☀︎
Notes de lecture 2015

Note de lecture : « Jaune Caravage » (Gilda Piersanti)

Automne mafieux et gothique à Rome, avec Mariella De Luca.

x

CVT_Jaune-Caravage_1234

Publiée en 2008 au Passage, la quatrième et dernière des « saisons meurtrières » de l’Italienne vivant à Paris Gilda Piersanti poursuit en un triste  automne romain ce que « Rouge abattoir » avait démarré en hiver, « Vert Palatino » poursuivi au printemps, « Bleu Catacombes » affirmé en été, et propose donc la quatrième enquête (racontée) de Mariella De Luca, sa policière issue de l’Aquila pour venir se confronter au crime de la capitale, personnage que j’avais découvert initialement, avec plaisir, dans sa sixième intervention, « Roma Enigma », sur les conseils d’une consœur libraire estimée partageant le prénom de l’auteur.

En cette molle fin d’été encore fort chaude sur les bords du Tibre, une adolescente est retrouvée, sauvagement massacrée durant la Nuit Blanche, événement rituel, festif et artistique, de la capitale italienne. Rappelée brutalement de ses vacances aux îles Éoliennes, Mariella De Luca doit tenter de mieux comprendre les complexes relations qui peuvent lier les divers protagonistes d’un drame aux facettes plus ramifiées qu’il n’y semble au premier abord. Entre mafia russe s’appropriant toujours davantage le trafic de drogue de ces nuits chaudes et ambiances lycéennes troubles mêlant concours de popularité, rêves de mannequinat et désespoirs gothisants, l’enquête devra sinuer entre plusieurs précipices possibles.

Si la vision proposée par Gilda Piersanti du « gothique adolescent » semble au minimum parcellaire et largement caricaturale (malgré une astucieuse présence d’Edgar Allan Poe et de Baudelaire dans le paysage), sa peinture des phénomènes de mimétisme et de popularité au sein des lycées, et de leurs conséquences potentiellement critiques, est redoutablement pénétrante. Sans doute pas au niveau des deux premiers de la série, mais plus solide que le troisième, ce nouveau volume donne donc envie d’un nouveau bout de chemin en compagnie de l’attachante policière, qui continue elle-même à se chercher ici.

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

x

Gilda Piersanti

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :