☀︎
archives

Archive de

Note de lecture : « Le ring invisible » (Alban Lefranc)

Construire son ring pour s’inventer une autre vie : la danse de rage d’Ali. x Publié en 2013 chez Verticales, le cinquième roman d’Alban Lefranc succède à sa « trilogie allemande » (« Attaques sur le chemin, le soir, dans la neige » (2005), revu et augmenté en « Fassbinder – La mort en fanfare » (2012), autour du cinéaste Rainer … Lire la suite

Note de lecture : « Tristesse de la terre – Une histoire de Buffalo Bill Cody » (Éric Vuillard)

Féroce et néanmoins presque nostalgique chronique de la naissance de l’industrie du divertissement sur les cendres des nations amérindiennes. x Publié en 2014 chez Actes Sud, le troisième des récents « récits » au ton bien distinctif d’Éric Vuillard, après « La bataille d’Occident » (2012) et « Congo » (2012), attache cette fois ses pas et sa traque mordante à … Lire la suite

Note de lecture : « Vous n’étiez pas là » (Alban Lefranc)

Nico : archéologie d’une icône malgré elle du vide roi et de l’oubli triomphant de l’histoire. x Publié en 2009 chez Verticales, le quatrième roman d’Alban Lefranc est celui qui complète sa « trilogie allemande », aux côtés de « Des foules, des bouches, des armes » (revu et augmenté en « Si les bouches se ferment »), construit autour de … Lire la suite

Note de lecture : « KA TA » (Céline Minard)

Art stylisé du sabre japonais, adversaires bien réels, concentration ultime du récit. La grâce efficace. x Lectrices et lecteurs passionnés savent, au moins avec « Le dernier monde » (2007), « Bastard Battle » (2008), ou « Faillir être flingué » (2013), à quel point Céline Minard fait partie des rares auteurs capables de jongler – en y étant vraiment à … Lire la suite

Note de lecture : « Attaques sur le chemin, le soir, dans la neige » (Alban Lefranc)

Fassbinder, une vraie histoire allemande : la première version du grand texte d’Alban Lefranc. x Publié en 2005 aux éditions Le Quartanier, ce texte d’Alban Lefranc constitue la première version, en 85 pages, du roman qui deviendra en 2012, sous une forme revue et augmentée à 140 pages, le formidable roman « Fassbinder – La mort … Lire la suite

Note de lecture : « In situ » (Patrick Bouvet)

Le langage de la danse contemporaine de la peur administrée, redoutable et intense poésie. RELECTURE xR Publié en 1999 aux éditions de l’Olivier, le premier texte de Patrick Bouvet inaugurait une œuvre poétique intense dédiée principalement, me semble-t-il, à la traque, à l’élucidation et à la mise en évidence de tout ce qui parcourt et … Lire la suite

Note de lecture : « La politique de la peur » (Serge Quadruppani)

Belle analyse de la mécanique qui s’appuie sur la menace terroriste pour « dresser » le corps social. x Dans cet essai enlevé paru début 2011 dans la collection Non Conforme du Seuil, Serge Quadruppani, à partir d’un matériel qu’il connaissait déjà bien (« L’antiterrorisme en France », 1989) et en s’appuyant sur les incroyables errances de la DCRI … Lire la suite

Note de lecture : « Meursault, contre-enquête » (Kamel Daoud)

Le meurtre d’un Arabe anonyme par Meursault en 1942 comme filtre décapant de la colonie qui écrase et de la post-colonie qui échoue. x Publié en 2013 chez barzakh à Alger, puis en juin 2014 chez Actes Sud, le troisième roman du journaliste et écrivain algérien Kamel Daoud, qui a également publié deux recueils de … Lire la suite

Note de lecture : « Les faims premières » (Marc Le Gros)

Une poésie de l’estran qui parvient à discerner, au loin, comme un songe océanique. x Publié en 1990 chez Calligrammes, le deuxième recueil de poésie de Marc Le Gros a attiré mon attention, avec plusieurs autres de ses ouvrages, lors d’une visite surprise, cet été, à la belle ex-librairie Calligrammes de Quimper, que l’actuel animateur … Lire la suite

Note de lecture : « Tchevengour » (Andreï Platonov)

Dans les années 1920, une satire picaresque, acérée et onirique de la possibilité d’une utopie révolutionnaire réalisée par la paysannerie russe. x RELECTURE Écrit entre 1926 et 1929, publié une première fois en 1972, vint-et-une années après la mort de l’auteur, sous une forme très fragmentaire, le plus gros (400 pages) et le plus « maudit » … Lire la suite