☀︎
Notes de lecture 2015, Nouveautés

Note de lecture : « Quoi faire » (Pablo Katchadjian)

Enthousiasmante mathématique onirique du foisonnement romanesque.

x

Quoi faire

Publié en 2010, traduit en français en 2014 par Mikaël Gómez Guthart et Aurelio Diaz Ronda aux éditions toulousaines Le Grand Os, comme premier représentant de leur nouvelle collection POC !, le premier roman disponible dans notre langue de l’Argentin Pablo Katchadjian nous propose un tour de force enthousiasmant.

S’amorçant comme un rêve autorisant les sauts brutaux de réel en irréel et d’irréel en réel au détour de chaque phrase, ces cinquante longs paragraphes orchestrent très vite une véritable sarabande du sens, qui n’entreprend (et réussit !) pas moins que de nous montrer, règle à calcul délirante en main, une mathématique du foisonnement romanesque, entrelaçant non pas à l’infini, mais dans une ronde sauvagement déterministe l’entrelacement de situations et de motifs qui pourraient sembler allègrement incongrus s’ils n’étaient comme autant de variations sur le passage à la limite, la recherche d’une possible asymptote, du récit tel qu’il est, toujours, dynamitable. « Quoi faire » de la narration et des personnages, nullement en quête d’auteur, ni en réalité de réponse et de sens, mais bien plutôt d’épuisement de leurs possibilités heuristiques ?

Alberto et moi donnons un cours dans une salle de classe d’une université anglaise lorsqu’un étudiant nous apostrophe sur un ton agressif : Lorsque les philosophes parlent, ce qu’ils disent est-il vrai, ou bien s’agit-il d’un double ? N’ayant pas compris la question, nous nous regardons, Alberto et moi, un peu nerveux. Alberto réagit le premier : il s’avance et lui répond qu’il est impossible de le savoir. L’étudiant, mécontent de la réponse, se lève : il mesure deux mètres et demi. Puis il s’approche d’Alberto, l’attrape par le col et commence à l’ingurgiter. Les étudiants et moi, quoique parfaitement conscients du danger, nous nous mettons à rire, tandis qu’à demi plongé dans la bouche de l’étudiant, Alberto, riant lui aussi, dit : Ça va, ça va. Après ça, nous nous retrouvons dans un square. Un vieux est en train de donner à manger à une dizaine de pigeons. Alberto s’approche de lui, mais un pressentiment me pousse à l’en dissuader ; toutefois, pour une raison ou pour une autre, je ne peux rien faire. Avant qu’Alberto ait pu l’atteindre, le vieux se transforme, d’une certaine manière, en pigeon et tente de s’envoler, sans succès. Alberto lui place des attelles sur les ailes et lui annonce qu’il sera vite guéri, son problème étant tout à fait banal. Le vieux a l’air content. Nous nous retrouvons ensuite dans les toilettes d’une discothèque. Pour une raison que j’ignore, nous sommes dans les toilettes des femmes. Entrent alors cinq très belles filles apprêtées, tout en sueur tellement elles ont dansé. L’une d’elles semble particulièrement ivre ou droguée. Alberto, mal intentionné, se rue sur elle. D’après ce que je vois, elle se laisse faire, bien qu’on ait du mal à comprendre ce que veut Alberto, puisqu’il se contente de se trémousser contre elle comme si son corps le démangeait ; elle, de son côté, fait la même chose, ce qui donne l’impression qu’ils se grattent mutuellement.

que-hacer

Jorge Luis Borges est présent à de nombreux détours, sans bifurcations évidentes, mais en miroirs et en clins d’œil : Pablo Katchadjian, fin connaisseur de son œuvre, l’avait déjà convoqué malicieusement dans son « El Aleph engordado », en 2009. La résonance, cristalline, avec le travail de César Aira est magnifiquement analysée par Guillaume Contré dans son bel article consacré à « Quoi faire ». Rodrigo Fresan et sa « Vitesse des choses », fresque évolutive aux innombrables échos intérieurs, n’est pas très loin non plus, lorsque Pablo Katchadjian assemble sans vergogne, boule à facettes laser de son omniprésente discothèque, les motifs, tropes et leitmotivs des cours en université anglaise, des étudiants géants et éventuellement anthropophages, de la théologie médiévale comme exercice linguistique, des chiffons et de la mousseline, de Lawrence d’Arabie et de Léon Bloy, de capuches et de décolletés, de pédanterie et de fanfaronnage, huit cents buveurs de vin, cinq filles, deux vieilles et un pigeon, des fascistes et des simples d’esprit, Simone Weil et Kropotkine, pour ne citer que quelques-uns des « intervenants » de ses récits aux mailles serrées.

Alberto et moi allons dans un magasin de jouets choisir un cadeau pour un de ses neveux. Alberto s’empare d’un balai et me dit : Voilà ce que je veux. Il l’achète, puis nous sortons. Dehors on dirait qu’il y a un orage. Nous restons sous le porche du magasin, mais notre position devient de plus en plus inconfortable à mesure que notre abri se remplit de gens. C’est comme si nous étions entassés dans une boîte et propulsés vers le haut par la cohue qui pousse et s’agglutine à nos pieds. Arrivés au sommet et sur le point de tomber, nous nous retrouvons subitement en train d’enseigner dans une université anglaise. Alberto explique la métrique des limericks de Lear qu’il associé d’une certaine manière à Lawrence d’Arabie. Je l’interromps pour mentionner ce que Graves dit au sujet de Lawrence, mais Alberto me lance un regard assassin et me glisse à l’oreille qu’il est inutile de fanfaronner. Allez savoir pourquoi, ce qu’il me dit ne m’affecte pas, je le prends même comme un conseil avisé dont il pourrait faire lui-même bon usage. Un étudiant se lève et nous demande pourquoi les anarchistes posaient des bombes dans les restaurants. Alberto se lance dans une longue explication tandis que l’étudiant se met à croître jusqu’à atteindre le plafond. Alberto, qui ne semble pas conscient du danger, reste concentré sur les Étymologies de saint Isidore. Pour empêcher l’étudiant géant de l’avaler à nouveau, j’attrape Alberto par la capuche et le traîne hors de la classe. Nous nous retrouvons dans une banque. Alberto veut vendre un balai (qui, quoi qu’il en pense, n’est pas le même que celui qu’il a acheté). Arrivé au guichet, Alberto commence à exposer son problème à une jeune femme. La fille est nue, mais Alberto ne semble pas s’en apercevoir. J’essaie de le lui faire remarquer, mais il m’envoie promener d’un geste de la main. J’ignore l’issue de la transaction, mais après ça on dirait qu’Alberto est un chiffon. J’essaie de le secouer et n’obtiens en retour que des battements de paupières.

Un tour de force d’une drôlerie constante, d’une malice sans fin et d’une impressionnante maestria culturelle et langagière, encore renforcé dans l’édition française par une impeccable fabrication et une magnifique couverture, collage de Valeria Pasina.

Ce qu’en dit Philippe Annocque est ici, ce qu’en dit la librairie Ptyx est , ce qu’en dit Claro est ici, ce qu’en dit Guillaume Contré est .

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

x

Katchadjian

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

12 réflexions sur “Note de lecture : « Quoi faire » (Pablo Katchadjian)

  1. je ne connaissait pas encore pablo katchatdjian ni ce « quoi faire »

    par contre j’ai découvert « Merci » petit livre (132 p) paru chez Vie Paralléles, Bruxelles en 2015
    une drole d’écriture (les chapitres commencent souvent par la même phrase
    une drole d’histoire (jouissive réécriture de la métaphore hégelienne du Maitre et de l’Esclave que dit le 4 de couverture). tu parles…..
    c’est vrai qu’on y trouve un esclave, un maitre, des autres esclaves… des droles de relations (dont un manuel des « Positions sexuelles particulières à pratiquer entre hommes »)

    Publié par jean louis | 20 septembre 2015, 11:26
  2. Ah, ce « Merci » me réjouit en effet beaucoup par avance, à lire d’ici quelques semaines, j’espère.

    Publié par charybde2 | 20 septembre 2015, 11:31
  3. Quoi faire de Pablo Katchadjian (le Grand Os)

    Petit livre de 104 pages avec 50 chapitres (?), chacun racontant une histoire irracontable où Alberto et le narrateur déambulent dans une université anglaise. Face à des étudiants, dont certains mesurent deux mètres et demi et se font fort d’avaler Alberto, heureusement sauvé à temps par le narrateur qui le tire par sa capuche, les deux compères parlent (souvent) de Léon Bloy, de Saint Paul de Tarse et de Saint Paul Ermite (entre autres). Le tout est entrecoupé d’histoires de jeunes filles (et de d’une vieille), ainsi que de vieux chiffons. Tout lecteur averti voit immédiatement les rapports entre ces différents personnages et objets. Sinon ce serait à désespérer de la culture engendrée par une lecture intensive (JL Borges n’est pas loin de cet auteur argentin). Le 4 de couverture donne un indice: « Si les contenus sont irrationnels, le système des contenus, lui, est la seule chose rationnelle ». Une chose en reste : ils ont les poches pleines de beurre froid.

    Je signale, à tout hasard, n’avoir pas lu ce livre à sa sortie (automne 2014), mais en avoir pris connaissance et l’avoir aussitôt commandé après le second ouvrage traduit (« Merci », ed. Vies Parallèles, Bruxelles) sorti en septembre 2015. Il reste heureusement encore des ouvrages non traduits de Pablo Katchadjian dont un « El Aleph engordado » (Imprenta Argentina de Poesia AIP 2009, tiré à 200 exemplaires) qui me fait déjà saliver. A quelques 4000 mots de l’original « Aleph », PK a ajouté 5600 autres. Ce qui, évidemment n’a pas plu aux héritiers de JLB, d’où procès intenté par Maria Kodama (et soutien de nombreux auteurs hispanisants). On trouve le texte en pdf sous http://tallerdeexpresion1.sociales.uba.ar/teoricos/ et l’index Katchadjian, Pablo, El Aleph engordado

    Deux petits ouvrages de poésie « El Martin Fierro ordenado alfabeticamente », poème en forme d’acrostiche, mais qui reflète l’ordre alphabétique, et « El Cam del Ach » petits poèmes. Enfin, « la cadena del desanimo » est une suite de paroles prononcées par des gens supposés très bien, mais hélas un peu hors de propos.

    Publié par jlvlivres | 26 septembre 2015, 16:43
  4. Relisant « el Aleph » et « el Aleph engordado » (cf commentaire au dessus), cela me fait penser aux exercices de l’émission « Des Papous dans la Tête » qui rajoutait du texte à certaines autres parties de texte.
    cf la première partie de la première phrase

    La candente mañana de febrero en que Beatriz Viterbo murió, después de una imperiosa agonía
    que no se rebajó un solo instante ni al sentimentalismo ni al miedo, noté que las carteleras de
    fierro de la Plaza Constitución habían renovado no sé qué aviso de cigarrillos rubios (EA, JLB)

    La candente y húmeda mañana de febrero en que Beatriz Viterbo finalmente murió,
    después de una imperiosa y extensa agonía que no se rebajó ni un solo instante ni al
    sentimentalismo ni al miedo ni tampoco al abandono y la indiferencia, noté que las
    horribles carteleras de fierro y plástico de Plaza Constitución, junto a la boca del
    subterráneo, habían renovado no se qué aviso de cigarrillos rubios mentolados (EAE, PK)

    Plus intéressant est l’exercice inverse qui consiste à enlever des parties de texte. A ce stade le bouquin de référence est celui, remarquable, de Jonathan Safran Foer « Tree of Codes », tiré de la nouvelle de Bruno Schultz « the Street of Crocodiles ». Livre admirable par son aspect (des trous dans le texte) 139 pages, Visual Editions, London dont il existe des vidéos illustrant le travail de l’imprimeur (http://www.visual-editions.com/our-books/tree-of-codes). Il est évident que la traduction de l’un ou l’autre ouvrage ne donne pas grand chose.

    Publié par jlvlivres | 26 septembre 2015, 17:05

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Note de lecture : « Ainsi fut fondée Carnaby Street  (Leopoldo María Panero) | «Charybde 27 : le Blog - 5 juin 2015

  2. Pingback: Note de lecture : « Merci  (Pablo Katchadjian) | «Charybde 27 : le Blog - 4 octobre 2015

  3. Pingback: Note de lecture : « Méduses  (Antoine Brea) | «Charybde 27 : le Blog - 17 juin 2016

  4. Pingback: Les livres des libraires invités chez Charybde | Charybde 27 : le Blog - 13 novembre 2016

  5. Pingback: Note de lecture : « La trilogie Sebastián Dun  (Ricardo Colautti) | «Charybde 27 : le Blog - 30 mai 2017

  6. Pingback: Les libraires d’un soir chez Charybde | Charybde 27 : le Blog - 24 juin 2018

  7. Pingback: Note de lecture : « Les dix meilleurs films de tous les temps  (Luc Chomarat) | «Charybde 27 : le Blog - 19 décembre 2018

  8. Pingback: Note de lecture : « La liberté totale  (Pablo Katchadjian) | «Charybde 27 : le Blog - 6 avril 2019

Répondre à charybde2 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :