☀︎
Notes de lecture 2014, Nouveautés

Note de lecture : « L’intime n’a jamais été aussi politique ici-bas » (Camille Cornu)

Dans le chaos apparent des corps potentiels, un instant de beauté libre, légère et puissante.

x

L'intime n'a jamais été aussi politique ici-bas

Publié le 25 août 2014 dans la collection Hors Format des éditions e-fractions, ce troisième texte de Camille Cornu poursuit un cheminement très personnel, travaillant au corps, de très près, le langage et la relation à la norme sociale – d’où qu’elle provienne -, dans un complexe mouvement de quête de liberté, en lien avec l’autisme – qui a été diagnostiqué chez elle il y a quelques années.

Dans les trente-cinq pages que dure le temps d’une soirée, d’une nuit débridée de sexe potentiel et de rencontres possibles en boîte lesbienne, la narratrice accède à une intense expérience intime, dans laquelle jouent autant les corps enchevêtrés, entrevus ou détaillés, que les regards échangés, les gestes simplement frôlés dans l’extase de la danse ou les mots à peine esquissés dans un dialogue inutile. Expérience éminemment politique, comme l’indique le titre faussement joueur, dans la mesure où souci de soi comme usage des plaisirs sont ici un canal ou un véhicule, en tout paradoxe, contre des réflexes de possession et de désir prompts à ressurgir de toutes parts, pour accéder à la liberté et à l’amour.

Dans la douce forge d’un langage singulier et fugace, le refus d’être réduit à une machine désirante et le rejet d’une logique forcée de pouvoir s’unissent pour un instant de beauté pure, troublante et déroutante, puissante et légère.

« La soirée s’appelle la Playnight, moi je ne crois pas qu’on soit là pour jouer, au contraire : un combat. L’intime n’a jamais été aussi politique ici-bas. Dire qu’avant de partir Émilie me disait, n’y va pas, c’est un truc de mec, pour une fille c’est glauque. Si elle savait. Les fouets, on n’est pas obligées. Le sexe non plus, même pas le sexe. Les règles ne nous obligent qu’au respect, celui d’un éventuel refus.
Dans la situation d’oppression où nous sommes et les relents homophobes des petits bonshommes en rose, je voudrais dire : il me semble à peu près normal de faire l’amour avec des armes, presque faire l’amour comme la guerre. Fouets martinets cravaches tout se décline au gré des corps heurtés mordus et enlacés mais survivants et si glorieux de leur plaisir : chaque désir exécuté est une victoire,
l’amour survit, oui c’est la guerre. »

camille-cornu

« C’est un jeu, puis c’est un combat pour avoir le droit de jouer, je crois qu’il y a quelque chose comme ça dans le monde des hétéros : tu m’allumes et après tu refuses de baiser, salope petite pute. Quelque chose comme ça, mais je ne connais pas très bien ce milieu, je ne sais pas, je ne voudrais pas prendre le risque de trop m’avancer.
Enfin je suis sûre que c’est une sorte de convention en tout cas, même sans les insultes peut-être juste le mépris ou la déception. Et bien sûr il existe une équivalence évidente dans le monde lesbien, mais pas ce soir, pas ici.
Ici rien, juste la beauté à garder dans un endroit lumineux de la mémoire.
Ici rendre à nos corps les possibles de leurs rencontres. »

« Je te vois t’éloigner, tu es déjà ailleurs, nous ne nous reverrons pas, jamais aussi bien mais tu pourras repenser à notre histoire ou la relire, je t’y attendrai et tu remarqueras que notre danse aura légèrement changé, moins surprises de si bien nous accorder nous y aurons moins de plaisir, mais peut-être comprendras-tu que malgré tout, malgré cette danse aux gestes d’écriture, malgré l’anonymat et ce lieu atypique, c’est une histoire d’amour entre nous, toi et moi. »

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :