☀︎
Notes de lecture 2014, Nouveautés

Note de lecture : « Je te vois pâle… au loin » (Martine-Gabrielle Konorski)

Étonnant équilibre de puissance d’évocation et de subtile fausse simplicité, une poésie contemporaine un peu magique.

x

Je te vois pâle

Publié en septembre 2014 au Nouvel Athanor, le deuxième recueil (à côté d’autres textes parus en revue) de Martine-Gabrielle Konorski fournit une excellente occasion de goûter à cette poésie subtile, à la fois très contemporaine et absolument sans âge, dont le préfacier Jean-Luc Maxence dit, avec une grande justesse :

Elle pose la question des relations humaines : « Que faire pour se rejoindre ? » Comment établir des ponts entre les êtres humains qui prétendent s’aimer ? Avec ces interrogations-là, elle aussi, « dans le dévissement du monde », demeure affamée de lumière. En cela, sa cible poétique est universelle. Elle représente peut-être une des voix qui adoucira notre relation au monde.

Ne voilant pas en effet la cruauté des vies et des situations, Martine-Gabrielle Konorski parvient à extraire des mots, que ce soit dans les trente-trois très courts poèmes de la première partie (« Je te vois pâle… ») ou dans les cinquante pages, minutieusement fragmentées, de la deuxième partie (« au loin »), usant d’une belle fausse simplicité, un peu de cette magie évocatoire qui fait trop souvent défaut à la poésie contemporaine, quand elle ne se réfugie pas dans un ésotérisme de mauvais aloi.

Ici, le mot résonne, et évite le plus souvent, grâce notamment à de magnifiques chutes textuelles qui savent prendre un air doucereux et redoutable de haïkai, les deux écueils, jumeaux maudits en poésie contemporaine, de la banalité plate et du mystère gratuit, pour composer une musique authentique, subtile, économe de ses notes et pourtant riche de sensation et d’intelligence, donnant aussi à lire, pouvoir de l’évocation, comme autant d’exergues possibles et bien vivants à tant de textes longs que l’on aime. . Une bien jolie découverte, fortuite pour moi qui ne suis pas un lecteur assidu de cette forme, mais qui donne nettement envie de se procurer le premier recueil de l’auteur, rare car longtemps accaparée par sa riche carrière professionnelle, « Sutures et saisons », publié en 1987.

Cantique MGK

En ouvrant la fenêtre

Jamais le songe n’embellira
Les paysages sombres
et leurs souffles glacés

Pas même une lumière suspendue
au clocher
ne deviendra la braise
d’une ligne céleste

Rien n’ouvrira l’espace

Restera le secret
d’une matinée sans bruit.

x

Oursins

On ne voit rien

On ne voit rien
de plus poignant
xxxxxxx que ces paroles légères
xxxxxxx posées à plat
sur un papier
criblé de tâches

On ne voit rien
de plus brûlant
xxxxxxxxx que la mort
xxxxxxxxx qui détruit l’instant

Il n’y a que le vent
xxxxxxxxx pour nous donner un peu de place

Lorsqu’autour de nous
xxxxxxxxx tout se glace
On ne voit rien.

x

Embrasure

Pourquoi

Pourquoi ne faut-il pas
que l’on se dise Tu

Pourquoi ne faut-il pas
sangloter sous l’orage,
en se tenant les mains

s’allonger sur l’asphalte
et crier à tue-tête
pour faire venir la paix

Pourquoi vivre tout bas.

x

x

MG Konorski

Photo : Les Carnets d’Eucharis.

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :