☀︎
Notes de lecture 2010

Note de lecture : « Un lézard au Congo » (Gil Courtemanche)

Humour désabusé aux confins du Congo et de l’Ouganda.

x

Un_lezard_au_Congo

Journaliste canadien, Gil Courtemanche est surtout connu comme l’auteur de « Un dimanche à la piscine à Kigali » (2000), compte-rendu de première main (à peine) romancé de la période précédant immédiatement le génocide rwandais, puis des premiers jours avant l’arrivée des troupes de Kagamé à Kigali. Impressionnant roman (toutefois moins fort que les récits d’après entretiens de Jean Hatzfeld, « Dans le nu de la vie » et « Une saison de machettes »), son adaptation filmée en 2006 par Robert Favreau ne fut hélas pas tout à fait à la hauteur du texte.

Dans ce troisième roman, paru en 2010, alors qu’il se battait déjà contre le cancer qui devait l’emporter un an plus tard, l’auteur s’inspire à nouveau de sa propre expérience, cette fois en tant que consultant auprès du Tribunal Pénal International, pour extrapoler ensuite l’histoire d’un fonctionnaire de La Haye qui, dégoûté par la libération sur vice de procédure du tortionnaire (et « formateur » d’enfants-soldats) congolais dont il instruisait le dossier, démissionne de l’institution pour se rendre sur place, aux confins du Congo et de l’Ouganda, sans savoir exactement ce qu’il y cherche.

Excellent récit, court, nerveux, et comme son premier roman, non dénué d’un certain humour noir et désabusé, pour un sujet également bien difficile.

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :