☀︎
Notes de lecture 2012

Note de lecture : « Au nord des gloutons » (Manuela Draeger)

Un des premiers Bobby Potemkine : faut-il sauver le vermicelle Auguste Diodon ?

x

Au nord des gloutons

Publié en 2002, « Au nord des gloutons » est l’un des textes fondateurs de la bizarroïde et délectable saga « pour enfants » écrite par Manuela Draeger (l’un des hétéronymes post-exotiques d’Antoine Volodine) à l’École des Loisirs, saga lewis-carrollienne et réjouissante en diable.

Bobby Potemkine, ex-policier et enquêteur occasionnel, privé de son chien Djinn désormais talentueux musicien joueur de nanoctiluphe, doit aider son ami Big Katz, le crabe laineux, à sauver un vermicelle nommé Auguste Diodon, menacé d’être englouti en même temps que son bouillon par une petite fille, quelque part. Et ce, dans cette cité onirique, où la déliquescence avance, et dans laquelle les chats errants hantant les cages d’escalier commencent à être remplacés par des tigres…

« Sans Djinn pour l’égayer, ma maison est un peu triste. Et puis, le climat a changé, depuis notre enquête sur l’invention du feu. Dehors, il fait encore plus froid et noir qu’avant. Sur le monde s’étale un crépuscule perpétuel, et dedans, c’est presque pire. Comme je n’ai pas d’enquête en cours pour me réchauffer, je reste des journées entières près de la fenêtre, sous une bonne couverture. La maison est silencieuse. Je possède une boîte avec un mécanisme qui fabrique des bruits de chat ou de chien, à la demande. Par nostalgie, le soir, j’allume la boîte et je tourne le bouton du côté gauche. La boîte se met à aboyer quand un voisin marche dans le couloir, elle éternue et elle grogne et, quand je la touche avec le pied, elle gémit un peu comme un lévrier afghan dans son sommeil, mais ce n’est pas tout à fait pareil. Et d’ailleurs, Djinn n’est pas un lévrier afghan, il ne l’a jamais été et je suis sûr que si on le lui demandait, il dirait qu’il ne tient pas tellement à le devenir. »

Les autres titres de la saga doivent aussi absolument être lus : « Pendant la boule bleue », « Nos bébés-pélicans », « Le deuxième Mickey », « La course au kwak », « L’arrestation de la grande Mimille », « Belle-Méduse », « Un œuf dans la foule », « Le radeau de la sardine », « La nuit des mis bémols », comme les « contes russes pour enfants » d’Elli Kronauer (un autre hétéronyme d’Antoine Volodine, et l’un des personnages principaux, par ailleurs, de son « Terminus radieux »).

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :