels, plus un logement, sans même un essai. Il lui demandait 4000 euros pour sa prestation. Kriss était complètement amoureuse. Elle envisageait de s’installer à Munich avec sa copine. C’est elle qui a payé. Une semaine plus tard, Aïcha quittait Lantoufique. Une fois sur place, elle devait appeler. Kriss attend toujours son appel.

Pour acheter la carte de téléchargement chez Charybde, c’est ici.

x

danielmartinange-200x300

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :