☀︎
Je me souviens

Je me souviens de : « L’imprécateur » (René-Victor Pilhes)

En 1974, le premier roman qui saisit ce que l’entreprise en mutation peut devenir.

x

L'imprécateur

Au cours de l’une de mes premières croisières d’hiver en Bretagne Sud, donc en 1992 ou 1993, discussion à bord, à quatre, à propos de… romans et d’entreprises. Un ami d’ami, marin pourtant taciturne, sortant du silence pour dire : « Si tu n’as pas lu « L’imprécateur », vas-y, tu ne regretteras pas. »

Il avait raison. Le troisième roman de René-Victor Pilhes, publié en 1974, fut celui de la consécration pour cet écrivain, ancien publicitaire de gros calibre, longtemps vivement engagé en politique, un peu oublié – à tort – depuis les années 1990. Son regard aigu, drôle et sachant jouer à merveille de registres lexicaux variés, reste l’un des plus affûtés que je connaisse pour raconter – de l’intérieur – la mutation des entreprises des années 1970-1980, et ce que la macro-mutation de J.K. Galbraith à Milton Friedman a eu pour effets, dans les salles de conseil d’administration, autour des machines à café, dans les couloirs des tours de bureaux, et enfin dans les souterrains angoissants ou tragi-comiques, entre archives et chaufferies, que hante ce rôdeur fantôme bientôt appelé « L’imprécateur », qui semble tout savoir de chacun.

Un grand moment de littérature incisive, lucide et drôle, restant à mon avis aujourd’hui encore bien en avance sur ses innombrables imitateurs contemporains non avoués et moins audacieux.

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici, et la règle du jeu de la rubrique « Je me souviens » est .

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :