☀︎
Notes de lecture 2013

Note de lecture : « V » (Thomas Pynchon)

Le toujours aussi hystériquement monumental premier roman de Pynchon.

x

RELECTURE

V

Publié en 1963 (et traduit en 1967 en français chez Plon, dans une traduction de Minnie Danzas, légèrement revue pour la réédition au Seuil en 1985 – traduction dont je reparlerai un peu plus loin), le premier roman de Thomas Pynchon fait beaucoup mieux que résister à sa troisième lecture (une première fois en français en 1987, une deuxième fois en anglais en 1996, et maintenant, donc). Avec l’effet rétrospectif de rigueur, il confirme son statut de monument et d’annonce de monuments à venir.

Une trame narrative presque impossible à décrire, qui déroute d’ailleurs souvent les primo-lecteurs de Pynchon, un foisonnement de personnages, de langages, de situations, d’objets, de symboles réels ou fictifs, tout cela accompagne, au long des délectables 630 pages, la quête insensée du jeune Stencil, citoyen britannique parlant de lui-même à la troisième personne et tentant de découvrir, dans les années 50, le sens de quelques lignes mystérieuses du journal intime de son père, mort dans de troubles circonstances à Malte en 1919.

« Avril 1899. Florence. Personne n’aurait soupçonné qu’il pût y avoir autant de choses derrière V., et dans V. Qui est V. ? Ou plutôt qu’est-ce que V. ? Dieu veuille que rien ne m’oblige jamais à apporter une réponse à cette question, que ce soit ici, ou dans quelque rapport officiel que ce soit. »

Ainsi lancé aux trousses de la chimère ultime, Stencil entrera en trajectoire de télescopage jubilatoire (on peut ici employer sans retenue le terme parfois un rien galvaudé) avec une joyeuse bande de clochards célestes new-yorkais (Pynchon n’a jamais caché sa dette à l’égard de Kerouac) en quête d’amour et d’alcool, oscillant entre free jazz, sauvages bordées de marins militaires et ex-militaires, chasse aux crocodiles dans les égouts, entretiens historiques, émaillés d’innombrables flashbacks où tournent notamment le père de Stencil et le mystère V., entre Florence, Malte, Alexandrie, et même le Sud-Ouest Africain, parmi les nostalgiques de la féroce répression du général allemand von Trotha, en 1904, le tout pourtant souvent placé sous l’illustre patronage des guides des voyageurs de la Belle Époque, Cook et Baedeker.

v_hb

Même si la traduction française, souvent décriée par les exégètes, pèche en effet par les nombreuses limites lexicales observables chez Minnie Danzas (le traitement de l’argot spécifique des marins américains, par exemple, peut faire largement sourire ou profondément agacer, selon l’état d’esprit du lecteur – et sa tendance à « lisser » les différences de registre, qui sont au contraire un des ressorts de l’écriture pynchonienne, est bien dommageable), « V. » demeure un très grand livre, tourbillonnant, polyphonique et endiablé, qui à lui seul justifie déjà cette curieuse dénomination de « réalisme hystérique » forgée par le critique James Wood, et fait bien d’emblée de Pynchon, entre autres ferments généalogiques, le digne et bakhtinien héritier rénovateur de Rabelais et de Sterne.

Indispensable, vous l’aurez compris.

« Le vin blanc, le fantôme d’Alice, les premiers doutes sur l’authenticité de Porpentine, tout cela avait peut-être contribué à la violation du code. Le code se résumant à ceci : « Max, prends ce qu’on te donne. » Max déjà avait tourné le dos au billet qui battait dans le vent de la rue et il se mit en marche, contre le vent. Tandis qu’il clopinait vers la prochaine flaque de lumière, il sentait que le regard de Porpentine était toujours sur lui. Il savait aussi de quoi il avait l’air : un peu hésitant, moins sûr de la fidélité de ses propres souvenirs, et ne sachant plus très bien combien de flaques lumineuses jalonneraient sa rue nocturne. »

v_uk_pb2

« Une fois dehors, remontant la rue Hudson :
– Stencil ne veut pas aller à Malte. Pour tout dire, ça lui fait peur. Depuis 1945, voyez-vous, il s’adonne à la chasse à l’homme, ou plutôt à la femme, en solitaire.
– Pourquoi ? fit Profane.
– Pourquoi pas ? dit Stencil. S’il vous donnait une raison logique, c’est qu’il l’aurait déjà retrouvée. Pourquoi, dans un bar, choisit-on une fille plutôt qu’une autre ? Si l’on savait pourquoi, la fille en question ne nous poserait jamais de problème. Pourquoi y a-t-il des guerres : si l’on savait pourquoi, on vivrait une paix éternelle. Aussi, dans cette quête, le mobile fait-il partie du gibier poursuivi… Le père de Stencil a parlé d’elle dans son journal ; cela se passait à la fin du siècle dernier. La curiosité de Stencil s’est éveillée en 1945. Était-ce l’ennui, était-ce le fait que le vieux Stencil n’avait jamais rien dit qui pût servir à son fils, ou était-ce quelque chose que ce fils portait au fond de lui et qui avait soif de mystère, un goût de la poursuite, en quelque sorte, afin de donner de l’exercice à un métabolisme liminal ? Peut-être se nourrit-il de mystère. »

La lecture en complément de l’excellent « Romanciers pluralistes » de Vincent Message, même si le roman de Pynchon qui y est superbement disséqué est « L’arc-en-ciel de la gravité », est fortement recommandée.

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

5 réflexions sur “Note de lecture : « V » (Thomas Pynchon)

  1. (Je crois que personne ne lit ces commentaires…)

    V. : une énorme déception. Un livre surestimé. Un collage maladroit qu’il faut être naïf pour ne pas voir.

    Le problème de ce roman? Eh bien c’est que ce n’est pas un roman, mais un recueil de nouvelles ! Avec le classique échec complet des morceaux artificiellement insérés pour lier entre elles les nouvelles. Et dans le cas d’espèce (sorte de cas unique, soit), on ne se rend pas de suite compte du problème, car ça commence comme un roman, et ce n’est qu’à la 3ème nouvelle environ (= le chapitre 9, sur von Trotta), qu’on prend conscience qu’il ne s’agit que d’un collage bancal, avec des chapitres intermédiaires où par définition il ne se passe rien – lisez les en diagonale – et l’ajout ici ou là d’un nom propre ou d’une correspondance pour faire croire qu’il y a un liant entre les morceaux.

    Sinon que valent ces nouvelles ? Comme dans la plupart des recueils: c’est inégal. La meilleure est probablement celle sur l’Afrique du Sud. Celle en Egypte fonctionne à peu près. Le chapitre 11 à Malte est aussi ennuyeux qu’un film de fin d’études d’étudiant à la FEMIS. La chasse aux crocodiles marche à moitié. Les révoltés vénézueliens en Italie sont d’une inventivité poussive.

    Un problème qui trouble le lecteur est que le livre se présente comme un roman. Quand on comprend que ce n’est pas le cas, on a l’impression d’être victime d’une escroquerie. Curieux sentiment.

    Publié par Le lecteur | 30 décembre 2015, 20:48
    • Si, si, on lit les commentaires… Mais très honnêtement, Charybde 7 comme moi-même sommes pas mal occupés à lire et à écrire des notes de lecture, à animer le plus régulièrement possible des soirées à la librairie, et accessoirement à travailler… Du coup, hélas, je ne prends pas beaucoup de temps, j’avoue, pour débattre directement sur le blog. Je trouve néanmoins fort sévère ce jugement sur « V », la limite, frontière, zone de contact entre « collage » et foisonnement romanesque me semblant pouvoir varier avec chaque lectrice ou lecteur…

      Publié par charybde2 | 30 décembre 2015, 21:49

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Note de lecture : "Fonds perdus" (Thomas Pynchon) | Charybde 2 : le Blog - 8 septembre 2014

  2. Pingback: Note de lecture : « La dissipation – Roman d’espionnage  (Nicolas Richard) | «Charybde 27 : le Blog - 9 janvier 2018

  3. Pingback: Note de lecture : « Bibliothèque de l’Entre-Mondes  (Francis Berthelot) | «Charybde 27 : le Blog - 4 juillet 2018

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :