☀︎
Notes de lecture 2012

Note de lecture : « Mythe et super-héros » (Alex Nikolavitch)

Belle approche mythographique des super-héros de comics, intelligente et (très) érudite. Captivante.

x

Mythe_et_super_heros

Publié en 2011 aux passionnées éditions des Moutons Électriques, cet ouvrage d’Alex Nikolavitch poursuit deux propos en simultané.

L’objet principal déclaré est bien, conformément au titre, une superbe approche mythographique des personnages de comics de « super-héros », en consacrant intelligence et érudition à les relier à leurs racines, inspirations et modèles, qu’ils soient évidents comme dans le cas de Thor, ou plus subtils comme dans le cas d’un Doctor Strange, en remontant aux années 1930 et 1940, fournissant un beau travail d’essayiste là où un Dustin Long parcourait le matériau aux détours d’un roman épique, drôle et foisonnant, avec son « Icelander » (2006).

L’objet incident est une véritable histoire de l’évolution du genre, à partir des choix narratifs et stylistiques de ses grands créateurs, analysés en détail, depuis les historiques Lee, Kirby ou Ditko, jusqu’aux plus contemporains Moore ou Morrison. Des centaines de scènes, de références, de personnages, sont ainsi proposés et mis en perspective mythographique.

L’auteur pose aussi quelques précieuses questions, assorties de débuts de réponses, notamment sur la différence entre mythe et icône (autour de la force et de l’insuffisance de l’image), sur les schémas et les structures mis en œuvre, et sur l’incidence du travail collectif successif et de la « mise en pop culture » de certains personnages. La réflexion sur les évolutions qui se dessinent sous tel ou tel personnage, et sur la part de volontarisme de la part des scénaristes ou dessinateurs responsables qui peut y entrer, est ainsi particulièrement réussie.

Une (petite) faiblesse toutefois : l’analyse de la réception, qualitative et quantitative, vitale lorsqu’il s’agit de mythographie contemporaine, se limite essentiellement aux tirages des revues concernées et à l’apparente popularité « interne » de tel ou tel héros, indicateur excellent pour les années 40, 50, 60 et 70, mais beaucoup moins pertinent lorsque cinéma et séries (peu évoqués, ou seulement au passage, dans ce livre construit autour des héros de papier, ce qui affaiblit quelque peu le propos pour les années récentes) prennent le relais principal à partir des années 80.

Un livre captivant quoi qu’il en soit, digne du travail inlassable des Moutons Électriques.

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

x

nikolavitch_alex_43

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :