☀︎
Notes de lecture 2012

Note de lecture : « Nomad » (Jeroen Toirkens & Jelle Brandt Corstius)

147 photos et un bel essai pour rendre compte de la vie nomade du Grand Nord contemporain.

x
NOTE DE LECTURE À PARTIR DE LA VERSION ORIGINALE BILINGUE ANGLAIS-NÉERLANDAIS

NOMAD_Omslag

Publié en 2011, ce superbe livre de 147 photographies constitue le point culminant du travail de Jeroen Toirkens, voyageur néerlandais qui depuis 1999, parcourt l’extrême Nord sur tous les continents pour rendre compte de la vie des derniers nomades, en Alaska, au Canada, au Groenland, en Laponie ou en Sibérie…

Accompagné d’un bref et vigoureux essai, en anglais et en néerlandais, de Jelle Brandt Corstius, qui nous en dit davantage sur le but, la nature et les conditions du travail entrepris, ce livre constitue sans doute l’un des plus pertinents témoignages, spectaculaire dans sa simplicité avouée, sur le Grand Nord contemporain.

Vous me pardonnerez, j’espère, l’aspect approximatif de la traduction libre, en français, que je donne ci-dessous de quelques extraits de cet essai.

« La plus grande partie de notre travail consiste à attendre. Attendre un avion en retard. Attendre que la chasse commence. Attendre au milieu de la toundra que le véhicule que vous utilisez soit tracté hors du marécage où il a glissé. En ce moment, nous attendons une baleine. Une chose est sûre lorsque vous voyagez avec Jeroen Toirkens : vous souffrirez, et vous reviendrez avec des histoires extraordinaires. »

x

Toirkens 1

« Que justement ces peuples nomades soient aussi hospitaliers n’a rien d’étrange : souvent, à des centaines de kilomètres à la ronde autour d’une famille ou d’un groupe en déplacement, il n’y a pas âme qui vive, et il est donc logique qu’ils vous proposent l’hébergement et la nourriture. À propos de la Mongolie, où il a voyagé de nombreuses fois, Jeroen parle des « gers », les tentes traditionnelles dans lesquelles beaucoup de Mongols vivent : « Le ger suivant n’est jamais très loin. S’il n’y a personne, vous pouvez entrer, tout simplement, vous y faire du thé, puis repartir. C’est une culture très ouverte, il est facile d’établir le contact avec les gens. Je suis tombé amoureux de la Mongolie. » L’hospitalité n’est pas là uniquement une tradition romantique, c’est une nécessité absolue pour la survie, comme l’est l’inventivité. « Dans un climat aussi extrême, vous ne laissez personne dehors dans le froid. » « 

Toirkens 2

« Comme nous attendons les burritos et que l’Inupiaq saoûl essaie de se calmer, nous nous rappelons notre séjour chez les Nenets. Pour Jeroen, ce voyage fut un tournant. Il explique : « Les photographies que j’ai prises avec les Nenets sont très importantes pour moi. J’étais frustré : ils ne voulaient pas que je les prenne en photo. Depuis ce voyage, je réalise des clichés plus durs, davantage dans la confrontation. Je n’ai jamais regretté ces photos. Elles veulent raconter une histoire : plus l’existence est désespérée, plus rapide est la fuite dans l’alcool, s’il n’y a pas de femmes dans le paysage, et que vous n’avez ni argent ni nourriture. » Après un silence, il ajoute : « La Russie est aussi un pays plus rude. » « 

Coïncidences amusantes des hasards de lecture et de visionnage : j’ai lu ce livre quelques jours après avoir vu le sympathique navet « 30 jours de nuit », qui se passe à Barrow, dans l’extrême nord de l’Alaska, et qui est l’un des sites-clé du reportage de Toirkens, et en même temps que le très bon « Points chauds » de Laurent Genefort, dont les innombrables extra-terrestres trouvent à l’occasion des guides humains bienveillants, dont les plus longuement mis en scène sont précisément des Nenets sibériens, longuement photographiés également par Toirkens. Ajout en août 2014 : les Nenets sont également les principaux protagonistes du versant « traditionnel éprouvé par la modernité » de l’extraordinaire « Éloge des voyages insensés » de Vassili Golovanov, et « Nomad » constitue à ce titre un précieux accompagnement visuel de très grand récit.

Un ouvrage indispensable pour les amateurs de grand Nord réel et littéraire, et férocement intéressant pour toutes et tous.

x

JeroenToirkens_01

Jeroen Toirkens (Photo : Sonny Lensen)

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :