☀︎
Notes de lecture 2012

Note de lecture : « L’industrie des lettres » (Olivier Bessard-Banquy)

Voyage passionnant dans l’édition littéraire (au sens le plus large) entre 1975 et 2005.

x

L'industrie des lettres

Publiée aux Presses Universitaires de Bordeaux en 2009, et sortie en poche (Agora) en 2012 avec une belle préface de Pierre Jourde, cette « étude sur l’édition littéraire contemporaine » couvre, en 530 pages, la période 1975-2005, avec acuité et, sinon exhaustivité, en tout cas grand soin du détail.

Une rare occasion de parcourir les méandres des évolutions d’un métier oscillant plus que jamais entre consommation de masse, recherche de « coups », appétits financiers débridés, amour de la littérature, audace, ou encore élaboration patiente de cheminements ambitieux. Toutes les figures connues et souvent moins connues qui font le métier sont évoquées, et dans la durée, ce qui donne au propos sensiblement plus de sens que les occasionnels coups de projecteur journalistiques auxquels le lecteur est sans doute plus accoutumé.

Une lecture passionnante, et l’envie de citer in extenso la fin de la préface de Pierre Jourde :

« C’est la possibilité même d’une rentabilité de l’édition littéraire qui est aujourd’hui mise en question, et elle ne pourra être maintenue que grâce, notamment, à un effort soutenu de l’Etat et des collectivités locales. La chance du livre en France, c’est l’existence d’un très dense réseau de libraires indépendants et passionnés, qui ne ménagent ni les efforts ni les sacrifices, de différentes structures d’aide à la création et à la publication (CRL et CNL, en particulier), d’un grand nombre de salons et de fêtes du livre, de toutes sortes d’activités dans les médiathèques et les bibliothèques. Mais Bessard-Banquy pose la question cruciale : « La France a de bons auteurs, de bons éditeurs, de bons libraires ». Mais a-t-elle encore de bons lecteurs ?  » Tout n’est pas perdu, et il en appelle à une politique volontariste. Souhaitons que cet appel soit suivi. Il y a, dans cette possibilité de sauvetage du livre, un lieu crucial : le système éducatif, de la maternelle à l’université. C’est là que va se jouer, pour une grande part, le destin de la littérature. Tout est encore possible, mais à voir de récentes (2011) orientations gouvernementales en matière de politique éducative, il y a lieu d’être inquiet. »

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :