☀︎
Je me souviens

Je me souviens de : « Les éclaireurs » (Antoine Bello)

La suite des « Falsificateurs », beaucoup plus grave alors que l’on marche à la guerre.

x

les éclaireurs

Publiée en 2009 chez Gallimard, deux ans après « Les falsificateurs », cette suite résout la plupart des énigmes et tient la plupart des promesses contenues dans le premier tome du diptyque, alors que nous suivons l’accession de Sliv Hartungshover à de plus hautes responsabilités au sein du CFR (Consortium de Falsification du Réel), cette étrange multinationale de « l’invention de faits » dont les véritables objectifs restaient un mystère impénétrable à l’issue des « Falsificateurs ».

La sécheresse, toute cérébrale, de cet univers de « maîtres du monde bienveillants » est parfaitement rendue par l’auteur, magnifiée par la fréquence des « discours » (avec le didactisme caractéristique du véritable – et contemporain – conseil d’entreprise de haut niveau), mais aussi, par un astucieux effet de contraste (même s’il n’est qu’ébauché), par le personnage fugace mais fort de l’activiste « de terrain » Nina Schoeman, et par le sprint échevelé du dossier « Timor oriental », véritable morceau de bravoure et feu d’artifice talentueux, dans lequel Sliv « se lâche » pour notre plus grande jubilation.

Au-delà des réponses aux mystères du premier tome, le CFR va surtout être confronté en « temps réel » à une angoisse frankensteinienne, lorsque, n’appréciant pas correctement le degré de paranoïa et de mauvaise foi extrémiste engendré de tous bords par le 11 septembre 2001, une de ses « créations » (les armes irakiennes de destruction massive) va lui échapper, et devenir l’authentique prétexte au déclenchement d’une guerre, provoquant ainsi une profonde crise intellectuelle et morale au sein de la multinationale secrète et plusieurs fois séculaire…

Le ton de ce second volume est beaucoup plus « sérieux », parfois même grave, que le premier, ce qui peut dérouter certains lecteurs. Si l’humour reste bien présent, le caractère farceur et parfois un peu potache du CFR a bien disparu cette fois, et à travers la crispation et la déception de ses membres, on peut sans doute sentir celle de l’auteur face aux évolutions réelles de la politique étrangère américaine…

Un exercice difficile dont l’auteur se tire avec un extrême brio, au risque par moments de perdre un peu son lecteur dans l’enchevêtrement de discours et d’analyses de cette « marche à la guerre », qui n’est pas sans rappeler, aussi, le fantastique concerto qu’est « L’été 1914 » dans « Les Thibault » de Roger Martin du Gard.

« – Je comprends. Et ce sens alors ?
– Je le cherche. Il existe forcément. Si la vie est un jeu, il doit en exister une règle quelque part, tu ne crois pas ?
– Tu veux dire un barème qui permettrait de mesurer la réussite ou l’échec ? Dix points par enfant et un bonus en cas de prix Nobel avant cinquante ans ? ironisa Nina.
Je souris à nouveau.
– Quelque chose comme ça. Un jeu se gagne ou se perd et je veux désespérément gagner. Ma vie en dépend, même si je ne saurais t’expliquer pourquoi. Peut-être parce que je pressens que le chemin de la victoire est semé d’embûches et qu’on doit éprouver quelque fierté à en sortir indemne. Rien ne m’exalte comme la difficulté.
– Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite… avança Nina qui possédait ses classiques.
Je considérai son image quelques instants et la trouvais à mon goût.
– Voilà, je cherche la porte étroite. Sûrement pas l’argent. La possession aliène. « 

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici, et la règle du jeu de la rubrique « Je me souviens » est .

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :